DÉPLACEMENT : Visite du président de la République aux Eparges  

Posté le lundi 17 décembre 2018
DÉPLACEMENT : Visite du président de la République aux Eparges   

Le 6 novembre, le président Emmanuel Macron s'est rendu officiellement aux Eparges dans le cadre de ses visites mémorielles juste avant la commémoration du centenaire de l'armistice de 1918.

Pour ma commune, cette présence fut un témoignage de reconnaissance important. La bataille des Eparges, qui s’est déroulée essentiellement au cours du premier semestre 1915, est emblématique de la Grande Guerre. Elle l'est par son intensité, par la férocité des combats, livrés souvent au corps à corps, par l'usage intensif des mines. Environ 160 tirs de mines ont émaillé les attaques des deux camps. Elle l’est aussi par sa durée. Si l'acmé de la bataille se situe au printemps 1915, elle se poursuivra tout au long de la guerre pour aboutir, finalement, à la conquête complète de la Crête par nos troupes, le 13 septembre 1918. Mais elle est aussi -et surtout- par le récit de Maurice Genevoix inséré dans l'œuvre magistrale Ceux de 14.

C'est à ce titre que le président de la République a choisi de venir dans ma commune. Il a voulu honorer l'écrivain combattant, celui qui avait été blessé grièvement aux Eparges le 25 avril 1915, celui qui est devenu le Secrétaire perpétuel de l'Académie française, celui qui fut le promoteur du monument du 106e régiment d’infanterie  sur la Crête et du Mémorial de Verdun à Fleury.

En présence de Julien et de Charlotte, les petits-enfants du célèbre écrivain, et de l'arrière-petit-fils, Simon, le président a annoncé l'entrée au Panthéon, en novembre 1919, de Maurice Genevoix et de « Ceux de 14 ». La forme reste encore à être précisée mais l'essentiel a été déclaré publiquement. Son discours, d'une haute tenue, a ému l'auditoire toujours sensible, en ces lieux de mémoire, aux paroles d'hommage, et souvent susceptible aux propos banalisant le courage et le sacrifice.

J'ai pu accompagner le président sur la Crête en passant par la nécropole du Trottoir. Là, avec Simon, le chef de l’Etat  a déposé un bouquet de fleurs sur la tombe de Robert Porchon, tué le 17 février 1915, l'ami Saint-cyrien de Maurice Genevoix. Puis parcourant l'ensemble des lieux des combats jalonnés de monuments, il y eut deux grands moments de recueillement : face à celui des Revenants du 106 et face à celui du Point X.

Quelles que soient les polémiques entendues ici et là, la venue du président Macron aux Eparges fut un grand moment où l'hommage rendu officiellement à Maurice Genevoix et à « Ceux de 14 » domine toute autre considération.

 

Xavier PIERSON
Maire des Eparges
Colonel (er)
Délégué ASAF du département de la Meuse

 Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

 

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.