«Le futur n'efface pas le passé». LIBRE OPINION du colonel (er) Michel GOYA.

Posté le jeudi 08 novembre 2018
«Le futur n'efface pas le passé». LIBRE OPINION du colonel (er) Michel GOYA.

«Respectons les héros et respectons l'Histoire», s'emporte l'historien Michel Goya à la suite d'une polémique à propos de l'hommage rendu par Emmanuel Macron, entre autres, au maréchal Pétain. D'après lui, les trahisons de 1940 n'effacent en rien les mérites du «héros de Verdun».

Il existe quelque chose qui s'appelle l'Histoire, qui est l'étude et l'écriture scientifique des faits et des événements passés. Et il y a autre chose qui s'appelle la mémoire, qui sélectionne plus ou moins consciemment les faits passés en fonction des stimuli ou des besoins du temps présent. Les deux coexistent mais ne font pas forcément bon ménage. La Grande Guerre en constitue un bon exemple.

Ce que dit l'Histoire est pourtant simple: l'Allemagne déclare la guerre à la France puis envahit la Belgique neutre avant de pénétrer en France. Dans l'esprit de tous les hommes qui sont mobilisés en France, il n'y a guère de doute: le pays est attaqué et il faut «faire son devoir» en le défendant. La lutte est terrible, d'une violence inconnue jusque-là et les sacrifices immenses, mais au bout du compte, les Alliés et en premier lieu les soldats français parviennent à vaincre l'armée allemande et à l'obliger le 11 novembre à signer un armistice qui équivaut à une capitulation militaire. C'est de ce fait aussi, avec un immense soulagement après tant de souffrances, «la paix avant la paix» signée avec le traité de Versailles le 28 juin 1919.

Une vieille et toujours influente idéologie en a fait tout autre chose. Son premier objectif était de supprimer toute idée de patriotisme. Depuis la loi de 1798, «tout Français est soldat et se doit à la défense de la Patrie». Concrètement, tous les hommes qui sont partis combattre en août 1914 étaient d'active, appelés ou professionnels, ou de réserve mais ils étaient tous soldats.
La cité défendue par ses citoyens, c'est une notion qui devait passer pour incongrue. Ces soldats-citoyens sont donc devenus des «civils que l'on a armés», pour reprendre l'expression de Bruno Roger-Petit, «conseiller mémoire» de l'Élysée. Ces civils sans conscience sont partis sous la contrainte pour un affrontement qui ne les concernait pas, envoyés à la boucherie par des «galonnés» et des politiques planqués à l'arrière.

Qu'on ne puisse pas très bien voir le but de ces planqués importait peu ; qu'ils aient souffert également avec 46 généraux, un quart des officiers d'infanterie ou 16 députés tués à l'ennemi, n'était jamais évoqué, ni le fait qu'ils avaient aussi des fils qui tombaient comme les trois du général de Castelnau ou les quatre du futur Président Paul Doumer. Que cette guerre terrible et nouvelle ait parfois été mal conduite c'est évident, 40 % des généraux ont été limogés pour cela avant 1914, et les raisons de leur incompétence étaient nombreuses. Que l'armée française ait connu aussi une spectaculaire transformation, ce qui supposait un minimum d'intelligence collective notamment de nombreux généraux, est encore plus vrai, mais de cela il ne fallait pas parler non plus.

Bien entendu, s'il ne fallait pas parler de patriotisme, il ne fallait pas parler non plus de victoire, des vilains mots qui rendent fiers d'eux-mêmes et seraient incitatifs de la guerre et de la haine, a-t-on encore entendu sur une chaîne de radio récemment par un des idéologues qui a grandement aidé à façonner la manière de célébrer les commémorations. Il reprenait ainsi des slogans de l'entre-deux-guerres, ceux-là mêmes qui ont contribué, entre autres facteurs, à la tétanie devant la montée de la menace nazie car ce n'est pas parce qu'on ne veut pas d'ennemis que l'on n'en a pas.

Du désastre de 1940 n'est survenue nulle remise en cause de ce courant, mais au contraire un appui à l'image des «galonnés» toujours aussi incompétents mais aussi désormais pour beaucoup fascistes et collaborateurs. La figure de Philippe Pétain, condamné à mort en 1945 pour intelligence avec l'ennemi et haute trahison, contribuait évidemment à cette disqualification. On se trouvait ainsi sans la possibilité de citer même l'action de Pétain pendant la Première Guerre mondiale, pourtant essentielle à la victoire de la France, sans l'accolement immédiat, certes compréhensible, de son action pendant la Seconde.

Les affres de l' «itinérance mémorielle» (quel mot étrange) après le scandale de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, témoigne de la force de cette gangue qui englue l'évocation de l'Histoire en cherchant à en retirer toute fierté.

Comme si reconnaître la victoire des poilus le 11 novembre était une incitation à la guerre, comme si parler de patriotisme était militariste, comme si tout cela était incompatible avec l'idée de réconciliation et d'amitié entre les peuples, comme enfin si l'homme frappé d'indignité nationale en 1945 n'avait pas conservé sa dignité de maréchal obtenue juste après le 11 novembre 1918 pour son rôle considérable. Comme si le futur effaçait le passé.

Toute guerre est une horreur, la Grande Guerre a été une grande horreur, raison de plus pour en respecter le récit. Reconnaître simplement le courage, le sacrifice, la force, les efforts en tous genres des combattants de l'époque, de tous les combattants sans exception, respecter les hommes en même temps que l'Histoire est-ce donc trop demander ?

Michel GOYA
Figarovox

Ancien officier des Troupes de marine et docteur en histoire, le colonel Michel Goya a publié récemment Les Vainqueurs. Comment la France a gagné la Grande Guerre (Tallandier, août 2018).

 

livre couverture les vainqueurs michel goya

 

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.