Thématiques

Lettre ASAF 11/02 - Armée et intégration des étrangers


"Nous, étrangers, n'avons qu'une seule façon de prouver notre amour pour la France: nous faire tuer pour elle"

 

Lettre ASAF 11/02 - Armée et intégration des étrangers

Armée et intégration des étrangers

« Nous, étrangers, n'avons qu'une seule façon de prouver notre amour pour la France : nous faire tuer pour elle ». (Lieutenant-colonel Amilakwari, chef de corps de Légion, mort au combat en Libye en 1942).

L'exemplarité de l'intégration
Si la discipline fait la force principale des armées, la cohésion conditionne celle des nations. « La France est diversité » disait Fernand Braudel. Elle subit ou accueille depuis des siècles, volontairement ou non, les invasions et les migrations.

Son espace, sa richesse, son climat, sa culture en ont toujours fait une terre enviée, convoitée.

Les étrangers qui l'ont choisie se sont jusqu'alors fondus dans son peuple, ont assimilé sa culture et l'ont enrichie de leurs talents.

L'armée de conscription a largement contribué au brassage des individus et au développement du sentiment national.

La Légion étrangère, expression originale et enviée du génie français dans le domaine militaire, constitue une référence d'une grande actualité. Composée d'hommes venus de plus de 100 pays, elle symbolise au plus haut point l'esprit de corps et l'excellence militaire.

Elle a développé, validé et mis en œuvre depuis 180 ans des principes dont la finalité reste la création d'une communauté soudée sachant tirer le meilleur parti de la richesse liée à la diversité de ses membres.

Quels sont ces principes ? Peuvent-ils inspirer la communauté nationale dont on voit aujourd'hui qu'elle peine ou échoue à intégrer, assimiler les Français d'origine étrangère?

Partager les mêmes valeurs
La Légion cultive l'excellence ; elle exige le dépassement par l'effort et ne connaît que la promotion au mérite.

Ceux qui la rejoignent veulent appartenir à ce qu'ils estiment être l'élite militaire. Rien n'est gratuit mais tout peut s'obtenir par l'effort et le don de soi. Elle sélectionne ses candidats, recherche les talents et traque les déviances ; elle s'assure que ceux qui veulent y entrer sont déterminés à la servir.

Elle forme les jeunes légionnaires au sein de groupes dans lesquels il n'y a aucune minorité étrangère dominante, car la cohésion repose sur un assemblage d'individus et non de groupes ethniques ou linguistiques.

La seule langue pratiquée est le français ; son apprentissage est permanent.

Le culte du respect se pratique au quotidien: respect des chefs et des camarades, du drapeau et des ordres, de la mission et du bien commun ; respect des autres et respect de soi.

L'histoire de la Légion à travers ses innombrables héros et faits d'armes devient l'histoire de chaque légionnaire qui prend conscience de sa nouvelle famille.

Il en est fier et elle devient son héritage.

Il est beaucoup exigé du légionnaire qui cherche asile en France : discipline, disponibilité  et courage jusqu'au sacrifice, et les fautes sont sanctionnées sans faiblesse.
S'il a été blessé lors d'un engagement opérationnel, il peut devenir « Français par le sang versé ».

Sinon, il doit montrer qu'il a servi avec honneur et fidélité la terre qui l'a accueilli.

Le volontariat, la sélection, le brassage, mais aussi l'effort partagé, le culte du respect et la fierté d'appartenance, tels sont quelques uns des éléments qui fondent la cohésion de cette communauté et suscitent une fraternité jusqu'au sacrifice.

Ainsi va la Légion : souvent copiée, jamais égalée.

Telle est cette institution française d'une exceptionnelle cohésion, où la solidarité est légendaire.

Et si la France ...

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.