A LA DÉCOUVERTE DES PARAS : Un film sur les paras français à l’occasion du 70ème anniversaire de la Saint Michel

Posté le dimanche 14 octobre 2018
A LA DÉCOUVERTE DES PARAS : Un film sur les paras français à l’occasion du 70ème anniversaire de la Saint Michel

Je vous invite à regarder la courte vidéo que propose ce lien (passez en grand écran, les images sont belles). Elle a été tournée à l’occasion de la dernière Saint-Michel (70ème anniversaire de l’adoption de saint-michel comme saint patron des parachutistes). Ce court film permet de mieux connaitre notre armée, ses capacités. Je vous propose ci-dessous un rapide éclairage en 5 points destiné à ceux qui découvrent au travers de ces images ce que peut être le métier de parachutiste. Que les adhérents « initiés » me pardonnent ces explications qui sont des clefs dont ils n’ont pas besoin.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/10/12/01016-20181012ARTFIG00273-armee-francaise-au-coeur-de-l-entrainement-des-parachutistes.php

  • L’engagement total, la disponibilité entière : « Je vais me sacrifier pour la mission, pour les copains, pour mon pays » (c’est ce que dit un des interviewés). C’est l’esprit de corps, le collectif. Tous les soldats en sont pénétrés.

  • Autre réponse des interviewés : la précision, la rigueur dans tous les gestes. La réussite de la mission tient au plus petit détail. Tout doit être mis en œuvre pour le para qui, quelques instants après le passage de la porte, va se retrouver au sol pour combattre.

  • Le chef est avec les hommes : il porte le même casque, le même sac, il passe la même porte. Il est devant. Dans les images proposées, le premier à sauter, c’est le général commandant la brigade.

  • Les images en fin de vidéo montrent ce que j’appellerais « un saut de plaisir », au-dessus du mont Saint-Michel. Pourtant, il est déjà patent que l’ambiance dans l’avion a peu à voir avec un saut de parachutisme sportif. Imaginez, la même chose avec en plus le sac à 20 ou 25 kg, l’armement, les munitions, la nuit, sur un terrain inconnu et une fois au sol le combat.  C’est le saut opérationnel. C’est ce que réalisent depuis des mois les paras français dans la zone sahélienne.

  • Enfin, les propos des deux généraux, le chef d’état-major de l’armée de Terre et le général commandant la brigade parachutiste : « un outil hors du commun de gestion de crise, en Europe ou ailleurs, à la disposition du Président de la République » …« les seuls à avoir une brigade interarmes entièrement tournée vers l’opération aéroportée ». 
    En Europe, la France, est le seul pays à disposer de cette capacité d’engagement de masse par la 3e dimension ; dans l’OTAN, la France est la seule armée avec les Etats-Unis à disposer de cette capacité.
    L’engagement de masse par la 3e dimension est pratiquement le seul à même de créer la surprise stratégique sur un théâtre d’opération. Un outil qui, en situation de gestion de crise, élargit la liberté d’action du décideur politique. Les Etats-Unis l’ont montré lors de la première guerre du Golfe. La France l’a montré au sahel (saut sur Tombouctou).  

Général (2s) Pierre ZAMMIT
Délégué ASAF de la Haute-Garonne
Ancien chef de corps parachutiste

 

Découvrez le hors-série réalisé sur les Paras par l'ASAF en cliquant ICI

Diffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.