ARMEMENT : Le gouvernement polonais a mis au ban Airbus Helicopters de la Pologne. LIBRE OPINION de Michel CABIROL.

Posté le dimanche 13 mai 2018
ARMEMENT : Le gouvernement polonais a mis au ban Airbus Helicopters de la Pologne. LIBRE OPINION de Michel CABIROL.

La police polonaise souhaite acheter deux Black Hawk à Sikorsky sans passer par un appel d'offres. En outre, un autre appel d'offres sur lequel Airbus Helicopters était seul en lice, a été annulé par Varsovie.

Décidément les relations restent extrêmement conflictuelles entre Varsovie et Airbus Helicopters. Il faut dire que la Pologne a vraiment le chic pour agacer, irriter, contrarier voire faire exploser le constructeur d'hélicoptères européen. Après la très mauvaise foi de Varsovie pendant les négociations sur le Caracal, les Polonais sont à nouveau en train de jouer avec les nerfs du constructeur de Marignane avec une procédure de gré à gré avec Sikorsky. D'autant que Varsovie a récemment encore annulé un appel d'offres sur lequel Airbus Helicopters était le seul en lice pour la fourniture de trois appareils mono-turbines (Ecureuil) à la police polonaise.

Selon un courrier d'Airbus Helicopters adressé le 12 avril au ministre de l'Intérieur Joachim Brudzinski et dont La Tribune a pris connaissance, Airbus Helicopters soupçonnait alors la Pologne de vouloir acquérir dans le cadre d'une procédure tenue secrète des Black Hawk (S70i) de Sikorsky (Lockheed Martin) pour ses unités de la police anti-terroriste sans passer par un appel d'offres. Ce qui est beaucoup plus facile pour Sikorsky, qui dispose d'une usine à Mielec, basée dans un fief du parti au pouvoir (PiS). Puis, la police polonaise a confirmé cette procédure dont sont exclus Airbus Helicopters et le constructeur italien Leonardo. Selon la presse polonaise, le ministre de l'Intérieur pourrait fournir des explications dès cette semaine (9 mai).

Airbus saisit la Commission européenne

Dans le courrier du 12 avril, Airbus Helicopters se proposait de présenter sa gamme d'hélicoptères et se tenait à la disposition du ministère pour en discuter. Un courrier qui est resté lettre morte. Dans un second courrier adressé le 20 avril cette fois-ci au patron de la police, Jaroslaw Szymczyk, Airbus Helicopters précisait qu'il était en mesure de lui livrer d'ici à la fin de l'année deux H225 dans le cadre du renouvellement des vieux MI-8 russes utilisés par les unités anti-terroristes. Le constructeur attend toujours une réponse...

En conséquence, Airbus Helicopters, qui a déjà saisi la justice polonaise, a également informé la commission européenne de cette procédure de gré à gré entre la Pologne et Sikorsky jugée inéquitable. Pour sa défense, la Pologne met en avant l'article 67.1 du code des marchés publics selon lequel le donneur d'ordre peut se passer d'un appel d'offres dans le cas où l'achat de services ou de matériels ne peut être fourni que par une seule entreprise pour des raisons notamment techniques. Le constructeur de Marignane estime que si cette procédure est validée, Varsovie en profite pour acheter aux forces armées de nouveaux hélicoptères via l'article 67.1. Une chose est sûre, Airbus Helicopters est bel et bien mis au ban de la Pologne par le gouvernement polonais.

Michel CABIROL
La Tribune

Rediffusé sur le site de l'ASAF  : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.