Armées : un budget 2020 au carré

Posté le samedi 05 octobre 2019
Armées : un budget 2020 au carré

La ministre des Armées Florence Parly a obtenu un budget 2020 en hausse de 1,7 milliards d'euros, à 37,5 milliards d'euros.

 

En dépit de quelques petites alertes, Florence Parly tient le bon le cap de la loi de la programmation militaire (LPM), qui court sur la période 2019-2025. La ministre des Armées a obtenu un budget en hausse de 1,7 milliards d'euros, conformément à la trajectoire de la LPM, mais à 37,5 milliards d'euros. Et non pas 37,6 milliards comme prévu. Pourquoi cet écart ? C'est de la cuisine budgétaire entre Bercy et l'Hôtel de Brienne. Le ministère des Armées auraient dû payer 85 millions d'euros de loyers en 2020 à Bercy, mais le ministère de l'Action et des Comptes publics a décidé de tirer un trait sur ces loyers en 2020 après l'avoir fait pour tous les autres ministères en 2019. En contrepartie, le budget des Armées baisse d'autant.

La LPM prévoit que le budget défense bénéficie d'une hausse de 1,7 milliard d'euros par an jusqu'en 2022, avant des « marches » de 3 milliards par an à partir de 2023. En 2020, les dépenses consacrées à la défense atteindront ainsi 1,86% du PIB français. L'exécutif s'est engagé à y consacrer 2% du PIB d'ici à 2025« Les engagements sont tenus », s'est félicité mardi soir la ministre Florence Parly au micro d'Europe 1. Enfin, le montant des provisions destinées à financer les opérations extérieures (Sahel, Levant...) sera augmenté l'an prochain à 1,1 milliard d'euros, contre 850 millions en 2019.

 

1. Un effort "exceptionnel"

« L'effort en faveur de la défense, très nécessaire après une dizaine d'années de restrictions très fortes, est assez exceptionnel dans le contexte budgétaire et financier actuel », commentait-on mercredi dans l'entourage de Florence Parly, dont le ministère bénéficie de la plus forte hausse des crédits dans le projet de loi de finances (PLF) pour 2020. Les crédits de la mission « Défense » seront augmentés de 1,7 milliard d'euros l'an prochain après deux années consécutives de hausse. Soit une progression de 4,5% (35,8 milliards d'euros en 2019). En revanche, les crédits de la mission « Anciens combattants » baissent quant à eux d'environ 150 millions d'euros. Ce budget décroit de façon tendancielle, expliquait-on à l'Hôtel de Brienne.

En revanche, la baisse même minime - une vingtaine de millions - des crédits du programme 191 (Recherche duale) est plus surprenante pour un gouvernement, qui met pourtant la priorité sur l'innovation. Un programme qui regroupe des études très pointues sur le nucléaire, radiologique, biologique et chimique (explosif), sur des composants-capteurs communication, photonique et cybersécurité, sur des études  menées par le Centre national d'études spatiales (CNES) dans le domaine spatial. Au ministère, on explique cette baisse par la volonté de recentrer les efforts financiers sur des projets vraiment duaux (civils et militaires). Des projets un peu trop civils qui n'avaient semble-t-il pas démontré leur dualité.

2. 1,1 milliard consacrés à l'accroissement des capacités militaires

L'an prochain, « deux tiers de cette hausse, soit 1,1 milliard d'euros, seront consacrés à l'accroissement de nos capacités » militaires, souligne-t-on au ministère des Armées. En 2020, dans le cadre du programme Scorpion, qui va permettre le renouvellement des capacités de combat terrestre, le ministère prévoit de commander 271 blindés lourds Griffon (destinés à remplacer la flotte vieillissante de véhicules de l'avant blindé - VAB), 364 blindés légers Serval et 42 engins de reconnaissance et de combat Jaguar. Dans la Marine, les sept premiers avions de reconnaissance maritime (AVSIMAR) seront également commandés, ainsi que trois avions de guet aérien Hawkeye E2D. enfin, l'Armée de l'Air bénéficiera de la rénovation de quatre avions de transport C-130H.

Côté livraisons, les armées recevront l'année prochaine 128 blindés Griffon et quatre blindés Jaguar, le premier sous-marin d'attaque (SNA) de type Barracuda, deux hélicoptères NH90, deux avions ATL-2 rénovés, deux Mirage 2000D rénovés, un avion ravitailleur A330 Phénix ainsi que deux avions de transport militaire A400M. Les militaires français recevront 12 000 nouveaux fusils d'assaut HK-416 (remplaçant du Famas), dont le nombre dans les forces s'élèvera à 41 300 d'ici fin 2020.

Côté ressources humaines, quelque 300 postes supplémentaires seront créés dans les armées en 2020 (contre 450 en 2019), dont 150 dédiés au renseignement et une centaine dans la cyberdéfense. Dans un souci de fidélisation, le ministère consacrera par ailleurs 40 millions d'euros à des "mesures catégorielles", notamment sous la forme de primes. « L'enjeu est de retenir les militaires, alors que l'on recrute 26 000 personnels par an », explique le cabinet de Florence Parly.

 

Michel CABIROL
La Tribune

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

 

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.