GUERRE. Une guerre à horizon "5 ans" pour les Allemands

Posté le dimanche 11 février 2024
GUERRE. Une guerre à horizon "5 ans" pour les Allemands

Après les Britanniques, ce sont les Allemands qui voient une guerre à horizon "5 ans".


Dans un entretien paru dans l'édition dominicale du journal conservateur Die Welt, le Generalinspekteur der Bundeswehr (équivalent du CEMA français) juge nécessaire que l'armée allemande soit "apte à la guerre" dans cinq ans. Son avertissement fait écho à celui lancé par les parlementaires britanniques dans un rapport publié il y a tout juste une semaine. Voir mon post: Ready for War? Les élus britanniques tirent une salve de fusées rouges.

"Sur la base des différentes analyses et quand je vois la menace potentielle que représente la Russie, cela signifie pour nous cinq à huit années de préparation", a déclaré le général allemand Carsten Breuer. "Cela ne veut pas dire qu'il y aura alors une guerre. Mais elle est possible. Parce que je suis militaire, je dis: dans cinq ans, nous devons être aptes à la guerre", a-t-il martelé.

Pour la première fois depuis la fin de la Guerre froide, "nous nous trouvons confrontés à la possibilité d'une guerre imposée de l'extérieur", a-t-il encore averti. L'aptitude à la guerre signifie "beaucoup plus" que la capacité de défense, a poursuivi le CEMA allemand.

"Outre la disponibilité personnelle et matérielle, il s'agit également du changement de mentalité nécessaire auquel nous devons nous soumettre". Il faut un "changement de mentalité, aussi bien dans la société que, et surtout, dans la Bundeswehr".

Au final, il s'agit "de placer le risque d'une attaque pour un adversaire à un niveau si élevé qu'il décide de ne pas la lancer", a-t-il encore détaillé, ajoutant: "c'est cela la dissuasion".

Une inévitable guerre contre la Russie ?

Toujours dans la presse allemande de ce dimanche, c'est le secrétaire général de l'Otan qui s'est exprimé: "L'OTAN ne cherche pas la guerre avec la Russie, mais nous devons nous préparer à une confrontation qui pourrait durer des décennies", a-t-il prévenu dans le journal dominical allemand Welt am Sonntag

Vendredi, le vice-Premier ministre polonais, Wladyslaw Kosiniak-Kamysz, a réagi après les déclarations du président russe Vladimir Poutine, qui a écarté l'idée d'envahir la Pologne ou la Lettonie lors d'un entretien avec l'animateur américain Tucker Carlson. Pour le ministre polonais, les déclarations du président russe "n'ont aucune crédibilité" et ne vont pas "endormir la vigilance" de Varsovie.

Mais quelle mouche belliqueuse a donc piqué les dirigeants politiques et militaires européens ? Ils multiplient depuis quelques jours les mises en garde et les déclarations martiales, quitte à passer pour des va-t’en guerre de mauvais augure.

Et si les élus européens étaient juste lucides ? Et si la volonté expansionniste russe était bien réelle? C'est la certitude des chefs militaires occidentaux. D'où les appels qui se multiplient de la Scandinavie au Royaume-Uni, en passant par l'Allemagne, à la vigilance et au réarmement.

 

Philippe CHAPLEAU
Lignes de Défense
10/02/2024

 

 

Source : Lignes de Défense