ANNIVERSAIRES

Posté le lundi 03 février 2020
ANNIVERSAIRES

3 février 1915 : défense du canal de Suez.

L’armée turque de Gamal Pacha tente de prendre le canal de Suez. Défendu par les marines française et britannique, le canal est sauf et le restera durant toute la guerre. Le garde-côte français, Requin, a joué un rôle essentiel pour repousser l’assaut en faisant quelques coups au but sur l’artillerie ennemie.
(Lire à ce sujet dans la RHA : Attaque et défense du canal de Suez (février 1915) du capitaine de vaisseau Tonnelé, RHA N° 76).

 

3 février 1917 : Washington rompt les relations diplomatiques avec Berlin.

Le président Woodrow Wilson reçoit des services britanniques l’interception (16 janvier) d’un télégramme secret envoyé par Zimmerman (secrétaire d’État allemand aux Affaires étrangères) à son homologue mexicain dans lequel il apprend que l’Allemagne s’apprête à relancer la guerre sous-marine à outrance.
Les États-Unis n’entreront pourtant en guerre contre l’Allemagne que le 6 avril 1917.

 

3 février 1941 : création du NKGB (Moscou).

Les services secrets soviétiques ont changé de nom à de multiples reprises depuis la création de la Tchéka en 1917 (à partir de l’Okhrana du Tsar). GPU en 1922, OGPU en 1923, GUGB en 1934. Les attributions de ce dernier sont réparties en 1941 entre le NKVD (action vers l’intérieur) et le NKGB (action vers l’extérieur). Ces évolutions correspondent aux tentatives d’adaptation au contexte géostratégique mais surtout aux purges et luttes de pouvoir internes. Les appellations se succèdent jusqu’en 1954, année de naissance du KGB (dont le nom ne changera pas jusqu’en 1991).
Aujourd’hui, les services secrets russes se répartissent de la manière suivante : FSB (Service fédéral de sécurité) chargé de la sécurité intérieure, contre-espionnage, anti-terrorisme et garde-frontière. SVR, chargé du renseignement extérieur. GRU en charge du renseignement militaire/contre-espionnage.

 

3 février 1944 : arrestation de Pierre Brossolette (Plogoff).

Pierre Brossolette était également connu sous les pseudonymes suivants : Pedro, Bourgat, Paul Boutet, Philippe Baron, Paul Briant, Philippe Bernier, Brumaire ou Polydor.
Intellectuel et homme d'action, Pierre Brossolette se caractérise certes par un grand courage et une grande intelligence mais surtout par une indépendance d'esprit faisant de lui un homme libre.
Avant-guerre, il est un moment dans le camp des pacifistes, mais réalise le danger du nazisme et fustige l'attentisme de ses anciens compagnons. Lors de la retraite de 1940, il se comporte brillamment et est nommé capitaine. Il entre dans la résistance aux côtés du colonel Rémy (confrérie Notre Dame) et accomplit plusieurs missions entre Londres et la zone occupée. Il est l'un des principaux artisans de l'unification des mouvements de résistance avec Jean Moulin.
Arrêté lors d'un contrôle de routine, il est reconnu et transféré au QG parisien de la Gestapo où malgré la torture, il ne parle pas.
Il se défenestre le 22 mars à la faveur d'un moment d'inattention de ses gardiens.
(Voir le site de l’ordre de la libération).

 

1er février 1970 : la milice du Territoire français des Afars et des Issas (TFAI), future République de Djibouti, devient le groupement nomade autonome (GNA).

Trouvant son origine dès 1910 avec la garde indigène, le GNA, dernière troupe méhariste française, est une unité paramilitaire servant sous l’autorité du haut-commissaire de la République au TFAI. Composée principalement de goumiers recrutés sur le territoire, elle est encadrée par une trentaine

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.