Débarquement de Provence : une opération éclair

Posté le mercredi 14 août 2019
Débarquement de Provence : une opération éclair

Au matin du 15 août 1944 débute l’opération Dragoon sur le littoral provençal. Objectif : prendre les Allemands par surprise et soulager le front de Normandie. Cette opération, qui s’étend de Cannes à Marseille, va mobiliser plus de 400 000 hommes, Français, Américains, Anglais et Canadiens. Récit.

Le « top départ » est donné le 14 août à 19h15 précises sur les ondes de la BBC. "Nancy a le torticolis", "Gaby va se coucher dans l'herbe", "le chasseur est affamé", autant de messages qui annoncent l’imminence de l’opération Dragoon.

A 00h15, le 15 août, les commandos français d’Afrique du colonel Bouvet et le 1st Special Service Force américaine du colonel Walker entrent en scène : après être parvenues à sécuriser le cap Nègre, elles affrontent les défenses allemandes à Hyères.

Vers 8 heures, les alliés préparent le terrain en lançant un vaste bombardement sur la côte tenue par la XIXe  armée allemande. Des milliers de tonnes d’obus s’abattent sur l’ennemi dont les rangs s’étaient dépeuplés, soixante-dix jours plus tôt, au profit de la bataille de Normandie... Dans la foulée, en mer, une impressionnante armada s’élance vers le littoral provençal : 2 200 bâtiments, dont 850 navires de guerre. La côte, jonchée de mines par les Allemands, sera meurtrière pour de nombreux soldats.  

 

Fraternité d’armes entre métropolitains, pieds noirs et goumiers

 

photo commando afrique

L’objectif des Alliés ? Gagner au plus vite la stratégique route nationale 7 pour atteindre la vallée du Rhône. Au soir du 15 août, près de 100 000 hommes ont déjà débarqué.

L’Armée B du général de Lattre de Tassigny, qui constitue le symbole de la fraternité d’armes entre métropolitains, pieds noirs et goumiers, jouera un rôle déterminant dans la libération de la Provence. Avec un courage immense, au prix de pertes importantes, elle parviendra, avec l'aide de la résistance locale, à libérer Toulon et Marseille dès la fin d’août 1944. Soit treize jours seulement après le début de l’opération, contre 40 jours planifiés par les Alliés. 

De Lattre envoie au Général de Gaulle : « Aujourd'hui J+13, dans le secteur de mon armée, il ne reste plus un Allemand autre que mort ou captif ».
La Provence est libérée. Dès lors, la progression alliée n’en sera que plus fulgurante : dès le 12 septembre la jonction est faite avec les troupes de Normandie, en Bourgogne. Quand Dragoon rencontre Overlord….

 

Source : Ministère des Armées

 
Rediffusé sur le site de l'ASAF : https://www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.