LIBRE OPINION de Caroline GALACTEROS

Posté le samedi 29 août 2015
LIBRE OPINION de Caroline GALACTEROS

Pour lutter contre l'afflux de migrants et redevenir une forteresse protectrice de ses peuples, l'Europe doit prendre des décisions difficiles.


Selon l'agence Frontex, 107 500 migrants se sont présentés aux frontières de l'Union européenne en juillet, autant que durant toute l'année 2014. Depuis janvier, plus de 224 000 seraient partis à l'assaut de l'Europe (HCR), 160 000 seraient déjà arrivés sur les côtes grecques, et plus de 2 500 se seraient noyés dans ces traversées de tous les dangers. Selon Berlin, plus de 700 000 malheureux devraient d'ici la fin de l'année avoir cherché à s'établir en Allemagne, dont 40 % en provenance des Balkans (qui viennent d'être déclarés « sûrs » pour limiter l'appel d'air). 10 à 15 % seulement de ces populations sont des « réfugiés politiques », l'immense majorité des autres fuient la misère. Judicieux calcul, singulièrement en France, si l'on considère, avec la Cour des comptes, que 1 % des déboutés du droit d'asile sont effectivement reconduits à la frontière...

Chaque jour porte son lot de nouvelles sinistres : un naufrage en Méditerranée de miséreux terrifiés, le Tunnel sous la Manche paralysé par les passages sauvages, les îles grecques prises d'assaut, la France débordée à Calais, l'Italie à Vintimille, la panique d'États membres déchirés entre empathie et indifférence. La cacophonie européenne habituelle, se rassure-t-on. Non. Cette fois, l'Europe fait face à une attaque sans précédent, au moins partiellement planifiée, qui vise la déstructuration en profondeur de nos sociétés. L'Allemagne se raidit et dénonce la réalité d'une immigration « de confort ». La Hongrie, l'Autriche, la Bulgarie, le Danemark n'entendent pas plus se laisser prendre dans la mélasse de la mauvaise conscience. Mais, sans action radicale et coordonnée, c'est l'adversaire qui triomphe, instrumentalisant notre humanisme empathique, secondé par des médias avides de sensationnalisme. Lorsqu'on voit des policiers ou des marins excédés dégonfler des canots surchargés de pauvres hères, c'est l'image de l'Europe accueillante qui succombe, c'est notre vulnérabilité qui crève l'écran. L'Europe n'est plus une forteresse protectrice de ses peuples, c'est une passoire.

Une crise est géopolitique bien plus qu'humanitaire

Mais cette crise est géopolitique bien plus qu'humanitaire : nous nous débattons dans le piège tendu par une organisation terroriste État islamique très organisée et surtout conséquente. Le « calife » al-Baghdadi, chef de Daesh, que nous répugnons toujours à combattre au sol, nous contentant de frappes si ciblées qu'elles ne font que galvaniser ses effectifs grandissants, n'avait-il pas annoncé dès février dernier qu'il submergerait le fragile esquif européen « de 500 000 migrants à partir de la Libye » si l'Italie se joignait à la coalition ? Les Soudanais, Érythréens, Afghans, Irakiens et Syriens, eux aussi malmenés par les bouleversements géopolitiques en cours en Afrique et au Moyen-Orient, n'ont fait que prendre en marche le train de cette macabre prophétie…

Les dirigeants de Daesh disent ce qu'ils font et font ce qu'ils disent. L'Europe, elle, ne dit toujours pas ce qu'elle veut faire ni ne fait ce qu'elle énonce : le blocus des côtes libyennes, la destruction préventive des bateaux, etc. Souhaitons que l'accord franco-britannique sur la lutte contre les passeurs à Calais nous fasse mentir. Engluée dans la procrastination, l'Europe donne le spectacle quotidien de sa désunion et de sa pusillanimité. Elle est coupable en premier lieu envers ses propres populations. Coupable de ne pas porter le bon diagnostic sur la nature et la gravité de la menace ; de ne pas admettre que ses États sont en guerre, de s'accrocher comme à une bouée dégonflée à ses « valeurs », sans oser le seul choix salutaire : répondre à Daesh. Sur le double front de l'intransigeance migratoire, en mettant déjà en œuvre un blocus militaire sans failles de la Libye et une fermeture efficace de ses frontières, et d'une intervention militaire massive au sol (avec forces spéciales américaines et frappes françaises en Syrie), pour contrer ceux que l'on a trop longtemps soutenus : les islamistes sunnites de « l'Armée de la conquête », qui n'ont rien de modéré ou de représentatif, et veulent mettre en pièces le régime de Bachar el-Assad afin de prendre le pouvoir en Syrie. Même leurs mentors saoudiens commencent à s'en inquiéter.

Idéalisme entêté, mâtiné de cynisme

Évidemment, le non-dit implicite du discours de nos « responsables » est que nous sommes les fauteurs de troubles de ces territoires en guerre (Irak, Afghanistan, Syrie, Libye, Sahel…) et que nous devons recueillir les malheureux que notre aventurisme militaire et politique a jetés hors de chez eux. Partiellement vrai. La France s'est, certes, imprudemment engagée en Libye et a contribué à la déstructuration violente de cet État. Mais le chaos irakien, matrice de toute la déstabilisation régionale, ne lui est nullement imputable, et son action courageuse au Sahel, même à l'aune de ses moyens insuffisants, doit être portée à son crédit. Quant à la Syrie, notre dogmatisme à l'égard de Bachar el-Assad qui était (comme Saddam Hussein ou Kadhafi d'ailleurs) le dernier rempart d'un équilibre ethnico-religieux imparfait mais protecteur des minorités, notamment chrétiennes, est désormais clairement en porte-à-faux par rapport au réalisme américain (comme sur les dossiers russe ou iranien).

Combien de massacres faudra-t-il encore laisser commettre, combien de morts, de chrétiens d'Orient livrés à la sauvagerie de l'ennemi, d'otages et d'attentats, avant de reconnaître que l'on s'est trompé d'ennemi une fois encore ? Espérons que le soutien unanime le 17 août du Conseil de sécurité des Nations unies à un plan « inclusif » pour des pourparlers de paix en Syrie amorce un retour au réalisme politique et stratégique, notamment du côté occidental. Notre idéalisme entêté, parfois mâtiné de cynisme, a contribué depuis quatre ans au martyre de ce pays.

Il n'est pas trop tard. Mais il faut du courage, celui de dire la vérité et d'en assumer les conséquences. Nous sommes en guerre. Nos opinions l'ont compris. Ce sont nos politiques (et aussi certains « analystes » aussi lunaires qu'irresponsables), notamment en France, qui refusent de l'admettre et de prendre les décisions – pas longtemps impopulaires – qui s'imposent. Devant cette invasion planifiée, nous n'avons plus le choix : nous devons fermer pour quelques années au moins les frontières de l'Europe à toutes les immigrations, humanitaires et même politiques. Nous devons faire en sorte que Daesh comprenne que son entreprise a échoué, qu'il ne submergera pas nos États, n'infiltrera pas ses kamikazes ni ne sèmera la discorde dans nos communautés. Il n'y a pas trente-six façons de convaincre al-Baghdadi et ses sbires, comme d'ailleurs les réseaux de passeurs, que leur idée n'est plus rentable, ni politiquement ni financièrement. La politique européenne doit devenir une politique d'accueil exceptionnel sous conditions strictes. Non plus : « on accueille par principe tout le monde sauf… », mais « on n'accueille personne sauf… » ; strictement l'inverse de ce qui provoque actuellement l'engorgement des dispositifs d'enregistrement et d'accueil. Schengen est mort. Ce dispositif était valable pour la circulation des biens et des capitaux. Mais ces hommes, ces femmes et ces enfants déversés sur les côtes italiennes et grecques ne sont pas des biens ou des capitaux ; ce sont des armes de destruction massive d'un nouveau genre, des vecteurs, malgré eux, de déstabilisation politique et de mutation identitaire.

Montée des populismes

À force de nier, de renier son histoire et son identité chrétienne comme s'il s'agissait d'une maladie honteuse, l'Europe, et singulièrement la France, ont offert leurs flancs désarmés à l'offensive politique d'un islam conquérant pris en mains par des chefs déterminés et ambitieux. Notre pusillanimité les ravit. Quel cadeau inespéré que ces politiciens incapables pour la plupart de voir loin, de décider les priorités de l'action publique, ces gestionnaires qui ne dirigent rien et confondent laxisme et relativisme ! L'abstention électorale et la défiance envers le politique explosent ? Qu'à cela ne tienne ! On naturalise massivement de nouvelles catégories d'électeurs, qui voteront bientôt avec gratitude pour des pouvoirs leur assurant une survie confortable aux dépens d'une France laborieuse, d'en haut et d'en bas, écœurée par tant d'opportunisme et d'encouragement au communautarisme et à la haine sociale. Tout cela au nom d'une laïcité dévoyée et de valeurs républicaines distordues par le revanchisme social. Comment oser dès lors s'étonner de la montée d'un populisme qui fait son lit de cette pleutrerie des « partis de gouvernement » quêtant la popularité dans le renoncement ? Le ras-le-bol populaire gronde.

Comme la France en son temps, l'Europe « ne peut accueillir toute la misère du monde ». Elle n'en a plus les moyens et de moins en moins la volonté. Riche par rapport aux parties du monde à feu et à sang, l'UE est en crise politique et identitaire profonde et en régression économique et sociale sensible par rapport à ses concurrents directs. Sans parler de son poids stratégique en recul. Elle n'est pas attaquée pour rien. Elle est le maillon faible d'un Occident qui vacille. Elle doit prendre soin de ses propres citoyens, et n'a ni emplois, ni logements, ni argent à offrir à des masses de migrants « catapultés », dans une version moderne du siège médiéval, pour modifier la composition démographique, ethnique et religieuse de nos États. Il est en fait de notre devoir moral de stopper l'accueil « de seconde zone » des migrants, indigne de nos standards de solidarité. Le paradoxe n'est qu'apparent. Un peu comme cette consigne de sécurité aérienne contre-intuitive, qui rappelle qu'en cas de dépressurisation de la cabine, il faut d'abord mettre son propre masque à oxygène avant de songer à en munir les enfants et à leur porter secours.

C'est une décision douloureuse, un renoncement apparent à ce qui a fait l'histoire de l'Europe, et singulièrement celle de la France. Mais nous sommes en lambeaux. Notre identité nationale, le cœur même du « pacte républicain » sont mis à mal, notre société est percée de mille flèches qui ont pour noms démagogie, électoralisme, communautarisme, ultra-individualisme, surendettement public, inefficacité administrative, naïveté internationale, dogmatisme diplomatique. Ce virage sécuritaire serré n'est que la rançon soudaine d'un trop long laxisme, d'un aveuglement entêté sur les ressorts de la résilience des sociétés modernes. Nous payons l'acceptation béate, depuis 25 ans, de « l'horizontalisation » massive du monde, de l'abaissement des États, de l'explosion des réseaux sociaux – vecteurs de progrès pour les libertés mais aussi caisses de résonance  pour les idéologies les plus macabres –, de l'hyper connectivité qui produit peu de lien mais bien des connexions assassines. Nous payons dans la douleur notre renoncement à l'autorité politique, à la hiérarchie des valeurs, à la prescription assumée des comportements individuels et collectifs. La sanction des faits est redoutable. Elle devient mortelle. À quoi sert d'être « le pays des droits de l'homme » si notre population entre dans l'ère de la défiance politique radicale, du chômage de masse et du non-travail, s'appauvrit et se désespère, se voit sommée de financer à fonds perdus des chimères humanitaires alors que ses équilibres sociaux primaires sont mis en péril par ces utopies ?

Caroline GALACTEROS
Le Point.fr

Source : Caroline GALACTEROS
Commentaires (11)
  • Philippe Leymarie
    31 août 2015 à 08:20 |
    L'Asaf et Le Point ont trouvé leur Oriana Falacci. Avec elles, c'est sûr, l'Orient n'est pas si compliqué ...
  • Jean-Bernard COMTE
    31 août 2015 à 11:33 |
    Solide analyse !
    Puissent nos politiques la découvrir..................
    Bravo à vous
  • marliac
    31 août 2015 à 13:17 |
    On aurait tort de parler d'aveuglement ou de bêtise ; l'invasion de l'Europe est programmée depuis quarante ans et atteint aujourd'hui - puisque les peuples européens ne réagissent pas - son apogée...Rien ne se fera sans se débarrasser des traitres complices qui nous dirigent...
  • BERTHELOT
    31 août 2015 à 14:49 |
    ANALYSE LUCIDE , COURAGEUSE ET DONC REMARQUABLE.... HELAS, ET COMME L'A DIT LE MARECHAL DE LATTRE DE TASSIGNY : """ LES SEULES MALADIES DONT MEURENT LES NATIONS SONT DES MALADIES DE LA VOLONTE. """
  • Marc Blondet
    31 août 2015 à 18:00 |
    Qu'y a-t-il à ajouter à cette analyse précise et factuelle ?
  • GALTEAU
    31 août 2015 à 20:45 |
    Quel réquisitoire et parfaitement justifié, nous suivons bêtement les politiques américaines (Russie, Syrie...et même Irak, encore que nous n'ayons pas participé à l'invasion et occupation du pays) et J. Chirac a refusé la mention des racines chrétiennes de l'Europe§ Quant à notre gouvernement présent, il traduit laïcité en anti-christianisme et spécialement anti-catholicisme. Et l'Eglise de France et particulièrement les Evêques de ne jamais protester et de confirmer chaque jour son penchant à gauche, malgré l'interdiction par le Vatican des prêtres-ouvriers.
  • Bauwens
    01 septembre 2015 à 14:48 |
    Voici l'un des meilleurs articles de fond qu'il m'a été donné de lire depuis longtemps.
  • Pierre Le Doaré
    01 septembre 2015 à 21:55 |
    Nous n'avons plus de responsables politiques ayant le sens de l'Etat mais des mandataires serviles aux ordres de leur parti ou de groupe de pressions, les deux réunis ne représentant qu'une infime partie de la population française.
    Et quand un gouvernement, autiste, menteur et manipulateur joue le caniche auprès du bulldog américain les catastrophes sont assurées.
    Merci pour cet article.
  • Esquivié
    03 septembre 2015 à 11:30 |
    excellente analyse et montée en puissance de la personnalité ASAF///merci
  • Christian LAPAQUE Lt-Cel (er)
    06 septembre 2015 à 00:08 |
    très bel article en effet , j'irai encore plus loin dans les conclusions.

    voir plus bas sur ce site.
    Défendons nos valeurs ; défendons notre humanisme.,

    La seule arme qui permet à la fois de lutter contre la barbarie et d'empêcher le populisme, parfois le repli sur soi qui tente nos hommes politiques tant à gauche qu'à droite c'est la fraternité, celle de notre devise, celle que la France a apportée au monde après le génocide nazi.
    Celle des droits de l'homme.
    5 millions d'Européens de confession juive et 10 millions de toute les catégories de la nomenclature nazi périrent parce les démocraties tardèrent à engager la lutte contre la barbarie Nazie.

    Nous devons nous louer d'entendre dès l'an dernier le président Italien inviter les européens à revenir à l'humanisme des pères fondateurs, nous devons applaudir la fraternité de l'Allemagne nouvelle qui nous démontre la maturité de sa démocratie.
    Nous devons nous inquiéter de ne pas entendre en France le mot Fraternité et d'entendre un jargon "le bien vivre ensemble" très égocentrique sorte d'hédonisme fort peu républicain. Même si on pratique le bien vivre ensemble avec son chien on n'établira jamais avec lui de relation fraternelle ni de démocratie.
    Mais peut-être que la république des français est actuellement en train de refaire l'éducation du monde politique en lui réapprenant et la fraternité et le patriotisme qui n'est pas l'amour des autres mais l'amour des siens de ce que nous sommes.
    Au fond notre mal n'est pas si profond la classe politique n'est pas si nombreuse, les français qui eux continuent à porter la souveraineté de leur république finiront bien par les faire revenir à la raison.

    "Une démocratie sans fraternité est une imposture Saint Exupery

    Utilisons mieux la richesse de l’Europe pour assurer son avenir :
    Développons un institut (avec son université) Européen de l’économie et des finances
    Nous devons nous inquiéter de voir les comptables Européens donner 400 milliards d'€ de facilités bancaires aux garnements Grecs qui ne perturbent que moins de 1% de la caisse commune. Alors que la même somme utilisée en Afrique aurait un autre sens pour l'avenir de l'Europe.
    Nous devons nous inquiéter de voir la France si seule au Sahel, obligée de faire une pause après son attaque de va et vient.
    Nous devons nous inquiéter de voir l'Europe incapable de déployer un plan Marshall en Afrique (African recovery plan) pour étendre ses marchés

    Développons un institut européen de la stratégie (avec son académie militaire).
    Nous devons nous inquiéter de voir le Lobby Ukrainien aux USA ( et auprès de la communauté européenne) plus fort que la politique étrangère Européenne. Ce qui nous prive est d'un allié pour le Moyen-Orient et d'un marché.
    Nous devons nous inquiéter de la situation de la stratégie européenne avec une OTAN trop forte au plan militaire et une Europe qui bricole au plan diplomatique.
    Il n'y a plus dans ce cas de démarche stratégique.

    Faire la guerre ne s'envisage qui si on a posé au préalable toutes les hypothèses de sortie de crise, toutes les solutions d'apaisement que seule les armes parfois permettent d'atteindre. Mais gardons nous de la toute puissanse Américaine qui cherche par la seule force ce que l’esprit de finesse lui ferait trouver.
    Encore que une Division Blindée US a eu plus d’influence en Yougoslavie que des casques bleus.
    Alors cessons de détruire l'entraînement de nos soldats en les utilisant comme sentinelle, sinon avec quelques fous de temps à autre, sans risques DAECH risque de nous entraîner vers de mauvaises solutions.

    Soutenons activement les institutions européennes qui développent notre « communalités » de valeur ce qui permet à chacun de préserver ses idées.
    l'Europe ne peut à la fois accepter toute la misère du monde et à la fois voir toute la misère du monde s'accumuler à ses frontières ou se noyer en mer.
    La réponse à cette menace aujourd'hui réelle est Européenne , c'est alors que l'Europe se réalisera.

    Les pays d'Europe connaissent des dangers plus grands que les réfugiés et le populisme, l'absence de fraternité et le repliement souverainiste de chacun sont bien plus graves.
    Chacun dans son coin est la pire des solutions face à cette menace Européenne.
    Il nous faut par ailleurs face à la Syrie une mobilisation aussi large que celle du premier conflit du Golfe pour que l'intervention militaire ait un sens et donc une portée politique.
    Gardons nous de l'aveuglement que le concentré de puissance que porte nos avions provoquent ne fabriquons pas d'autres Lybie.
    En prenons nous le chemin?

    encore merci pour votre article.
  • steeves
    30 décembre 2015 à 13:24 |
    seule l'armée qui peut faire pression sur le gouvernement pour changer les choses ,car l'avis du peuple ne compte plus après les élections !
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.