Les Chinois s'intéressent à la dissuasion nucléaire française

Posté le mercredi 17 juillet 2019
Les Chinois s'intéressent à la dissuasion nucléaire française

Dissuasion nucléaire Française

Une implantation étrangère « de plus en plus forte » constatée
près des Centres de transmissions de la Marine

 

 

Si la Force océanique stratégique (FOST), qui assure la composante navale de la dissuasion nucléaire, repose essentiellement sur quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) et six sous-marin nucléaires d’attaque (SNA), il ne faut pas oublier l’importance – cruciale – de ses quatre Centres de transmissions (CTM), implantés à Rosnay, Saint Assise, Kerlouan et « France Sud ».

Celui de Rosnay, dans l’Indre, occupe une place centrale dans ce dispositif. Avec ses 13 pylônes qui soutiennent une antenne géante, il dispose de l’un des émetteurs très basse fréquences [VLF] les plus puissants du monde. Ces ondes radio-électriques se propagent à très grande distance et peuvent pénétrer dans l’eau, ce qui permet de communiquer avec les sous-marins en mission… Et donc de transmettre, le cas échéant, un ordre présidentiel vers un SNLE.

« Plusieurs entités œuvrent au quotidien à l’accomplissement de la mission : l’équipage du CTM, une compagnie de fusiliers marins, une brigade de gendarmerie maritime, la Direction des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information [Dirisi], le groupement de soutien de la base de défense de Bourges-Avord, le service d’infrastructure de la défense… L’isolement et la spécificité des matériels mis en œuvre nécessitent la présence sur le site de nombreuses compétences », explique Cols Bleus, le magazine de la Marine nationale.

Seulement, l’Indre abritait aussi le 517e régiment du Train, qui avait ses quartiers sur l’ex-base Otan de la Martinerie. Après sa dissolution, en 2012, ce terrain est devenu, sur proposition de l’État, la propriété de la Communauté d’Agglomération de Châteauroux. Et, depuis, un campus universitaire chinois s’y est installé, ainsi qu’Eurosity, un « hub sino-européen » ayant « pour mission de développer la coopération économique entre la France, l’Europe et la Chine. »

Sur son site Internet, Eurosity précise que ses secteurs industriels sont « l’électronique, l’informatique (équipements et logiciels), les équipements de télécommunications, les biens de consommation électriques et électroniques, les énergies nouvelles, les éco-industries, la biochimie, les équipements agricoles, l’automobile et l’aéronautique. »

En outre, en 2017, la SFECZ, c’est à dire la plateforme de coopération franco-chinoise de Châteauroux, a signé une convention de coopération avec l’Université des sports de Pékin, avec l’objectif d’accueillir et de former, sur le site de La Martinerie, « l’élite des étudiants en sport de Chine », avait rapporté le quotidien La Nouvelle République. Et il est même question d’en faire une base d’entraînement européenne pour les sportifs de haut niveau chinois en vue des Jeux Olympiques de 2024.

Or, pour la députée (Var) Sereine Mauborgne, qui se défend de verser dans la paranoïa, cet intérêt chinois pour Châteauroux peut être « troublant ».

« Comme me l’a signalé mon collègue François Jolivet, député de l’Indre, certaines implantations à proximité du CTM peuvent être – sans tomber dans la paranoïa – considérées localement comme troublantes. Par exemple, une université chinoise est installée dans la base militaire jouxtant l’aéroport de Châteauroux où du fret sensible est opéré. Ils envisagent d’y établir une base d’entraînement pour les Jeux olympiques. Alors si on peut être confiant dans la qualité des élèves d’une université sportive, là on est certain qu’ils sont tous militaires », a fait remarquer la parlementaire, lors d’une audition de l’amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, le commandant des Forces sous-marines et de la Force océanique stratégique (ALFOST)

Autre fait troublant, selon la députée, les « achats terrains agricoles à proximité, voire en bordure du site. » D’où sa salve de questions à ALFOST : « Quelle est la doctrine en matière de risques d’interception? Existe-t-il un lien suffisamment fort entre les services de l’État dépendant de la préfecture et la défense? Faut-il remettre des attachés de défense dans les départements sensibles? »

L’amiral Morio de l’Isle ne s’est pas trop épanché sur cette affaire. Du moins, selon le compte-rendu qui a été fait de son audition (à huis clos, ndlr). Cependant, a-t-il dit, « s’agissant de présence étrangère à proximité des CTM, je n’ai pas beaucoup de leviers disponibles mais, comme vous, je constate une implantation de plus en plus forte autour de mes centres », a-t-il répondu à Mme Mauborgne. Et d’ajouter : « Nous adaptons nos dispositifs à ces évolutions. »

Par ailleurs, et s’agissant de la présence de sous-marins russes au large des côtes bretonnes, c’est à dire la base de l’Île-Longue, qui accueille les SNLE de la FOST, l’amiral Morio de l’Isle a dit qu’elle s’est « renforcée il y a plusieurs années ». Et « cela correspond à la période au cours de laquelle M. Le Drian (s’était) exprimé à ce sujet », a-t-il continué. « Il faut d’abord identifier cette présence, la suivre et adapter la cinématique de nos unités si nécessaire pour garantir leur totale invulnérabilité », a-t-il ensuite expliqué.

Quoi qu’il en soit, et pour le moment, « il n’existe pas d’enregistreurs déposés au fond des zones de transit », a assuré ALFOST. « Nous vérifions nos approches avant chaque opération. Les routes utilisées par les SNLE pour gagner les grands fonds sont passées au peigne fin par les chasseurs de mines à la fois dans la rade, mais aussi sur les routes maritimes empruntées », a-t-il conclu.

 

Photo : Marine nationale

 

Rediffusé sur le site de l'ASAF :www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.