LIBRE OPINION : Défense. Notre armée tient dans le Stade de France

Posté le mardi 21 janvier 2014
LIBRE OPINION : Défense. Notre armée tient dans le Stade de France

Déclin. Un général avait prophétisé, voici quelques années, que l’armée de terre tiendrait bientôt dans le Stade de France (80 000 places).

 

C’est fait. Après la perte de 82 000 hommes en dix ans, l’armée de terre compte 100 000 militaires, dont 66 000 opérationnels. La France a dû s’adapter à l’évolution des menaces depuis la fin de la guerre froide, comme aux contraintes économiques. Les effectifs ont baissé, les armements ont diminué, les structures sont rationalisées ou mutualisées.

Mais à force de servir de variable d’ajustement budgétaire — aucune loi de programmation militaire n’a jamais été respectée —, la défense (31,4 milliards d’euros de crédits cette année) s’est réduite comme peau de chagrin. En cinquante ans, l’effort de défense est passé de 5,44 (1960) à 1,56 % (2012) du PIB. En 2020, ce sera 1,26 %, alors que le seuil plancher de la puissance française se situe à 1,5 % !

La cohérence globale de l’outil est maintenue mais les capacités sont dégradées, avec le strict minimum à peu près partout et une pénurie réelle pour les hélicoptères, les blindés, les avions de transport, la flotte de surface, le maintien en condition. Faute d’avoir su garder un budget militaire décent au regard de son ambition stratégique, la France aligne une armée d’échantillons. Les récents engagements opérationnels réussis atténuent un peu cette impression de déclin.

Mais au prix de sacrifices et d’acrobaties inquiétants pour l’avenir, désastreux pour le moral des troupes.

Source : Frédéric Pons - “Valeurs Actuelles”, le 21.01.2013
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.