EUROSATORY : « L’armée de terre n’agit pas seule, elle sait pouvoir compter sur ses fidèles partenaires ».

Posté le vendredi 10 juin 2016
EUROSATORY : « L’armée de terre n’agit pas seule, elle sait pouvoir compter sur ses fidèles partenaires ».

 La France et ses alliés font aujourd’hui face à un ennemi commun, qui ne connaît pas de frontière : le terrorisme islamiste. Face à cet ennemi, il faut agir collectivement, avec patience, et dans le respect des identités et des spécificités de chacun.  

Désormais, c’est le terrain qui doit commander aux relations internationales : il faut une union efficace et opérationnelle, face à un ennemi commun qui transcende les frontières. C’est la raison pour laquelle l’armée de Terre entretient déjà de nombreux partenariats avec des armées étrangères, sous forme de binômages de brigades ou d’échanges d’officiers d’état-major au niveau division. Croatie en 1993, Bosnie en 1997, Kosovo en 2001 et 2005 et bien sûr Mali en 2013 ; après ces expériences en opérations extérieures, le général Laurent KOLODZIEJ occupe désormais les fonctions d’officier général responsable du pôle "Relations Internationales" de l'EMAT. Avant de mener la conférence que le chef d’état-major de l’armée de Terre tiendra sur le sujet à Eurosatory le 15 juin prochain, ce dernier nous explique comment le projet « Au Contact » répond à ces nouveaux enjeux internationaux. Clés du succès : la coopération et l’interopérabilité.

Pourquoi une thématique « au contact de l’international » sur le salon Eurosatory ?

La réforme «  armée de Terre Au Contact » portée par le général BOSSER entrera  en vigueur cet été 2016. Eurosatory, salon d’envergure mondiale, auquel l’armée de Terre collabore de façon significative,  semblait le moment tout indiqué pour présenter le volet « international » de cette réforme à l’ensemble des chefs d’états-majors des armées de Terre et des experts du domaine.

Que recouvre la thématique au contact de l’international  pour l’armée de Terre ?

L’armée de Terre  dispose d’une tradition ancienne  de l’international comme en témoignent les noms des batailles inscrits dans les plis des drapeaux de ses régiments.  Les opérations SERVAL et BARKHANE  sont l’illustration de cette culture expéditionnaire qui démontre aujourd’hui toute sa pertinence dans le cadre de la défense de l’avant contre le terrorisme.
L’armée de Terre n’agit pas seule, elle sait pouvoir compter sur ses fidèles partenaires. Elle se bonifie au contact de ses alliés comme en Afghanistan, en même temps qu’elle  apporte son expérience et son professionnalisme. Un certain « label France ».
« Au contact de l’international » a pour ambition d’amplifier et de  mieux structurer  cette coopération entre l’armée de Terre française et les armées de Terre des pays amis pour l’inscrire dans la durée face à une menace elle aussi de plus en plus organisée.

 

  

Source : defense.gouv.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.