ARMÉE DE TERRE : audition du Chef d’état-major par la commission des affaires étrangères, de la Défense et des forces armées du Sénat

Posté le dimanche 19 avril 2015
ARMÉE DE TERRE : audition du Chef d’état-major  par la commission des affaires étrangères, de la Défense  et des forces armées du Sénat

Extraits

 

Un taux d’emploi actuel de l’armée de Terre au-delà des contrats du Livre blanc

« …L'armée de Terre est donc entrée dans une nouvelle séquence avec un niveau d'engagement extrêmement élevé : 12 000 hommes déployés en dehors du territoire national, 7 000 à 10 000 sur le territoire national dans la durée ; il s'agit d'un taux d'emploi bien au-delà des contrats fixés par le Livre blanc de 2013. Vous comprendrez que l'actualisation de la loi de programmation militaire soit fondamentale pour l'armée de Terre, puisque son enjeu consiste à retrouver un équilibre entre les missions et les moyens.

L’opération sentinelle

« …Nous avons des hommes rompus aux conditions exigeantes des déploiements dans l'urgence et une organisation qui est structurée et commandée pour y répondre. Je tiens d'ailleurs à préciser que certains de nos militaires d'active et de réserve, qui étaient en week-end et qui n'étaient pas d'astreinte, ont rejoint spontanément leur formation.

« …L'opération Sentinelle a aussi permis de confirmer qu'il manquait à l'armée de Terre, dans son modèle, une structure de commandement, reliée à l'état-major des armées et au circuit interministériel, pour préparer et piloter le déploiement de nos unités. Le futur modèle crée cette structure, qui sera le commandement du territoire national.

« …Avec l'opération Sentinelle, l'armée de terre montre qu'elle est à la fois spécialisée quand elle intervient dans les opérations extérieures, et polyvalente quand elle protège sur le territoire national. C'est une armée homogène, qui couvre l'ensemble du spectre opérationnel, qu'il s'agisse de l'intervention, de la protection ou de la prévention. En somme son ennemi étant le même à Gao et à Paris, ses soldats sont les mêmes à Gao et à Paris.

Ne pas entamer le capital opérationnel de l’armée de Terre

"...Depuis janvier dernier, la protection s'est ajoutée à l'intervention, avec 12 000 soldats à l'extérieur et 10 000 soldats à l'intérieur. Pour répondre à ce nouveau « tempo » opérationnel, l'armée de terre a été amenée à diminuer la préparation opérationnelle et à réduire les exercices internationaux ainsi que les permissions de février, tout comme elle le fera pour celles de Pâques. Comme je vous l'avais indiqué lors de ma première audition par votre commission, nous devons être vigilants à ne pas éroder à l'excès le capital opérationnel. Le prolongement de l'opération Sentinelle sans renfort d'effectifs constitue, à ce titre, un risque réel et un défi immense.

« … Entre janvier et juin 2015, 40 000 soldats auront été engagés dans l'opération Sentinelle, auxquels il faut ajouter ceux qui se trouvent déployés hors de métropole. À cette cadence, et sans renforcement des effectifs, nos unités finiront par alterner les opérations extérieures et les opérations intérieures avec trop peu de temps entre les deux pour pouvoir se régénérer.

" ...En matière d'efficacité opérationnelle, ce rythme a un coût qu'il est possible d'absorber temporairement, grâce à la maturité de l'armée de terre et à l'expérience de ses soldats. Mais il n'est pas réaliste dans le long terme sans risquer de voir nos effectifs fondre rapidement. Pour équilibrer cette activité, redonner la capacité de se préparer au plan opérationnel et permettre à nos soldats de se remettre en condition, nous avons évalué le volume de la force opérationnelle terrestre à 77 000 hommes, afin de pouvoir tenir dans la durée. Aujourd'hui, la force opérationnelle terrestre en compte 66 000.

Quelques chiffres significatifs sur la situation de l’armée de Terre 

« …Aujourd'hui, je ne dispose plus que de 79 régiments, contre 95 en 2008 et 210 en 1977. L'adéquation entre les missions et les moyens a franchi les limites.

« …Un véhicule de l'avant blindé (VAB) fait, en France 1 000 kilomètres par an ; il faisait 1 000 kilomètres par mois en Afghanistan ; il en fait 1 000 par semaine au Mali. Cela donne un ordre de grandeur de l'usure des matériels.

Lire le compte rendu complet, en cliquant ICI

Source : EMAT
Commentaires (2)
  • Philippe GALTEAU
    02 mai 2015 à 11:14 |
    Remarquable communication du Général BOSSER. je crains que les bataillons de Contrôleurs civils imposés par notre gouvernement présent et le Ministre Le Drian ne créent nombre de difficultés. Je me souviens de l'avoir vu répondre sèchement à l'ancien Chef d'Etat Major des Armées qui mentinnait, intendance, administration, personnel;;;; : "ces domaines de support ne sont pas du ressort du coeur de métier des armées, le combat"
  • brandenburg
    02 mai 2015 à 16:17 |
    il existait dans les années 60 un plan de D.O.T en cours de mise en oeuvre.Tout cela est-il donc parti en fumée idéologique comme le reste?
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.