Les journées du Matrimoine

Posté le dimanche 18 août 2019
Les journées du Matrimoine

On connaissait les journées du Patrimoine, nous avons maintenant les journées du Matrimoine. Ce n’est pas une plaisanterie, c’est une initiative très sérieuse destinée à promouvoir l’égalité homme-femme. La définition en est donnée sur le site matrimoine.fr : « Le Matrimoine est constitué de la mémoire des créatrices du passé et de la transmission de leurs œuvres. »  La réalisation est assurée par des organismes publics aussi convenables que les régions Ile de France ou Auvergne-Rhône-Alpes.

Les partisans du 'jusqueboutisme' dialectique s’en donnent donc à cœur joie avec ces substituts contemporains de la lutte des classes : lutte des sexes aux grandes heures du féminisme militant, et aujourd’hui lutte des genres. L’héritage de nos mères doit être séparé de celui de nos pères comme on sépare le bon grain de l’ivraie. Comme s’il ne fallait pas un père et une mère pour donner une descendance. Comme si tout n’était pas lié. Comme si le patrimoine n’avait jamais été qu’une insupportable liste sexiste de créateurs masculins.
 
George Sand aurait-elle été exclue du patrimoine littéraire, Berthe Morisot rayée de la liste des impressionnistes, Nadia et Lily Boulanger éliminées de celle des grands musiciens, passées à la trappe Marguerite Duras et Françoise Sagan, oubliée Marie Curie, ostracisée Sainte Thérèse de Lisieux parmi les docteurs de l’Église... la liste des femmes créatrices, artistes et scientifiques honorées au même titre que les hommes dans le cadre du patrimoine est inépuisable. Il faudrait des pages et des pages pour les recenser. Point n’est besoin d’inventer le "matrimoine" pour leur rendre hommage. Tant qu’on y est, pourquoi ne pas imaginer des journées promotionnelles consacrées à certaines catégories de créateurs en fonction de la couleur de leurs yeux ?... Et puis, on oublie les créateurs transgenre, transexuels ou travestis... resterait donc à lancer les journées du travestimoine...
 
La lutte des genres n’est qu’un avatar de l’idéologie dialectique autodestructrice qui s’est emparée d’une partie de l’humanité. Il s’agit de dresser les uns contre les autres tous les groupes humains en fonction de n’importe quel critère d’appartenance. Et le travail est loin d’être fini car la "bête immonde" bouge encore. La loi naturelle, la complémentarité des sexes, l’amour du prochain, le respect de l’être humain, le droit à la vie, le simple bon sens ont encore quelques adeptes. Alors, les petits soldats du soi-disant progressisme sont toujours sur le pied de guerre.
A côté des grandes batailles comme celle de la PMA sans père, il y a aussi les petites escarmouches comme les agressions répétées contre le vocabulaire usuel. Je ne parle même pas de l’écriture inclusive que sa barbarie et sa laideur rendent totalement insupportable dès le premier abord, sauf à quelques fanatiques. Mais par exemple, l’invention du mot "matrimoine" est l’une de ces petites armes de la guerre des genres que l’on aurait tort de négliger.
 
Le patrimoine, compris comme l’ensemble des œuvres des créateurs de notre passé, n’exclut personnes. Tous ces créateurs sont généreusement rassemblés sans distinction de sexe, de genre, d’origine, de race ou de couleur des yeux, par-delà toutes les différences. Et le patrimoine ne se limite pas aux frontières, il s’enrichit aussi de tous les apports étrangers. L’invention d’un concept comme le matrimoine procède, au contraire, d’une démarche ségrégationniste, exclusive et sectaire. Le patrimoine est ouvert à tous, le matrimoine est, par définition, réservé à une seule catégorie d’êtres humains, il est limité, fermé, borné dans tous les sens du terme.
 
Puisque l’on dit "un patrimoine", pour faire bonne mesure il faudrait sans doute exiger que l’on dise "une matrimoine", au féminin. Et dans un souci d’égalité homme-femme ne faudrait-il pas opposer à la Mère Patrie le concept nouveau du Père Matrie ? Que choisir pour être le plus 'genristiquement' correct ? Je serais tenté de dire qu’il conviendrait de prendre le la hauteur, mais ce dernier mot est-il acceptable pour les genristes qui croient dur comme fer que la lettre "e" est un signe de féminité ? La Patrie s’écrit bien avec un "e", mais la paternité, comme la féminité, tout aussi féminines, s’écrivent sans "e". Dilemme...  de la même manière qu’ils imposent "auteure" pour une femme auteur, ne vont-ils pas imposer "hauteure" ?... C’est à y perdre son genre. Maurice Druon disait par dérision qu’il était impatient qu’on lui présentât une "sapeuse-pompière". L’officialisation du terme est envisagée aujourd’hui avec le plus grand sérieux par les nouvelles Précieuses ridicules.
 
Le puits du crétinisme genriste est bien un puits sans fond. Refermons vite la trappe par crainte du vertige que provoquerait une observation trop longue de l’abysse.

 

 Paul RIGNAC
Essayiste, écrivain
Source : Magistro

 

 

Remarques de l’ASAF

- Faudra-t-il changer ou compléter l’expression :
Mort pour la Patrie ?
- La devise:
HONNEUR et PATRIE devra-t-elle modifiée ?
- Devra-t-on écrire :
Le sentinel au lieu de la sentinelle quand il s’agit d’un homme qui a cette charge ?

Cessons ces « opérations » de diversion sur notre orthographe. Elles divisent et déstabilisent inutilement  notre Nation ; elles suscitent des tensions et des conflits; elles fragilisent notre société et la rend plus vulnérable face aux agressions extérieures.

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.