INDUSTRIE. Artillerie : Selon M. Lecornu, la production de CAESAr passera bientôt à 12 exemplaires par mois

Posté le mardi 02 avril 2024
INDUSTRIE.  Artillerie : Selon M. Lecornu, la production de CAESAr passera bientôt à 12 exemplaires par mois

En janvier, la France a pris la tête de la coalition « artillerie pour l’Ukraine » et fixé l’objectif de livrer jusqu’à 78 CAESAr [Camion équipés d’un système d’artillerie de 155 mm] à l’armée ukrainienne, en plus des 49 exemplaires déjà fournis [30 prélevés dans l’inventaire de l’armée de Terre et 19 cédés par le Danemark].

« Notre initiative vise à produire 78 CAESAr en 2024, en incitant les Européens et nos alliés à partager la facture. La France amorcera le financement pour entraîner les autres. L’Ukraine elle-même est prête à mettre un peu de ses moyens : elle vient d’acheter 6 CAESAr sur fonds propres pour amorcer l’initiative. Ce système devra marcher aussi pour les munitions », avait alors expliqué Sébastien Lecornu, le ministre des Armées, dans les pages du quotidien Le Parisien.

Outre les 6 CAESAr commandés par Kiev, Paris financera 12 autres exemplaires [pour une cinquantaine de millions d’euros], les 60 restants devant l’être dans le cadre de la coalition « artillerie pour l’Ukraine ». Le Danemark a récemment promis une participation financière.

Pour honorer cet engagement [et d’autres commandes, dont celles passées par le ministère des Armées pour les besoins de l’armée de Terre], Nexter [ou KNDS France] et ses sous-traitants, dont Arquus [châssis] et Aubert & Duval [acier], s’étaient préalablement mis en ordre de marche pour produire jusqu’à six CAESAr par mois. Soit trois fois plus qu’en 2022.

Ainsi, le carnet de commandes étant plein, Nexter s’est inspiré des processus mis en oeuvre par l’industrie automobile, en mettant en place des lignes d’assemblage. En outre, il a constitué des stocks auprès de ses fournisseurs afin de se prémunir contre toute éventuelle rupture des approvisionnements. Une telle organisation présente l’autre avantage de réduire les délais de livraison… ce qui peut être un atout pour remporter d’autres contrats à l’exportation.

Mais, visiblement, il est question d’aller encore plus loin, en doublant encore la cadence de production. C’est en effet ce qu’a assuré M. Lecornu, au côté d’Antony Blinken, le chef de la diplomatie américaine, lors d’une visite au siège de Nexter à Satory.

Le « canon CAESAr est devenu le symbole de cette coalition artillerie, avec une augmentation significative des capacités de production : deux par mois puis désormais six par mois. Nous allons rehausser la production jusqu’à 12 canons par mois dans les temps qui viendront », a déclaré le ministre. « C’est ce qui va montrer notre capacité à répondre aux besoins de l’Ukraine mais également à tous les partenaires européens, membres de l’Otan, […] qui sont en train d’acquérir des systèmes d’armes pour eux-mêmes contribuer à la défense et à la dissuasion collectives », a-t-il ajouté.

Les propos de M. Lecornu renvoient à ceux qu’ils avaient tenus le 26 mars dernier, lors d’une conférence de presse dédiée à « l’économie de guerre ». « Les commandes passées aux industriels s’accélèrent […]. Seulement, pour la première fois, nous avons raté des contrats, notamment en Europe de l’Est, où les critères de délais de livraison primaient sur le prix », avait-il dit.

Laurent LAGNEAU
OPEX3560. COM - Zone militaire
02/04/24

Photo : @LaureFanjeau

Source : Opex360.com - Zone militaire