LIBRE OPINION de Laurent LAGNEAU : Les avions du Charles-de-Gaulle effectuent aussi des missions en Libye.

Posté le mardi 08 décembre 2015
LIBRE OPINION de Laurent LAGNEAU : Les avions du Charles-de-Gaulle effectuent aussi des missions en Libye.

À l’occasion de la venue du président Hollande à bord du porte-avions Charles de Gaulle, actuellement déployé en Méditerranée orientale, l’Élysée a diffusé un dossier de presse qui donne quelques précisions sur la mission Arromanches 2.

L’on apprend ainsi que le Charles-de-Gaulle opère depuis une zone située au sud de Chypre et que son déploiement a permis d’augmenter de 20% la contribution française à la coalition dirigée par les États-Unis contre l’organisation État islamique (EI ou Daesh).

L’on aurait pu croire que son groupe aérien embarqué (GAé) n’effectuait des sorties aériennes uniquement au-dessus de l’Irak et de la Syrie… Mais ce n’est visiblement pas le cas. En effet, le dossier de presse diffusé par l’Élysée indique que deux missions ISR (Intelligence, surveillance reconnaissance) ont été effectuées les 20 et 21 novembre derniers dans les régions de Syrte et de Tobrouk, en Libye par des avions du Charles-de-Gaulle.

Au 2 décembre, le GAé a effectué « 59 missions opérationnelles » et « jusqu’au prochain franchissement du canal de Suez, les opérations aériennes se déroulent à un rythme de 10 à 12 sorties par jour. Des vols ISR en Lybie sont également planifiés », peut-on lire dans le document de l’Élysée.

Cet intérêt pour la Libye n’est pas surprenant. Alors qu’aucun accord politique n’a pu être trouvé pour réconcilier les deux factions qui se disputent le pouvoir, la branche libyenne de l’État islamique cherche à étendre son influence, en particulier dans l’est du pays.

Bien implanté à Syrte, l’EI compte s’emparer de la ville d’Ajdabiya, située dans la région du croissant pétrolier, à 190 km au sud-ouest de Benghazi, l’organisation jihadiste ayant l’intention de mettre la main sur les infrastructures pétrolières libyennes.

Selon un rapport des experts du comité des sanctions contre al-Qaïda, l’EI est une « menace évidente à court et long terme en Libye ». Toutefois, il doit composer avec une population qui lui est hostile et éprouve des difficultés à trouver des alliances au niveau local.

Cela étant, le Premier ministre, Manuel Valls, a récemment estimé que la « situation en Libye était incontestablement le grand dossier des mois qui viennent ». D’où les missions ISR des avions du Charles-de-Gaulle.

 

Laurent LAGNEAU

 

Pour lire le dossier de presse de l’Elysée, cliquez sur la vignette ci-dessous.

Photo page de garde dp elysee

 

Source : Zone Militaire
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.