DÉFENSE : Les cinq dilemmes de MACRON.

Posté le dimanche 22 octobre 2017
DÉFENSE : Les cinq dilemmes de MACRON.

La "Revue stratégique de défense" éclaire les incohérences entre les objectifs, les déclarations d'intention et les moyens réels alloués aux armées.

 

Pour avoir affirmé que la France était en guerre et multiplié les engagements militaires tout en conservant les moyens du temps de paix, François Hollande a laissé la défense exsangueLa Revue stratégique, rendue publique le 13 octobre, a été conçue comme une première étape pour rétablir la cohérence entre ses objectifs, ses missions et ses moyens. Elle dresse un constat exact de la dangerosité du monde. Notre pays, compte tenu de son histoire, de sa population et de ses engagements, est une cible prioritaire pour le terrorisme islamiste. La Chine et la Russie – auxquelles il faut ajouter la Turquie, dont il n'est curieusement pas fait mention – affichent leurs ambitions de puissance, soutenues par un effort d'armement qui mobilise 4 % de leur PIB. Les armes de destruction massive prolifèrent, ainsi que l'illustre la course à l'atome de la Corée du Nord, tout comme les missiles balistiques et de croisière. De nouveaux domaines de confrontation s'ouvrent dans l'espace et le cyber, créant un double risque de décrochage technologique et de nivellement opérationnel.

 

La montée des risques va de pair avec l'affaiblissement des institutions et des cadres qui permettaient de les gérer. La solidarité atlantique, adossée à la garantie de sécurité américaine, est mise à mal par Donald Trump. L'Union européenne se déchire autour des migrants et de ses priorités économiques et stratégiques, entre riposte au djihadisme et réponse à l'expansionnisme russe. Le Brexit la prive du tiers de son potentiel militaire et fait de la France le seul pays de l'Union à disposer d'un siège de membre permanent au conseil de sécurité de l'ONU, d'une dissuasion nucléaire autonome et d'un modèle complet d'armée.

 

Rupture

 

La méthode retenue, qui s'organise en trois temps - revue stratégique, définition des contrats opérationnels, puis loi de programmation - laisse pendants cinq dilemmes.

La Revue stratégique adopte un prisme strictement militaire. Diplomatie et aide au développement ne sont que marginalement abordées ; économie et société civile sont ignorées. Dès lors, la fonction de prévention de la violence se trouve privée de portée et la protection du territoire n'est appréhendée que sous l'angle militaire, nécessairement accessoire.

La coopération européenne est définie par défaut, comme pouvant porter sur tout ce qui ne relève pas de l'autonomie, soit dissuasion, renseignement et protection du territoire. Rien n'est dit sur les missions d'une Europe de la défense – lutte contre le terrorisme, protection des infrastructures vitales, contrôle des frontières – ni sur nos partenaires – les Britanniques avec lesquels a été développée une coopération opérationnelle lors des accords de Lancaster House ou les Allemands qui disposent d'un budget significatif mais non d'une armée apte au combat.

La France déploie 30 000 hommes en opérations, soit une activité supérieure de 30 % à leurs contrats opérationnels. Les armées sont au bord de la rupture. Les compétences rares (pilotes, atomiciens, spécialistes de la cybersécurité) sont difficiles à recruter. Pis, un militaire sur deux envisage de quitter l'armée faute de pouvoir concilier vies professionnelle et personnelle.

 

Impasse

 

La pérennité de l'autonomie stratégique et d'un modèle complet d'armée est réaffirmée mais demeure à l'état de principe. La liste des aptitudes requises de nos forces demeure la plupart du temps tout aussi théorique. En l'état, la modernisation de la dissuasion nucléaire et l'impératif de la protection du territoire imposeraient une forte réduction de la capacité d'intervention.

Toutes ces tensions convergent vers une impasse financière. La hausse de 1,8 milliard d'euros du budget pour 2018 ne couvre pas l'intégration du coût des opérations extérieures (1,3 milliard) et le financement des mesures décidées en 2016. Le budget de la défense s'élèvera à 42 milliards d'euros en 2022, ce qui interdit de remplir l'objectif de lui affecter 2 % du PIB en 2025. Il reste par ailleurs surplombé par la promesse inutile d'un service national universel d'un mois dont le coût s'élève entre 12 et 17 milliards en investissement et 2,5 et 3 milliards en fonctionnement.

 

Au total, le constat de la dégradation de notre environnement de sécurité dressé par la Revue stratégique est en contradiction avec les décisions financières arrêtées depuis le début du quinquennat. Il revient donc à Emmanuel Macron de trancher le nœud gordien qu'il a lui-même lié et qui menace d'étrangler la sécurité de la France.

 

Nicolas BAVEREZ
(Le Point)

Source de diffusion : www.asafrance.fr

 

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.