LIBRE OPINION : Compte rendu Commission de la défense nationale et des forces armées du Mercredi 19 novembre 2014

Posté le dimanche 14 décembre 2014
LIBRE OPINION : Compte rendu Commission de la défense nationale et des forces armées du Mercredi 19 novembre 2014

Audition, ouverte à la presse, de Mme Monique Castillo, professeur de philosophie à l’université Paris Est, du colonel Michel Goya, chef du bureau recherche au centre de doctrine et d’emploi des forces de l’armée de terre, et de M. Sébastien Jakubowski, chercheur associé au centre lillois d’études et de recherches sociologiques de l’université Lille 1 et enseignant à l’institut d’études politiques de Lille, sur les conséquences des arrêts de la CEDH du 2 octobre 2014 relatifs à la liberté d’association des militaires.

Avis de l'ASAF: Ces deux interventions sont remarquables par la justesse des analyses, la valeur des arguments développés et la franchise des deux orateurs.Elles sont de nature à éclairer les membres de la commission de la Défense de l'assemblée nationale sur la spécificité militaire, les enjeux et les risques de la "syndicalisation des armées".

LIRE le compte -rendu

 

 

 

Commentaires (3)
  • APPARICIO
    17 décembre 2014 à 16:57 |
    ILS ONT BESOIN DE NOUS !!!!
    Eh bien Oui, je suis fier de notre Armée Française. Oui, je la soutiens sans conditions, Oui je suis fier de nos enfants qui à partir de leurs 20 ans, par Amour pour leur pays, décide de rejoindre notre Armée, et de servir la France pour souvent le pire et hélas, et trop souvent au péril de leur vie. Je ne peux plus me taire et crier au scandale, pour supporter de les voir partir au combat, sans moyens et souvent sans solde pendant des Mois, soi-disant (Par la faute du système informatique Louvois). Oui, je suis fier d’être Patriote et d’avoir devant chez moi le drapeau Bleu, Blanc, rouge.
    Le ton est ainsi donné. Ma famille, mes proches, mes voisins, mes amis, le quidam, ou l’homme politique de ma région qui passe devant ma maison, voit ainsi que certaines personnes n’oublient pas et soutiennent leur Armée. C’est pourquoi peut être, peut de personnes n’osent franchir ma porte pour quelle campagne que ce soit, car une de mes principales préoccupations est visible de tous, et claque au vent devant ma porte. C’est notre drapeau National, que mes parents, les instituteurs de mon ancienne école d’état depuis le primaire, m’ont appris à aimer et respecter.
    C’est pourquoi, à mon petit niveau, pour faire mon devoir et marquer mon soutient, dans un premier temps, j’ai commencé par adhérer à l’ASAF. Et maintenant dans un deuxième temps, par militer pour nos enfants qui portent l’uniforme de la France avec fierté et honneur, sur les théâtres d’opération ou leur présence, les combats qu’ils mènent dans divers pays où règnent le Terrorisme, ainsi que l’asservissement contraint et forcé que subissent certaines populations. Tout cela, sous la coupe de ces milices du mal que nous connaissons tous, et de plus qui occupent illégalement des territoires ne leur appartenant pas, pour en faire leur bases arrières, afin de pouvoir former des kamikazes qui mèneront par la suite des opérations criminelles, sur notre territoire national et en Europe.
    Depuis longtemps, j’ai compris le bien fondé des Opex que mènent nos militaires, pour détruire et éradiquer ces forces criminelles moyenâgeuses. Je sais que par leurs actions, ils sécurisent ainsi ou diminuent les risques d’attentats chez nous. Il nous faut en prendre conscience, et obliger nos politiques, à donner à notre Armée les moyens financiers de poursuivre dans de bonnes conditions, les missions que les dirigeants de la France leur ont confiées.
    Il est impensable de dire je veux ! En disant débrouille toi. De plus, grâce au professionnalisme de ces Hommes, nous avons pu éviter plus de morts pour la France que nous avons eue dans nos rangs, avec le peu de moyens dont nos militaires disposent.

    Alors je pose la question, pourquoi prendre de telles décisions criminelles de sabrer les budgets de l’Armée, et d’envoyer ainsi nos enfants au combat, face à des terroristes aussi bien et surement mieux équipés, formés, qui sont endoctrinés par des fanatiques. Comment oser cela, avec un matériel dépassé et âgé de plus de 50 ans. (VAB – Avions - Armement – etc., etc.,)
    Qui sera responsable de nos morts faute de moyens ? Ceux qui nous dirigent, vous nous ? Eh bien oui, je pense que nous avons comme ceux qui nous dirigent une part de responsabilité par notre silence. Oh bien sûr, elle est bien moins importante que ceux qui prennent les décisions en haut, mais nous avons-nous Citoyens, notre croix aussi à porter.
    Comment pouvons-nous réparer cela ? Et bien puisque des élections importantes arrivent, que l’on soit de Gauche, du Centre, de Droite ou d’ailleurs, demandons ou écrivons à nos politiques régionaux, vous savez ceux qui décident, de bien vouloir se battre à leur tour, pour demander que le « Budget de l’Armée Française » soit sorti des coupes de comptes, et soit géré à part sous la responsabilité des militaires pour le répartir. Ou alors, faisons rentrer notre Armée sur le territoire National dans ses foyers, et ne nous plaignons pas lorsque le terrorisme frappera aveuglément dans nos cités, nos maisons ou nos rues….
    Les paragraphes ci-dessus sont le fruit de ma colère, et je le dit et l’écris tout haut, car l’actualité en général de ces derniers mois, m’a fait prendre conscience moi Citoyen, de notre absence de ce débat pour soutenir notre Armée. Merci aux responsables de l’ASAF qui tout au long de cette année 2014, m’ont véritablement tenue au courant de la vie et de l’action de nos militaires. Je ne saurai trop vous recommander de visiter son site, et peut être rejoindre je l’espère, nos rangs. ( www.asafrance.fr)
  • Raymond NENERT
    23 décembre 2014 à 15:47 |
    Le syndicalisme est un danger pour nos Armées et par la même, un danger pour la Nation.

    Il est inconcevable, parce qu’un militaire est un homme qui a choisi s’il le fallait le sacrifice suprême qui dépasse les droits d'un citoyen lambda. En effet, comment peut-on imaginer une seule seconde qu'un homme de quart ou à la barre d'un navire de guerre puisse répondre à son Commandant " j'arrête" j'ai fait mes heures de quart. Ou qu'un soldat, jugeant une mission dangereuse refuse d'exécuter cette mission.

    Le métier Militaire implique des sujétions qui ne sont pas demandées aux civils. Le militaire est un "seigneur" puisqu'il sait qu'il peut donner la mort mais également la recevoir. Il ne peut dans le cadre de sa mission compter les heures.

    il appartient à la Nation, au chef, à tous les échelons, de veiller au respect des intérêts de ses subordonnés ». La Nation est également comptable du sacrifice de ses hommes et doit assurer à leur famille un soutien sans réserves.

    Il est insupportable que la cour Européenne oblige la France à créer des syndicats dans nos Armées, alors que les longues pages de l'histoire de nos Armées ont permis à notre pays de survivre.
  • Raymond NENERT
    23 décembre 2014 à 18:08 |
    J'abonde sans aucune restriction à l'ensemble de ces commentaires...
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.