Le système de navigation Galileo passe le cap du milliard d'utilisateurs

Posté le mercredi 18 septembre 2019
Le système de navigation Galileo passe le cap du milliard d'utilisateurs

Galileo, le système européen de navigation et de localisation par satellite, attire de plus en plus d'utilisateurs. Le 9 septembre, il a passé le cap du milliard de smartphones compatibles. 

L’agence européenne GSA (European Global Navigation Satellite Systems Agency) célèbre son quinzième anniversaire. Lundi 9 septembre, elle s’est offert un beau cadeau : le système de navigation et de localisation Galileo a passé le cap du milliard d’utilisateurs. L’annonce permet de relativiser un été difficile pour la constellation de satellites conçue et développée en partenariat avec le CNES (Centre national d'études spatiales).

 

156 modèles de smartphones compatibles

Le cap du milliard correspond en fait au nombre de smartphones compatibles à Galileo vendus dans le monde. Le nombre d’utilisateurs réels pourrait ainsi être bien supérieur. Mis en service en 2016, le service Galileo n’était alors accessible qu’à un petit nombre de smartphones.

Les fabricants se sont rapidement adaptés pour proposer des téléphones compatibles. Selon la GSA, 156 modèles sur le marché se localisent grâce au service. Vous pouvez vous-mêmes vérifier si votre appareil est compatible sur le site de la Commission européenne

 

Applications dans l’industrie

Avec le service EGNOS, mis en service en 2009, Galileo représente le fer de lance des systèmes européens de navigation par satellites. Il « a rendu l’Europe indépendante des autres systèmes de positionnement grâce à sa précision meilleure que le mètre » et il « fournit des données essentielles à différents domaines d’applications tels que les transports, l’agriculture ou encore l’énergie », se vante le CNES.

La SNCF utilise par exemple le service dans presque la moitié des TGV et songe exploiter Galileo dans plusieurs axes de recherche : la géolocalisation pour développer les trains autonomes ou encore l’utilisation d’images satellites pour la surveillance des infrastructures.

 

Galileo, bientôt le premier système de navigation ?

S’il vient de passer le cap du milliard d’utilisateurs, le service doit encore grandir. Il compte pour l’instant 26 satellites en orbite à 23. 222 kilomètres d’altitude. D’ici à 2020, la constellation devrait grandir à 30 satellites pour des applications de plus en plus larges. Actuellement, il s’agit du quatrième système mondial de géolocalisation par satellite, derrière ceux des États-Unis, de la Russie et de la Chine. « D'ici trois à quatre ans, Galileo sera le premier système mondial de navigation », espère le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, dans un entretien au Parisien.

Le dirigeant relativise aussi la panne de signal de plusieurs jours subie par Galileo en juillet. Un incident embarrassant pour le secteur spatial européen. « Ce qui nous est arrivé n'a rien d'exceptionnel : que ce soit le GPS américain, le Glonass russe ou le Beidou chinois, tous connaissent également régulièrement des incidents. », balaie le président du CNES.

Usinenouvelle.com


Source et légende de la photo :
© ESA 
D’ici à 2020, la constellation Galileo devrait grandir à 30 satellites pour des applications de plus en plus larges. 

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.