ARMEMENT à venir : Préparation par Nexter d'une version du char Leclerc capable de mettre en œuvre des drones aériens.

Posté le dimanche 24 février 2019
ARMEMENT à venir : Préparation par Nexter d'une version du char Leclerc capable de mettre en œuvre des drones aériens.

En octobre 2018, le constructeur américain de blindés General Dynamics Land Systems (GDLS) avait annoncé un partenariat avec AeroVironment afin d’intégrer des drones Shrike 2 et Switchblade aux véhicules développés dans le cadre des programmes « Next Generation Combat Vehicle » (NGCV) de l’US Army et « Armored Reconnaissance Vehicle » de l’US Marine Corps.

Cependant, le français Nexter Systems n’est pas en reste. L’an passé, il avait en effet présenté le « Titus 6×6 augmenté », c’est à dire un blindé pouvant mettre en œuvre le robot terrestre Nerva ainsi que deux drones, dont un autonome et un captif.

« Grâce à ses compétences d’architecte intégrateur, le groupe propose aux opérateurs des capacités opérationnelles augmentées : au sol avec un robot Nerva [détection d’engins explosifs improvisés et d’objets suspects …], vers le haut avec un drone captif (autonomie de charge, protection cyber), plus loin avec un drone autonome », avait expliqué Nexter, à l’occasion du salon EuroSatory.

Et d’ajouter : « L’opérateur équipé d’un casque connecté et d’une tablette téléopère des systèmes d’arme (tourelleau de moyen calibre) et ce, de l’intérieur ou de l’extérieur du véhicule de combat. Les informations remontées sont disponibles pour le poste de commandement numérisé, permettant d’accélérer la prise de décision et de suivre le rythme accéléré de la manœuvre. »

Récemment, Mike Duckworth, le directeur des affaires internationales chez Nexter, a indiqué à la revue allemande Mönch qu’il était question d’en faire de même avec le char Leclerc doté et que ce concept allait être dévoilé lors du salon de l’armement IDEX, à Abu Dhabi.

Effectivement, l’European Defence Review a eu la primeur de ce Leclerc « augmenté ». Ainsi, à la différence du Titus « augmenté », il n’est pas question d’utiliser de robots terrestres, dont l’intérêt n’est pas forcément pertinent pour un char lourd.

En revanche, ce Leclerc « augmenté » serait doté de deux drones. Le premier, appelé IXOS XX, serait relié au char par un câble d’alimentation. « Capable de décoller et d’atterrir automatiquement de jour comme de nuit, il affiche une vitesse de croisière de 10 km / h et peut résister à un vent allant jusqu’à 45 km/h [ainsi qu’au sable, ndlr]. Équipé d’une centrale inertielle et d’un GPS offrant une précision centimétrique, il est également doté d’un système d’évitement d’obstacles à 3 axes et est capable de supporter plusieurs charges utiles », écrit l’European Defence Review.

Le second, appelé XOS LG, est moins imposant. D’une autonomie de 30 mn grâce à ces batteries électriques, il pourra aussi décoller et atterrir automatiquement. Pouvant voler à la vitesse de 40 km/h, il sera en mesure de porter une charge utile de 1 à 2 kg.

L’intérêt de ces drones est évidemment de voir plus loin et d’anticiper ainsi les menaces, tout en évitant d’exposer l’équipage. Pour cela, ils seront équipés de différents capteurs (caméra, senseur IR, télémètre laser, etc.).

Ces appareils seront mis en œuvre grâce à une tablette et au logiciel Findeagle, lequel est censé fournir au seul chef de char que les informations pertinentes afin d’éviter la « surcharge cognitive ».

Ce Leclerc « augmenté » n’a pas été imaginé à la suite d’un besoin exprimé par l’armée de Terre dans le cadre du programme SCORPION. Cependant, assure l’EDR, Nexter l’a proposé à la Direction générale de l’armement (DGA) pour une éventuelle mise à niveau future.

Laurent LAGNEAU
Opex 360

21 février 2019

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr 
Retour page d'accueil

 

 

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.