GUERRE RUSSIE-UKRAINE. Pologne : Deux milliards d’euros pour fortifier la frontière orientale

Posté le samedi 18 mai 2024
GUERRE RUSSIE-UKRAINE. Pologne : Deux milliards d’euros pour fortifier la frontière orientale

La Pologne va investir plus de deux milliards d’euros dans la sécurisation et la fortification de 400 km de sa frontière orientale, a déclaré ce samedi, le Premier ministre Donald Tusk. "Nous avons pris la décision d’investir 10 milliards de zlotys", soit environ 2,34 milliards d’euros, "dans notre sécurité et surtout dans la sécurisation de notre frontière orientale", a dit Donald Tusk en présentant un projet nommé « Bouclier oriental » qui comprend un système de fortifications à la frontière avec la Russie et la Biélorussie.

L’annonce de Tusk intervient deux jours après celle de son ministre de la Défense, Wladyslaw Kosiniak-Kamysz, qui avait déclaré jeudi, sur la radio Zet, que la Pologne voulait renforcer sa frontière à l’est.

Ces annonces font suite à de récentes tentatives d’intrusion en Pologne lancées par des migrants venant du Yémen, de Somalie, de Syrie et d’Irak, qui transitent par la Biélorussie, avec l’aide, voire la complicité, des autorités locales. 

Selon des chiffres de la police des frontières polonaise, au cours des deux derniers jours, plus de 600 migrants ont tenté de pénétrer en Pologne. Lors de l’une de ces tentatives, les forces de l’ordre polonaises ont été attaquées à coups de bâtons et de jets de pierres.

Le 10 mai, 140 migrants ont tenté de forcer le passage, ce qui avait provoqué des heurts violents avec la police des frontières. Voir une vidéo ici.

Le mur polonais
Ce renforcement à la frontière n’est pas nouveau. Depuis 2020, le gouvernement polonais fortifie ses frontières avec la Russie, autour de Kaliningrad, et avec la Biélorussie par où transitent des migrants en route pour l’Europe.

L’érection, courant 2020, par la Pologne d’une clôture frontalière, a été motivée par de vives tensions géopolitiques et migratoires, qui ont motivé la mise en place de mesures identiques en Ukraine, en Lituanie, en Estonie et en Finlande. Depuis l’été 2021 en particulier, des milliers de et de réfugiés, principalement originaires du Moyen-Orient, ont forcé ou tenté de traverser la frontière entre le Biélorussie et la Pologne.

En mars 2023, le ministère polonais de la Défense avait annoncé une nouvelle étape, avec la pose d’obstacles antichar. "En février, la construction de mesures de sécurité à la frontière avec l’oblast de Kaliningrad a débuté. Aujourd’hui, les soldats ont commencé à construire des fortifications à la frontière avec la Biélorussie. Cela fait partie de notre stratégie de défense et de dissuasion", avait expliqué le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak. 

En août de la même année, la Pologne avait déployé 4 000 soldats supplémentaires à sa frontière avec la Biélorussie. Le chef de la police aux frontières, Tomasz Praga, avait alors déclaré que 19 000 personnes avaient tenté de traverser la frontière polono-biélorusse depuis le début de l’année, contre 16 000 en 2022.

 

Philippe CHAPLEAU
Lignes de défense
18/05/2024

Source : Lignes de Défense