ANNIVERSAIRES

Posté le jeudi 24 décembre 2020
ANNIVERSAIRES

24 décembre 1800 : attentat contre le Premier Consul (Paris).

Georges Cadoudal commandant l’armée catholique et royale en Bretagne reste l’un des derniers opposants à la République et pour réveiller la résistance chouanne décide d’abattre le général Bonaparte. Il envoie dans la capitale un commando qui prépare une « machine infernale » à faire exploser au passage du carrosse de Bonaparte. L’explosion de la rue Saint Nicaise tue 22 personnes mais laisse le Premier consul indemne. Bien que Fouché assure au Premier Consul que l’acte provient de la subversion royaliste, Bonaparte pense plutôt à un complot jacobin.

 

24 décembre 1894 : naissance de Guynemer (Paris).

Fils d'un Saint-Cyrien, Guynemer veut s'engager dans l’armée de Terre lorsqu’éclate la guerre. L'armée de Terre le refuse, le jugeant physiquement trop fragile, alors il postule pour un poste de mécanicien avion. En persévérant, il devient pilote et acquiert bientôt une belle maîtrise du vol. Remarqué pour son courage, son sang-froid et surtout ses qualités chevaleresques en combat aérien, il est promu lieutenant en février 1916.

Nommé capitaine début 1917, il prend le commandement de la prestigieuse escadrille des Cigognes.

Le jour de sa mort, il totalise 53 victoires aériennes homologuées. Nombreux sont les ennemis qu’il a épargnés lors de duels aériens, à lui rendre les honneurs lorsqu'ils apprennent sa mort (dont les circonstances demeurent obscures).

« Faire face » est sa devise.

24 décembre 1942 : assassinat de l’amiral Darlan (Alger).

Ancien vice-président du Conseil du maréchal Pétain, l’amiral François Darlan est à Alger au chevet de son fils depuis début novembre 1942. Il est donc présent lors du débarquement des Alliés auxquels il finit par se rallier. Il est assassiné par Fernand Bonnier de La Chapelle, membre d’un groupe de Résistance gaulliste. L'assassin aurait été manipulé par les Royalistes ou par les services secrets britanniques.

 

24 décembre 1979 : premier lancement d’Ariane (Kourou – Guyanne).

Ariane 1 pèse 208 tonnes, mesure 47 mètres de haut et peut mettre sur orbite des satellites de 1 700 kg. Même si le programme est européen (14 nations) la France en finance 60%. Les études sont dirigées par le Centre national d’études spatiales (Cnes) créé à Paris en 1961.

 

Rediffusé sur le site de l'ASAF :www.asafrance.fr
Retour à la page actualité

Source : www.asafrance.fr