LIBRE OPINION de Jean-Marc TANGUY : Nathalie Guibert journaliste Défense du quotidien Le Monde ostracisée par le Ministère de la Défense - Tore penn contre penn kalett.

Posté le lundi 23 janvier 2017
LIBRE OPINION de Jean-Marc TANGUY :  Nathalie Guibert journaliste Défense du quotidien Le Monde ostracisée par le Ministère de la Défense - Tore penn contre penn kalett.

Certains avaient reçu deux cartons d’invitation - nominatifs- aux vœux de Jean-Yves Le Drian, mais Nathalie Guibert, correspondante défense du journal Le Monde, n’en a reçu aucun. Toute la presse qualifiée de défense (1) n’y est d’ailleurs pas invitée, mais certains médias, pas forcément majeurs, ont eu, eux, plusieurs cartons nominatifs.

Révélé par une enquête de la DRSD sur les sources du Monde, dans un article plutôt documenté, le fossé entre le grand quotidien et Jean-Yves Le Drian n’a pas cessé, depuis, de se creuser, parfois à la bêche, parfois à la pelleteuse. Le ministre - obstiné comme le sont souvent les Bretons - recherche plutôt des journalistes en qui il pense avoir confiance, et Nathalie Guibert n'en fait plus partie, manifestement, depuis qu'elle a éclairé les missions du COS et de la DGSE en Libye, ainsi que leurs rivalité. Le ministre a, par la suite, reconnu cette rivalité, et les faits (notamment deux crashs mortels ayant tué six agents) se sont chargés d'attester des opérations des deux entités dans le pays, tout comme, d'ailleurs, des opérations ouvertes.
Le but de ce post n'est pas de défendre par corporatisme Nathalie Guibert, ou un compatriote (je viens du même pays de têtus que le ministre, quoiqu'à mon avis, étant plus têtu que lui) : dans les deux cas, on me taxera de favoritisme, et sans nul doute, on cherchera à me le facturer.

Mais la correspondante défense du journal, Nathalie Guibert, est une professionnelle considérée chez les journalistes - qui n’ont pas beaucoup de professionnels impliqués et insensibles aux pressions, deux qualités incontournables dans cette rubrique, est-ce vraiment utile de priver les lecteurs du Monde d'une telle plume?- et dans les armées.
Preuve de l’immense confiance dont jouit cette journaliste venue de la rubrique éducation, elle a pu plonger plusieurs semaines d’affilée à bord d’un sous-marin de la marine - un fait sans précédent, et les sous-mariniers savent juger les hommes... et les femmes. Mais aussi reporter en Afghanistan, au Sahel, etc. Elle aurait pu rester rivée sur son fauteuil parisien comme d'autres le font, elle s'est exposée, et a exposé sa vie, à côté des militaires français. Rien que cela, cela se respecte. Si elle a fait une vraie boulette dans ce papier, est-ce la receleuse qu'il faut ostraciser, ou ses sources ?


En tout état de cause, voici le billet de Jérôme Fénoglio, du Monde, qu'il m'a semblé utile de livrer in extenso :

 

" Depuis près d’un an, la journaliste chargée de la rubrique Défense du Monde, Nathalie Guibert, fait l’objet de mesures d’exclusion de la part du cabinet du ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian. Toutes ses demandes de reportage auprès des forces armées en opérations extérieures ont été bloquées ou refusées sans raison. Ses requêtes pour des entretiens et rencontres avec le ministre, ou pour des rendez-vous avec ses collaborateurs sont restées elles aussi sans réponse, tout comme ses demandes d’informations adressées aux responsables de la presse du cabinet de la défense.

 

Elle n’est plus conviée aux briefings, déplacements officiels, ni aux rencontres de presse régulières organisées avec le ministre. Cette mise à l’écart délibérée est symboliquement allée jusqu’à la décision de ne pas convier Nathalie Guibert aux vœux de Jean-Yves Le Drian, jeudi 19 janvier. Plusieurs fois sollicité, le service de presse du ministre n’a jamais fourni d’explication de fond à cet ostracisme qui, au sein de notre rédaction, vise exclusivement Nathalie Guibert, alors que celle-ci, en poste depuis sept ans, a eu des relations professionnelles normales avec l’institution jusqu’au début 2016.


Aucun commentaire, aucune mise au point Nous en sommes donc réduits à constater que cette exclusion a commencé après la publication d’un article, en date du 25 février 2016, révélant plusieurs aspects de la guerre non déclarée conduite par la France en Libye.
Le Monde n’a jamais reçu de commentaire direct, de mise au point ou de rectificatif du ministère de la Défense sur cet article. Mais à la suite de cette publication, Jean-Yves Le Drian a fait savoir, par voie de presse, auprès de confrères du Point et de l’AFP qui le questionnaient, qu’il allait lancer une enquête pour compromission du secret de la défense nationale.

 

En réalité, selon nos informations, le parquet de Paris n’a jamais été saisi d’une telle enquête, qui relèverait du pénal. Les déclarations du ministère, suivies d’une seule investigation interne auprès d’éventuelles sources du Monde, peuvent donc s’apparenter à une manœuvre d’intimidation. Et la mise à l’écart de notre journaliste, à une mesure de rétorsion. Le Monde proteste contre ce traitement inéquitable qui pénalise notre couverture des forces armées françaises, à un moment où elles sont engagées sur de multiples fronts. Ces opérations de guerre ne peuvent justifier des mesures exceptionnelles contre une journaliste dont les articles auraient déplu.

Le Monde revendique, plus que jamais, sa liberté d’informer sur les faits qu’il estime devoir porter à la connaissance de ses lecteurs, en se fondant sur ses propres critères éditoriaux, et en tenant compte évidemment de la sécurité des forces présentes sur le terrain. Aucune mesure de rétorsion ne nous fera dévier de la mission confiée à Nathalie Guibert : ne pas se contenter des informations officielles, et enquêter, en toute indépendance, sur les multiples formes et conséquences de l’engagement de nos armées."

 

 

 Jean-Marc TANGUY 
Samedi 21 janvier 2017

 

 

Source : Le mamouth

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.