EQUIPEMENT. Le véhicule « Grizzly » de la 11e Brigade Parachutiste est sur le point d’être qualifié pour le « poser d’assaut »

Posté le lundi 20 mai 2024
EQUIPEMENT. Le véhicule « Grizzly » de la 11e Brigade Parachutiste est sur le point d’être qualifié pour le « poser d’assaut »

Si la plupart des programmes d’équipement menés par le ministère des Armées font l’objet d’une certaine publicité, cela n’a pas été le cas pour le véhicule « Grizzly », dont l’existence a été révélée au grand public lors du défilé 14-Juillet 2023, à Paris.

En réalité, ce véhicule est issu du programme PLFS [Poids Lourd des forces spéciales], lequel devait permettre de remplacer les Véhicules légers de reconnaissance et d’appui [VLRA] mis en œuvre par les unités mises à la disposition du Commandement des opérations spéciales [COS].

Seulement, les premiers exemplaires livrés au standard 1 ne donnèrent pas pleinement satisfaction à leurs futurs utilisateurs. D’où la décision d’en faire des « Véhicules de reconnaissance et d’avant-garde aéroportée » pour la 11e Brigade Parachutiste [BP] en général et le 1er Régiment de Hussards Parachutistes [RHP] en particulier.

« Développé par Arquus et dérivé de la gamme Sherpa, le Grizzly est conçu pour fournir des capacités d’infiltration/exfiltration de renseignements d’intérêt majeur en totale autonomie pendant plusieurs jours, dans un environnement dégradé et hostile », avait alors expliqué le ministère des Armées, avant de préciser que la 11e BP allait en recevoir une quarantaine d’exemplaires d’ici 2030.

Cependant, 50 % des Grizzly promis ont déjà été livrés au 1er RHP, indique le dernier numéro de TerreMag, le magazine officiel de l’armée de Terre.

Seulement, avec ses 11 tonnes et ses 6,4 mètres de longueur [pour 2,5 mètres de hauteur], ce véhicule n’est pas encore qualifié pour les opérations d’aéroportage [ou « poser d’assaut »], lesquelles consistent à mettre à terre, depuis un avion de transport tactique, un détachement en ordre de combat sur une piste [sommaire ou non] dans un délai le plus réduit possible [de l’ordre de trois minutes, ndlr]. Mais cela ne saurait tarder.

« Malgré son gabarit, il est aérotransportable et sur le point d’être qualifié ‘poser d’assaut’. Cela fait de lui une monture de choix pour les unités parachutistes », précise en effet TerreMag.

Et de rappeler que le Grizzly a été conçu pour « effectuer des missions de reconnaissance et de combat antichars dans la profondeur, en totale autonomie, au côté du Véhicule blindé léger [VBL].

Grâce à son moteur de 260 chevaux couplé à une transmission automatique, sa garde au sol et à des « angles d’attaque spécialement étudiés pour les terrains accidentés et la traversée de coupure », selon Arquus, le Grizzly présente une « agilité déconcertante », souligne TerreMag.

Pouvant rouler à une vitesse de 110 km/h et disposant d’un « grand rayon d’action » [probablement autour de 600 km], ce véhicule a une capacité lui permettant d’embarquer une charge utile importante, comme une moto ou davantage de carburant. Son armement se compose de quatre mitrailleuses [une de 12,7 mm et trois de 7,62 mm] et, éventuellement, d’un lance-grenade automatique de 40 mm, ce qui lui permet de couvrir tous les angles d’attaque.

Laurent LAGNEAU
Opex360.com - Zone Militaire
19/05/2024

Source photo : Opex360.com - Zone Militaire

Source : Opex360.com - Zone militaire