SALON DU BOURGET : Discours du ministre de la Défense (extraits)

Posté le mardi 18 juin 2019
SALON DU BOURGET : Discours du ministre de la Défense (extraits)

Extrait du discours prononcé par madame Florence PARLY, ministre des Armées le 17 juin 2019 au salon de l’aéronautique et de l’espace du Bourget 

 

 

(…)
L’espace

« Nous le savons, le ciel est devenu un terrain de rivalité et de confrontation. Mais les menaces se sont également déplacées au plus près des étoiles. Penser aujourd’hui à l’espace exo-atmosphérique, ce n’est plus imaginer un monde lointain et obscur, c’est désormais une partie de la réalité de nos opérations. Et c’est une évidence, notre défense passe aussi par l’espace.
A l’aube des premiers lancements d’Ariane 6, nous devons, avec nos partenaires Européens préserver et renforcer un accès autonome à l’espace. Nous ne pouvons pas dépendre de tiers pour le développement de nos capacités spatiales. 

L’utilisation autonome et non contestée de l’espace passe par une connaissance et un contrôle de ce qui s’y passe ; c’est autant un enjeu de protection des populations qu’une nécessité pour notre défense. Et là encore, pour acquérir pleinement notre autonomie stratégique, nous devons coopérer avec nos partenaires Européens. C’est ce que nous réalisons déjà, je pense notamment aux programmes Galileo et Copernicus, ou à MUSIS pour la coopération militaire pure.

 MUSIS est un programme qui murît à grande vitesse. Après avoir lancé le premier satellite CSO en décembre dernier, nous nous apprêtons à finaliser les derniers essais en orbite pour une mise en service opérationnelle dès cet été. 
L’Europe de la défense, c’est bénéficier de l’excellence de chaque pays. C’est pouvoir coordonner les savoir-faire de tout l’espace européen au profit d’une défense de meilleur niveau. Et c’est ce que nous faisons avec l’Italie, avec laquelle nous allons échanger des images optiques des satellites CSO contre des images radar des satellites CSG : c’est quand l’Europe partage intelligemment ses ressources qu’elle est forte. 
Comme je vous le disais, nos opérations ne peuvent plus se passer de nos capacités spatiales qui contribuent de façon décisive à notre autonomie d’appréciation, de décision et d’action. Pour que nous gardions toujours l’avantage, pour que nos armées conservent leur supériorité sur le terrain, j’ai décidé de lancer deux nouveaux programmes spatiaux : 

- Le programme Iris, qui comme son nom le suggère, succédera à CSO pour renouveler notre capacité d’observation optique
- Et le programme Céleste, pour succéder à Cérès et renforcer nos capacités de renseignement d’origine électromagnétique. 

 Lancer des programmes, c’est nécessaire et c’est déjà considérable. Mais ce dont nous avons réellement besoin, c’est d’une stratégie spatiale de défense. D’intenses travaux de réflexion menés à l’automne nous ont permis d’en tracer les grandes lignes, mais avant de vous en dire

 

Téléchargez le discours dans son intégralité en cliquant sur le PDF

logo pdf

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.