LIBRE OPINION de Léna COROT : Qui est Fincantiéri, l’Italien qui pourrait reprendre STX France ?

Posté le mardi 03 janvier 2017
LIBRE OPINION de Léna COROT : Qui est Fincantiéri, l’Italien qui pourrait reprendre STX France ?

Alors que quatre prétendants semblaient être en lice, Fincantieri serait finalement le seul constructeur naval à avoir déposé une offre auprès du tribunal coréen pour reprendre STX France, selon Reuters. Mais qui est ce constructeur naval italien ?

 

Avec un chiffre d’affaires de plus de 4 milliards d’euros, Fincantieri se targue d’avoir fabriqué plus de 7 000 navires en 230 ans d’existence. Le constructeur naval italien emploie 19 000 personnes réparties sur une vingtaine de sites dont des chantiers navals en Italie, aux Etats-Unis, en Norvège ou encore en Amérique du Sud ou en Asie. Le constructeur naval italien, dont le PDG est Giuseppe Bono, est détenu à 72,51 % par Fintecna, une holding contrôlée par le ministère de l’Economie et des Finances italien. Fincantieri s’était déjà, par deux fois, positionné en faveur d’un rachat du chantier naval de Saint-Nazaire sans parvenir à son but en 2006 et 2014. Le constructeur italien fabrique différents types de navires : paquebots,  yachts, navires de guerre, navires de croisière ou encore sous-marin et bâtiments offshore.

Fincantieri intéressé par la taille de la cale de Saint-Nazaire

Fincantieri fait la moitié de son chiffre d’affaires grâce aux bateaux de croisière. Il a notamment construit le Queen Victoria en 2007 et son sister-ship, le prestigieux Queen Elizabeth en 2010, qui dispose d’une capacité de 2092 passagers, pour la Cunard. En 2006, Fincantieri a aussi construit, le plus tristement célèbre, Costa Concordia pour Costa Croisières. Toutefois, depuis quelques années déjà, les grands paquebots voient leurs tailles considérablement augmenter. Or, les cales des chantiers navals détenus par Fincantieri ont atteint leurs limites que se soit en terme de capacité de production et de limite de taille des navires fabriqués. En effet, son site le plus grand est celui de Monfalcone qui a une cale sèche mesurant seulement 350 mètres de long pour 56 mètres de large. Il peut produire au maximum des unités d'un tonnage de 160 000 GRT. Par comparaison, le chantier naval de Saint-Nazaire dispose d’une cale sèche de 400 mètres de long et 80 mètres de large. Récemment, Saint-Nazaire a d’ailleurs fabriqué le paquebot géant Harmony of the Seas. En rachetant STX France, Fincantieri disposerait de la capacité du chantier naval de Saint-Nazaire pour pouvoir répondre aux appel d'offres des compagnies de croisières se lançant dans la course au plus gros paquebot. L'Italien augmenterait aussi sa capacité de production.

Les inquiétudes de DCNS dans le domaine militaire

En outre, Fincantieri réalise environ un tiers de son chiffre d’affaires dans le militaire. Il affirme avoir livré plus de 2 000 navires militaires en 230 ans d’histoire. Fincantieri fabrique majoritairement des bâtiments de surface car sa capacité technologique est plus faible dans la fabrication de sous-marins. L’Italien fabrique des frégates, porte-hélicoptères et patrouilleurs pour la marine italienne et aussi américaine. Durant l’été 2016, Fincantieri a raflé un mégacontrat de quatre milliards d’euros au Qatar. Il était alors opposé à … DCNS. DCNS et STX France ont passé des accords commerciaux pour répondre aux besoins de la France pour la construction de bâtiments militaires de grande taille. Toutefois, DCNS voudrait rester le seul fabriquant pour les navires de plus petite taille. En rachetant STX France, Fincantieri  deviendrait un concurrent direct du français dans le domaine militaire. Et rien ne garantit que l’italien, disposant d’une forte expertise technique dans le domaine militaire, souhaite honorer les accords commerciaux conclus entre DCNS et STX France.

 

Léna COROT
L’usine nouvelle

Source : L’usine nouvelle
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.