CORÉE : l’héroïsme français oublié

Posté le mardi 05 mars 2019
CORÉE : l’héroïsme français oublié

5 mars 1951 : prise de la cote 1037

 

Dans le cadre de l'offensive alliée (ONU) d'hiver, le bataillon français prend cette côte au prix de 33 morts et de 115 blessés mais ouvre à la 2e DI américaine la route vers Hongchon et Chuchon.  


La cote 1037 est tenue par deux bataillons chinois bien retranchés, dans la région Nord de Pyong Yang. Après avoir escaladé dans la nuit du 2 mars les pentes glacées qui lui font face, puis observé le dispositif ennemi, le bataillon français passe à l'attaque le 5 mars à 9 heures. Les pentes et les arêtes de la côte sont truffées de blockhaus qu’il faut prendre les uns après les autres, par une température proche des - 20° C.
  

Une ultime contre-attaque chinoise est arrêtée vers 16 heures grâce à l'aviation d'assaut à qui la météo permet enfin d’intervenir. L’épreuve n’est pas pour autant finie car à l’issue de la relève, de nuit, commence le brancardage des morts et des blessés (il faut parfois jusqu’à 11 heures au personnel disponible, pour descendre un homme du sommet jusqu'au poste de secours). 
 

Sur la guerre de Corée, lire l’ouvrage du capitaine Ivan Cadeau la guerre de Corée 1950-1953 et la très belle biographie que la fille du général Monclar (Magrin-Vernerey) a faite sur son père : Monclar, le Bayard du XXeme siécle de Fabienne Monclar. 

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.