LIBRE OPINION DE Laurent LAGNEAU : Vers une accélération de l’acquisition d’avions ravitailleurs destinés à l’armée de l’air ?

Posté le samedi 04 février 2017
LIBRE OPINION DE Laurent LAGNEAU : Vers une accélération de l’acquisition d’avions ravitailleurs  destinés à l’armée de l’air ?

La Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 prévoit l’acquisition de 12 avions ravitailleurs A330 MRTT « Phénix » afin de remplacer non seulement les C-135 FR (et KC135RG) mais aussi les 3 A310 et les 2 A340 actuellement en service au sein de l’armée de l’Air. Ce programme est d’une importance capitale.

Les avions ravitailleurs sont en effet essentiels pour permettre aux Forces aériennes stratégiques (FAS) de remplir leur mission, et donc d’assurer la permanence de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire. Et sans eux, l’on peut faire une croix sur les capacités de projection ainsi que sur les opérations menées dans la bande sahélo-saharienne et au Levant (sauf à solliciter un partenaire étranger).
Pour le moment, 9 A330 MRTT ont été commandés par le ministère de la Défense auprès d’Airbus. Le premier exemplaire sera livré en 2018, le second en 2019. Et les autres suivront au rythme de deux unités par an. Quant aux trois appareils restants, leur commande devrait être confirmée l’année prochaine.

Seulement, les C-135 FR étant anciens, les problèmes de maintenance se posent avec acuité, comme l’a montré le récent déroutement de l’un d’entre eux vers l’aéroport de Malte, alors qu’il devait ravitailleur deux Rafale au-dessus de la Méditerranée. « Nous avons aussi des lacunes capacitaires historiques: le ravitaillement en vol, avec une flotte qui a 55 ans de moyenne d’âge, les moyens de surveillance… », a ainsi souligné le général André Lanata, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA), lors d’un entretien donné à l’AFP, le 30 janvier. Et d’ajouter : « La question se pose de savoir s’il ne faut pas accélérer le programme d’acquisition des ravitailleurs MRTT. »
Cette question se pose au regard de la vétusté des C135 FR mais aussi de leurs capacités. L’A330 MRTT « Phénix » sera en effet capable de délivrer 50 tonnes de carburant  pour une autonomie de 4 h 30 sur zone à 2 000 km, contre seulement 17 tonnes pour son aîné. Par ailleurs, le général Lanata a une nouvelle fois souligné la forte tension à laquelle est soumise l’armée de l’Air en raison de sa suractivité opérationnelle. « Nous sommes aussi engagés sur plusieurs crises simultanément (Sahel, Levant). On a de même considérablement renforcé les dispositions prises sur le territoire national pour protéger nos bases et les Français. Les dispositifs particuliers de surveillance aérienne, c’est 300% d’augmentation de 2014 à 2016 », a-t-il dit. En outre, pour donner un ordre de grandeur, les Rafale et les Mirage 2000 D/N ont largué plus de 1 800 bombes dans le cadre de l’opération Chammal, menée contre l’EI. C’est « deux fois plus qu’en Libye en 2011 et quatre fois plus que les opérations Serval et Barkhane au Sahel », a fait valoir le général Lanata.

 « Aujourd’hui on nous demande un effort supérieur avec un dispositif qui a été diminué. Les autres armées rencontrent les mêmes difficultés. Il faut rééquilibrer l’ensemble de l’outil de défense. Il s’agit de choix avant tout politiques », a ensuite conclu le CEMAA.

 

Laurent LAGNEAU

Source : zone militaire

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.