LIBRE OPINION du colonel (ER) Gilles LEMAIRE : Le devoir des Anciens.

Posté le samedi 02 décembre 2017
LIBRE OPINION du colonel (ER) Gilles LEMAIRE : Le devoir des Anciens.

Le système courtisan s’est lentement lové dans le système de la cinquième république, au service d’un monarque républicain qui est plus puissant que ne l’étaient nos monarques de l’ancien régime et plus encore que le président de la république la plus puissante de la planète, c’est à dire les Etats-Unis d’Amérique. Il éloigne ceux qui y participent de la réalité profonde du pays et de l’évolution des mentalités. Nos décideurs militaires n’y échappent pas et bien pire : ils ne peuvent l’évoquer car leur parole est limitée.

La haute fonction qui leur est dévolue leur permet elle, sous ce prétexte, de négliger l’expérience et le soutien des anciens à la retraite ?
La coupure est souvent cinglante lorsque l’on arrive à l’âge où les armées vous indiquent le chemin de la sortie. Effectivement, notre ancienne administration tend à nous ignorer, on s’y fait même appeler « monsieur » occasionnellement. Interpellation difficile lorsque l’on a goûté aux joies du commandement. Mais il se passe quelque chose dès que l’on franchit ce seuil après trente cinq ou quarante ans de carrière : on redécouvre le pays. On revient au contact des vrais gens (pour reprendre une formule à la mode), surtout si l’on vit ce retour au sein d’une association, qu’elle soit civile ou militaire, association d’arme ou association de quartier. On apprend à redécouvrir le fonctionnement de notre brillante république par le bas, on prend le temps de s’informer sur des registres que l’on n’avait guère eu le temps de parcourir dans une administration où l’on ne pratiquait pas les trente cinq heures. Finalement le contact « rênes courtes » est perdu avec le métier, mais en l’observant de l’extérieur, on est positionné au niveau où tout se décide dans notre système démocratique : celui du citoyen. On s’aperçoit alors, sans surprise, que la défense n’est pas la préoccupation première des Français comme l’indique un sondage de ce jour ne concernant que l’électorat de droite, il est vrai [1].

A ce niveau, on réalise que le militaire est généralement très bien perçu, suscite intérêt et même admiration, mais qu’il appartient à un monde très lointain, bien loin des préoccupations de tout un chacun. La guerre est sortie de l’imaginaire de nos contemporains. Le terrorisme, qui peut amener à une évocation dérisoire des embrasements d’antan est un phénomène qui reste localisé, qui agite quelques individus dépourvus de raison au regard de leur motivation. Bien plus inquiétante est la mutation sociologique opérée par une immigration non contrôlée par un Etat qui a perdu toute autorité et qui semble agir contre ses propres intérêts en la matière. L’envoi de soldats au loin renoue avec nos habitudes de présence sur nos anciens terrains de parcours et peut contribuer à répondre à cette inquiétude. Cette obligation d’intervention liée à notre histoire, héritage inconscient d’une gloire passée, est acceptée malgré quelques dénonciations hypocrites de cénacles parisiens voués à notre culpabilisation. Mais sans plus. La préoccupation est au social, à la recherche du bien-être, à la satisfaction des egos que les élus de tous niveaux s’efforcent de rassasier.

Les décideurs militaires en place vivent de loin cette réalité. Le monde militaire qui les a désignés les a aussi enfermés dans un parcours entièrement voué à l’exercice du métier. Ils ne peuvent en sortir et s’insérer dans la hiérarchie qui les gouverne et les rejette comme des éléments accessoires. La guerre n’existe plus, sauf dans l’imaginaire de quelques stratèges de salon, à quoi pourraient-ils donc servir ?
Ramenons-les à leur petit jeu : « à leur cœur de métier » !  Là, sous les ors de la république, ils ne pourront pas dénoncer les affres de la gabegie, de l’hystérie administrative, d’une dépense publique sans contrôle, vouée au superflu, à l’inutile, à une compétition du bien-être, à la négation de la notion d’ordre et de priorité. A la réalité d’un appareil sous le contrôle d’une coterie bureaucratique et d’un monde de l’illusion décidés à se maintenir aux affaires quoi qu’il arrive. 

Cependant, si les anciens ne sont plus dans le navire, ils ne sont pas non plus devenus « des perdreaux de l’année ». Situation particulière : nous ne sommes plus voués au cœur de métier, nous avons aussi fini d’associer obéissance et naïveté. Nous ne sommes plus soumis à subordination d’un système feutré qui n’exprimait sa  considération qu’en termes de mépris.  Nous avons vu partir un CEMA quitter le bord pour s’être fait subtiliser sans prévenir un partie substantielle des ses subsides, partie qui est bien peu de chose au regard des dépenses effrénées de notre Etat qui s’endette naturellement (pardons : « structurellement » dit-on en langage prudent).
Nous savons lire quel est le montant de la richesse d’un pays, son taux de croissance, le niveau de ses dépenses sociales, celles des régions, celles de l’Etat. Nous pouvons lire et commenter les rapports de la cour des comptes, inventorier les aéroports en doublons, ceux qui ne le sont pas et que dont on ne peut commencer les travaux parce que quelques trublions se plaisent à narguer notre Etat impuissant. Les hôpitaux qui ne servent que peu et qu’il faut fermer et que l’on ne peut fermer parce que l’on perd des emplois et que si l’on ferme des emplois on perdra les prochaines élections. Les LVG que l’on multiplie inconsidérément et qui ne seront jamais rentables sous la conduite d’une SNCF endettée à hauteur de presque deux budgets de la défense et dont les convois arrivent de plus en plus en retard. Autre budget de la défense : c’est le niveau des subventions accordées dans notre beau pays aux associations qui alimentent sous subterfuge social le clientélisme sinon une corruption latente, la dernière péripétie en la matière étant la brillante réactivité de nos gouvernants qui, pour répondre aux derniers attentats, ont distribué à tout va et sans contrôle des subsides délirants à des associations prétendant régler toutes affaires cessantes le problème de la radicalisation dans nos banlieues.

Combien de ces montants équivalent aux porte-avions, aux avions-ravitailleurs, aux régiments, etc., qui nos manquent et sont ainsi perdus ?

Nous aurons les moyens de notre défense lorsque l’Etat saura réorganiser ses dépenses et accorder toute priorité au domaine régalien : justice, police, armée. Qui pourra exiger cela ? Certainement pas nos décideurs militaires en place qui n’ont pas autorité pour discuter le budget de l’Etat et ne peuvent qu’exécuter ce qu’on leur accorde dans l’exigüité de leur domaine ? Les seuls à être motivés pour réagir et opérer la remarque ci-avant sont bien les anciens ou ceux de la société civile, bien moins nombreux, ayant quelques lumières sur le sujet.

Un dernier aspect peut également être pris en considération à propos de l’expertise des générations ayant quitté l’uniforme. La guerre varie assurément en fonction des technologies proposées au stratège, mais l’effet à produire reste invariablement le même : rendre l’adversaire à raison. Qui a parcouru par son expérience ou par ses lectures la réalité de la guerre est toujours en mesure d’apprécier le rapport entre déploiement à opérer et ennemi à réduire pour obtenir l’effet désiré. Le progrès des techniques optimise les capacités du déploiement, mais ce déploiement fait toujours référence à l’antériorité. Une expertise jugée dépassée garde ainsi toute sa pertinence si elle s’attache à suivre le progrès des techniques. Fait nouveau : l’accès à cette information spécifique est maintenant accessible à tous sur l’Internet. On peut donc entretenir une expertise au dehors des armées, ce dont ne se privent pas certains « experts » intervenant dans les médias ou même dans des cercles décisionnels, experts dont les anciens peuvent à regret constater les limites.

Réflexion du moment à ce propos :
On peut observer que certains procédés ou approches opératives qui ont fait leur preuve antérieurement ont tendance à être perdus de vue au profit de modèles jugés plus performants parce que plus techniciens. Démarche que certains couvrent du vocable de modernité. Démarche devant sans doute aussi à notre retour dans l’Otan et à un mimétisme excessif. Au total, on obtient sans doute un gain opératif, mais au prix d’une inflation incessante dans le coût des armements dont on exige des effets superfétatoires, effet de coût qui précisément préoccupe actuellement nos décideurs militaires. Dans ces choix, il pourrait être judicieux de se référer aux expériences antérieures- et à celle des anciens.


Colonel (ER) Gilles LEMAIRE

 Site de rediffusionwww.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.