ARMEMENT. La France reprend – encore – des missiles Hellfire II

Posté le lundi 01 avril 2024
ARMEMENT. La France reprend – encore – des missiles Hellfire II

Pour la troisième fois en moins d’un an, la France a passé commande d’un lot de missiles air-sol Hellfire II auprès du géant américain Lockheed Martin. 

Valorisé à 483 M$ (447 M€), ce contrat notifié hier prévoit la livraison de « systèmes de missile air-sol » au profit de l’US Army et de trois clients exports : la République tchèque, la Pologne et la France. La définition du système acquis est succincte mais ne peut s’agir que du Hellfire II, un missile que les armées françaises opèrent à partir de l’hélicoptère d’attaque Tigre HAD et du drone MQ-9 Reaper. 

Le volume commandé et la quote-part française ne sont pas détaillés dans ce qui semble être une tranche d’un contrat pluriannuel signé en mars 2023 pour la production de jusqu’à 8000 missiles Hellfire 2 et Joint Air-to-Ground Missiles (JAGM) par an à destination des forces américaines et de clients étrangers. 

Moins médiatisé que le Mistral 3 ou l’Aster, le Hellfire II est l’une des références concernées par l’enveloppe de 1,5 Md€ inscrite dans la loi de finances 2024 pour la remontée en puissance des stocks de munitions. Ces missiles permettront notamment de « pérenniser la capacité de frappe des hélicoptères Tigre », indique un rapport parlementaire. 

Cette annonce intervient sur fond d’incertitude quant à l’arrivée du successeur du Hellfire II, le missile haut de trame (MHT). Basé sur l’Akeron LP de MBDA, ce missile développé dans le cadre du programme MAST-F (Missile Air-Sol Tactique Futur) faisait à l’origine partie intégrante de l’effort de rénovation à mi-vie du Tigre. L’Allemagne définitivement débarquée, le périmètre de ce programme est depuis en phase de « réorientation » afin de privilégier « la pérennisation du parc tout en réduisant les ambitions d’améliorations capacitaires ». 

Réorienté selon l’hypothèse d’une décision concertée avec l’Espagne, le programme MAST-F a par ailleurs été réduit à la conduite d’une étude portant sur l’avenir du développement du MHT dans la loi de programmation militaire pour 2024-2030. Quelques signaux sont malgré tout encourageants. 

Conduit par l’OCCAR, le programme MAST-F bénéficiera d’une quinzaine de millions d’euros en autorisations d’engagement en 2024. De quoi notamment alimenter des prestations d’expertise et d’essais. Selon l’OCCAR, de nouveaux tirs au sol ainsi que des tests dynamiques à partir d’un Tigre banc d’essai sont programmés pour cette année. Sauf écueil majeur, la revue de conception critique (CDR) devrait être achevée courant 2026. 


Nathan GAIN
Forces Opérations Blog - FOB
30/03/2

Source photo : Lockheed Martin

Source : Forces Opérations Blog - FOB