INDUSTRIE : La France va enfin riposter au pillage de ses pépites industrielles. Trop tard ? (10/11)

Posté le vendredi 17 janvier 2020
INDUSTRIE : La France va enfin riposter au pillage de ses pépites industrielles. Trop tard ? (10/11)

De la vente controversée d’Alstom à GE au passage de Technip sous la coupe de l’américain FMC, nombreux sont les groupes stratégiques français passés sous pavillon étranger. Face à ce dépeçage, l’exécutif tente de reprendre la main.

La liste est longue. On ne compte plus le nombre de fleurons stratégiques et de pépites technologiques qui sont passés, ces dernières années, sous pavillon étranger. Parmi les disparitions les plus notables, il y a celle de Pechiney. Le champion français de l'emballage et de l'aluminium a été racheté en 2003 par le canadien Alcan, lequel s'est fait avaler, en 2007, par le géant minier anglo-australien Rio Tinto. En 2006, c'est Arcelor, le sidérurgiste européen, qui filait, au terme d'une OPA hostile, dans l'escarcelle du géant indien Mittal pour plus de 18 milliards d'euros. En 2016, c'est le fleuron des équipements télécoms Alcatel qui atterrit chez Nokia. Avec cette emplette, le groupe finlandais fait aussi main basse sur Alcatel Submarine Networks, le champion des câbles de communication sous-marins.

Citons enfin Technip, un cador de l'ingénierie pétrolière. Celui-ci est passé en 2017 sous la coupe du texan FMC Technologies, deux fois plus petit que lui. L'opération a été bouclée au terme d'une "fusion entre égaux" qui s'est soldée, dans les faits, par une absorption du champion français. Trois ans plus tard, la nouvelle entité va être scindée en deux. Mais les Américains doivent conserver les stratégiques activités sous-marines, dont l'essentiel provient du groupe français...

L'électrochoc du deal Alstom-GE

Reste qu'un deal, en particulier, a fait figure d'électrochoc : celui du rachat de la branche énergie d'Alstom par General Electric (GE) pour près de 13 milliards d'euros en 2014. Avec cette emplette, le groupe américain a récupéré des activités précieuses et stratégiques pour la France dans les turbines à gaz et à vapeur, l'éolien en mer et les réseaux électriques. L'opération a suscité de très vives critiques dans la sphère politique, notamment parce qu'elle revient à confier la maintenance des turbines des réacteurs nucléaires français à un acteur étranger.

L'armée et les services de renseignement ont aussi déploré cette vente. En février 2018, Alain Juillet, ex-directeur du renseignement à la DGSE et président de l'Académie de l'intelligence économique, n'a pas caché, lors d'une audition à l'Assemblée nationale, tout le mal qu'il pensait de l'opération : « Dans le cas d'Alstom, nous avons vendu aux Américains la fabrication des turbines des sous-marins nucléaires, de sorte que l'on ne peut plus produire en France de tels sous-marins sans une autorisation américaine, a-t-il fustigé. C'est une perte de souveraineté absolue ».

Macron très critiqué

Emmanuel Macron a été très critiqué dans sa gestion du dossier, puisque c'est lui qui a donné le feu vert au deal, le 5 novembre 2014, alors qu'il était ministre de l'Économie. Le député LR Olivier Marleix a même soupçonné un "pacte de corruption" qui aurait pu, dans cette affaire, bénéficier à l'actuel locataire de l'Élysée. Une enquête est aujourd'hui menée par le Parquet national financier (PNF), qui doit lever le voile sur le rôle d'Emmanuel Macron. En outre, le ministère de la Justice américaine (DoJ) est soupçonné d'avoir mené une enquête pour corruption à l'encontre d'Alstom (qui s'est soldée par une amende de 772 millions de dollars) pour favoriser la prise de contrôle de l'entreprise. C'est ce que soutient Frédéric Pierucci, un ancien dirigeant du groupe, qui a passé deux ans en prison aux États-Unis dans le cadre de cette affaire. "Ce n'est pas une conjecture, les preuves matérielles sont là", canardait-il en janvier 2019 dans un entretien à Marianne.

De manière générale, le DoJ est régulièrement accusé, sous couvert de mener des enquêtes anti-corruption, de servir aux États-Unis de bras armé dans leur guerre économique, en particulier lorsqu'ils lorgnent des groupes étrangers.
Avant sa vente à FMC, Technip a d'ailleurs fait l'objet d'une offensive du DoJ, laquelle s'est soldée par le paiement d'une amende de 338 millions de dollars en 2010. "Il y a une véritable instrumentalisation de cette procédure au service de l'économie et des entreprises américaines", constate le député Raphaël Gauvain (LREM), auteur d'un rapport sur les lois et mesures à portée extraterritoriale.

Le choix de coller au modèle anglo-saxon

Comment un tel pillage industriel a-t-il pu se produire ? Pourquoi les pouvoirs publics n'ont-ils pas su protéger les intérêts du pays ? Beaucoup fustigent le manque de vision industrielle, depuis les années 1990, de la classe économique et politique. Pour le journaliste Jean-Michel Quatrepoint, qui a notamment dirigé L'Agefi et La Tribune, le problème est profond. Il découle, selon lui, du choix de "coller au modèle anglo­-saxon", dans le contexte d'une économie qui se financiarisait à toute vitesse. En adoptant ce modèle, "le plus grave est que nous avons pri­vilégié la macroéconomie au détriment de la microéconomie", expliquait-il en décembre 2017, lors d'une audition à l'Assemblée nationale.

Il en veut pour preuve la disparition du ministère de l'Industrie, qui a été absorbé par Bercy au sein du gouvernement Jospin, en 1997. Résultat : "Les services de Bercy, l'Inspection des finances et la direction du Trésor ont pris l'ascendant idéologique sur ceux qui s'occupaient de l'industrie française, constate Jean-Michel Quatrepoint. Cela a eu une conséquence majeure : les compétences industrielles ont disparu du ministère de l'Économie".

Une prise de conscience de l'Etat français ?

Aujourd'hui, l'exécutif se dit décidé à réagir et à mettre les moyens pour défendre ses intérêts souverains. "Depuis un an, nous avons renforcé la protection de nos actifs stratégiques", affirme Thomas Courbe, le chef de la Direction générale des entreprises (DGE). Depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron, une nouvelle cartographie des grands groupes, startups et laboratoires de recherche stratégiques a vu le jour, afin de mieux les protéger contre les menaces extérieures. Pour les défendre, une nouvelle organisation interministérielle a aussi été mise en place. "Concernant les entreprises de la base industrielle et technologique de défense (BITD), nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère des Armées et la Direction générale de l'armement, précise Thomas Courbe. Nous procédons ainsi avec tous les ministères qui sont en relation avec des sociétés stratégiques, par exemple ceux de la Recherche et de l'Enseignement supérieur, de la Santé, du Transport et de l'Énergie, ou de l'Agriculture".

En parallèle, le gouvernement renforce, depuis un an, le dispositif de contrôle des investissements étrangers en France (IEF). Les technologies dites « critiques » - dont la cybersécurité, l'intelligence artificielle, les semi-conducteurs ou le stockage de l'énergie - font l'objet d'une attention particulière des pouvoirs publics. En outre, le gouvernement peut désormais bloquer une acquisition dès lors que la participation envisagée par un investisseur étranger porte sur un minimum de 25% du capital, contre 33% auparavant. Pas sûr, toutefois, que ces initiatives soient suffisantes pour préserver les domaines les plus stratégiques face aux offensives, de plus en plus féroces, des États-Unis ou de la Chine.

Pierre MANIERE  


 

 

LATÉCOÈRE,
UN NOUVEL ACTIF INDUSTRIEL CROQUÉ PAR UN AMÉRICAIN

Latécoère, ou un gâchis à la française... Une vraie spécialité ces dernières années. À la fin des années 2000, le groupe toulousain devait être le pivot de la consolidation de la filière aérostructure en rachetant les activités d'Airbus sous l'œil bienveillant de l'État français pour créer un groupe de taille mondiale. Mais tout a déraillé en raison notamment de la fragilité financière du moment de Latécoère, Airbus (EADS à l'époque) renonçant en 2008 à lui vendre ses activités, qui, depuis, ont été regroupées au sein de Stelia Aerospace. Plus de dix ans plus tard, l'équipementier toulousain, également spécialisé dans les systèmes d'interconnexion, finit dans les bras d'un fonds d'investissement américain pourtant plutôt spécialisé dans la hightech, Searchlight, un temps lié au puissant fonds KKR. Ce fonds américain détient désormais 65,55 % du capital de Latécoère. Très clairement un semi-échec pour Searchlight, qui souhaitait au départ détenir 100 % de sa proie.

Surtout, Latécoère passe sous la bannière étoilée avec tous les inconvénients que cela suppose pour la souveraineté française d'un groupe qui travaille sur des programmes aussi sensibles que le Rafale, l'A400M, les satellites militaires français (harnais) et, surtout, le missile nucléaire M51. L'ombre de la réglementation américaine Itar pourrait planer une nouvelle fois sur tous ces programmes militaires, dont certains sont des fers de lance de l'industrie française à l'exportation. Sans compter la problématique extrêmement sensible de la confidentialité sur la dissuasion française et de l'avance de Latécoère sur la technologie photonique très prometteuse (aéronautique, défense...) du Li-Fi (Light Fidelity), qui a un débit cent fois plus rapide que les Wi-Fi existants.

Des députés montent au créneau

Et cela se passe mal. Fin novembre, dix-sept députés ont écrit au Premier ministre pour lui demander d'avoir une "approche souveraine" sur les ventes de Photonis et de Latécoère. En vain pour l'équipementier aéronautique. Le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier a jugé excessives les inquiétudes sur Latécoère. "Le risque souveraineté n'existe pas sur Latécoère, il existe en général. Il faut des règles", a-t-il estimé en début d'année. Une déclaration qui va dans le sens de la PDG de Latécoère. Yannick Assouad, qui a un passé très américain (PDG d'Honeywell Aerospace, diplômée de l'Institut technologique de l'Illinois), a expliqué dans une interview à L'Usine nouvelle que "la lettre d'engagement signée par Searchlight, confidentielle", aborde les questions concernant ces programmes de défense. Et de dire que "l'État a bien joué son rôle pour protéger ce qui doit l'être. En tant que dirigeante de Latécoère, je mettrai un point d'honneur à respecter ces engagements".

Mais, selon nos informations, Searchlight traîne déjà les pieds pour remplir certains de ses engagements. Ainsi, l'État a demandé à Searchlight, au titre du contrôle des investissements étrangers en France (procédure IEF), qu'il prenne un chevalier blanc français, qui aura son agrément. Cet investisseur doit détenir au moins 10 % du capital et des droits de vote de Latécoère et sera son œil au conseil d'administration. L'État lui a soufflé le nom de Tikehau Capital. Mais, selon nos sources, Searchlight aurait l'intention d'organiser des enchères pour trouver un partenaire et amortir son investissement. Mais la mère de toutes les batailles sera la sortie de Searchlight, dans cinq ans environ. L'État français a-t-il déjà pris des mesures pour empêcher une vente à un industriel non désiré? 


Michel CABIROL
Latribune.fr

 



NEXEYA, CLS, PHOTONIS... UNE GESTION AU CAS PAR CAS


A côté d'opérations comme la vente de Morpho à Advent, la cession de la PME HGH à Carlyle ou le rachat de Latécoère par Searchlight, la France a également su prendre des initiatives pour mieux protéger sa base industrielle et technologique de défense (BITD). L'exemple le plus édifiant reste la vente de Nexeya par ses actionnaires historiques au groupe allemand Hensoldt, détenu par le fonds américain KKR. Le ministère des Armées a imposé aux actionnaires de Nexeya d'exclure de la vente l'activité spatiale (Nexeya Space) ainsi que certaines activités de défense liées à la souveraineté française. Soit 36 millions d'euros de chiffre d'affaires (200 salariés). Ces activités considérées comme critiques ont été dans un premier temps distinguées des autres activités de Nexeya, puis rassemblées dans une nouvelle société baptisée Hemeria, principalement spécialisée dans les nanosatellites. 

CLS, un actif qui file en Belgique

La Compagnie nationale à portefeuille (CNP), société d'investissement belge du groupe Frère, qui se propose de racheter une participation majoritaire du capital de la pépite technologique CLS (Collecte Localisation Satellites), a dû déposer, fin novembre, un dossier à la Direction générale des entreprises (DGE) dans le cadre de la procédure des investissements étrangers en France (IEF). Si tout se passe bien, la procédure devrait durer deux mois minimum à compter du dépôt du dossier. L'État français, qui aurait pu imposer un acheteur français - la banque Rothschild était sur les rangs -, a laissé filer cet actif en Belgique. Il faut cependant préciser que le Centre national d'études spatiales (CNES) devrait rester actionnaire à hauteur de 35 % de l'opérateur des célèbres balises Argos.

Après quelques hésitations, l'État français a entrepris par ailleurs de trouver un actionnaire français de référence à Photonis, qui fournit les forces spéciales de tous les pays de l'OTAN. Mis en vente par le fonds Ardian, ce leader mondial de la conception et de la fabrication de tubes d'intensification d'image de pointe pour les militaires intéresse très fortement des groupes américains notamment. Après avoir vainement tenté de convaincre Thales et Safran de racheter Photonis, l'État a récemment sollicité d'autres industriels français. La fin de l'histoire reste à écrire. Ainsi, quand la France veut, elle choisit de s'en donner les moyens. C'est une simple question de volonté politique. Avec le renforcement de la procédure IEF, l'État dispose, via la Direction générale des entreprises, d'une palette d'outils plus large pour préserver ses pépites et ses entreprises stratégiques lors d'une opération de contrôle par un investisseur étranger.

Pas de "Proxy Agreement" français

Mais pas question pour le moment d'envisager une solution de type "Proxy Agreement" à la française, à l'image de ce qu'impose l'administration américaine à des investisseurs étrangers lors d'un rachat d'une société considérée comme stratégique pour les États-Unis. Un dispositif qui limite drastiquement les droits de l'investisseur étranger au sein même de sa société gérée par trois administrateurs américains, qui eux-mêmes désignent les dirigeants de la société. 

Michel CABIROL
Latribune.fr
 

Source : fr.France@wanadoo.fr

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.