LIBRE OPINION du Colonel (er) Michel GOYA : Le jour d’après la grande attaque.

Posté le samedi 14 novembre 2015
LIBRE OPINION du Colonel (er) Michel GOYA : Le jour d’après la grande attaque.

C’est donc à peu près entendu, la guerre de la France contre les organisations djihadistes qui dure déjà depuis vingt ans durera encore sans doute au moins autant. Dans le cadre de cette lutte, il est à peu près certain aussi que la foudre, la grande, celle qui fend les montagnes, ne nous épargnera pas éternellement. Les attaques de 2012 et 2015 ont été dures et surprenantes, en fait surtout dures parce que nous, nos dirigeants en premier lieu, avons été surpris alors que de nombreux éléments indiquaient que cela surviendrait.

On ne peut introduire la notion de résilience dans le Livre blanc de la Défense de 2008 et n’en tenir aucun compte, se féliciter régulièrement de déjouer des attentats et ne pas assumer que nous ne pourrons jamais tous les éviter. Ces attaques, et même celles de janvier dernier, qui ont provoqué beaucoup d’émotion, ne sont pourtant encore que peu par rapport aux dizaines d’attentats massifs et d’attaques dynamiques qui ont frappé diverses nations du monde depuis 2001. La première des responsabilités serait d’expliquer que cela arrivera très probablement sur notre sol dans les mois ou années à venir. 

 

Cette grande attaque, par exemple sous la forme d’un commando venu de Libye éclatant en cellules autonomes de massacre au cœur de Marseille, ou d’une équipe de snipers frappant les foules parisiennes une nuit du Nouvel An…ou tout autre procédé pourvu qu’il soit stupéfiant, sera sans doute finalement bien traitée, c’est-à-dire contenue et réprimée, par les services de police. Le dispositif de l’opération Sentinelle aura peut-être même, cette fois, une autre utilité que psychologique. Cela limitera les effets mais n’empêchera pas des dizaines, voire des centaines de victimes et un immense choc. Tout cela a été parfaitement décrit par ailleurs ici et là.

Il reste à savoir ce qui se passera le jour d’après. Quelle sera la réponse à ce qui, bien plus qu’en janvier, ressemblera vraiment aux attaques du 11 septembre 2001 aux États-Unis ? La France faisant partie des ennemis privilégiés de plusieurs organisations djihadistes, il est probable que tout cela a déjà été anticipé. Les discours forts sont déjà écrits, les actions diplomatiques, les plans de mobilisation des forces de réserve, ainsi que les plans d’engagement des forces déjà prêts pour vaincre l’ennemi…

 

C’est de l’ironie. Il est probable qu’il n’en est rien. S’il y a bien un message que la France a envoyé après les attentats de janvier, c’est qu’elle avait été surprise et qu’elle le serait encore plus en cas d’événements particulièrement graves. Car il ne faut pas confondre les réactions qui ont suivi  – le déploiement précipité des militaires dans les rues de la Métropole comme on injecte une forte dose d’antidépresseur, la légère inflexion dans la réduction des budgets et des effectifs, l’engagement momentané du groupe aéronaval dans le Golfe, la loi sur la sécurité – comme des signes d’une réelle stratégie.

Une stratégie suppose en effet la définition d’un chemin vers la victoire et la fin de la guerre, et ce chemin on ne le voit guère. Pourtant, quand on cumule tous les moyens engagés dans la « guerre » annoncée par le Premier ministre en janvier, nous sommes au niveau de l’« engagement majeur » (une expression pour justement éviter le mot « guerre ») prévu par le Livre blanc de 2013 et certainement contre l’ennemi prévu par ce même document, tout simplement parce qu’il n’y en a aucun (juste continuellement la même liste de menaces). La confusion n’est d’ailleurs toujours pas dissipée : le même Premier ministre qui déclarait la « guerre » annonce maintenant des actions de « police » en Syrie.

 

L’épée est donc déjà sortie mais pour quel effet ? Nous avons engagé deux brigades dans les rues de la Métropole afin de rassurer un peu les Français ; nous tentons d’endiguer les organisations armées nord-africaines avec 3 000 hommes et quelques aéronefs en limite d’un sous-continent très fragile et de la taille de l’Europe ; quant à nos douze avions de combat au Proche-Orient, ils réalisent 3 % d’une campagne de frappes qui n’obtient que des résultats mitigés contre l’État islamique. Le moins que l’on puisse dire est que, vu de Raqqa, notre contre-djihad manque singulièrement de punch et nous sommes pourtant à notre maximum.

 

Quelle sera alors la réponse stratégique si un commando de l’État islamique ou d’al-Mourabitoune parvient à tuer d’un seul coup autant de civils que le Lashkar-e-Toiba à Mumbai en 2008, soit dix fois plus qu’à Paris en janvier dernier ?

Il faudra alors d’abord expliquer aux Français pourquoi dans ce pays qui produit 2 200  milliards d’euros de richesse chaque année, l’État a la plus grande difficulté à en dégager 62 pour assurer ses missions régaliennes, celles qui assurent la sécurité des Français avec une armée, une police, un système judiciaire et pénitentiaire, une diplomatie. Pire encore, il faudra expliquer pourquoi on a diminué en permanence ces moyens, pourquoi on a baissé la garde alors qu’on ne cessait de dire, y compris dans les documents officiels, que le monde qui nous entourait était toujours plus dangereux.

Il sera alors difficile à la même classe politique qui a initié et organisé cette baisse de la garde depuis plus de vingt ans de persuader qu’elle est capable de porter le fer avec fermeté et efficacité contre l’ennemi ; que ceux qui ont provoqué le phénomène avec légèreté sont en mesure de le traiter avec gravité ; que ceux qui ont invoqué des contraintes extérieures –  notamment européennes – pour ne pas agir sont capables d’un seul coup de s’y soustraire ; que ceux qui faisaient des affaires avec les monarchies du Golfe – y compris un ancien président de la République et un ancien chef d’état-major des Armées – n’ont pas fermé les yeux sur leur prosélytisme salafiste dévastateur !

 

La grande attaque sera peut-être le coup de grâce, non pas de la France qui a résisté à bien plus, mais d’une certaine France. Le balancier permanent entre l’ouverture et la sécurité, pour l’instant oscillant, basculera largement du côté de cette dernière dans un pays à cran. Les conséquences politiques internes en seront sans doute considérables, en particulier en période électorale. Les conséquences sociétales le seraient aussi ; ce serait d’ailleurs peut-être un des objectifs de l’attaque. Il faudra gérer la crise autrement que par des slogans, des numéros verts et la désignation de « référents » antiracistes. Il faudra gérer des colères de tous côtés et on ne voit pas très bien comment cela évoluera.

 

Il y aura des conséquences aussi sur la vie internationale. Il sera difficile de ne pas réagir autrement que par des gestes symboliques ou de faible volume. Le problème est que nous n’avons pas vraiment les moyens de vaincre seuls une grande organisation armée comme l’État islamique. Non seulement nous avons réduit notre effort budgétaire, mais, en nous contentant de gérer difficilement le modèle de forces hérité de la guerre froide, et en raisonnant en termes de listes de menaces (« le terrorisme ») au lieu d’ennemis sur lesquels nous modeler, nous disposons d’un outil de défense apte à tout mais bon à vaincre aucun ennemi un peu important. À cet égard, la victoire au Mali ne doit pas faire illusion.  D’une part les groupes ennemis sur place ne disposaient que de 3 000 hommes et, d’autre part, si nous avons détruit leurs bases locales, nous ne les avons pas vaincus définitivement. Le combat continuait d’ailleurs, avant que nous décidions de nous en prendre aussi à l’État islamique, au moins vingt fois plus important en effectifs. Au final, nous tenterons bien des choses mais avec des moyens insuffisants en attendant, il faut l'espérer, ceux de la mobilisation, mais qui viendront des années plus tard. Cependant, il faudra faire preuve d’intelligence, de ruse, et mener aussi une guerre implacable avec des moyens limités. On ne sent pas toutefois l’imagination au pouvoir pour l'instant. 

 

La direction de la France se situe aujourd’hui dans un entre-deux, en paix mais déjà – à force de petites réactions – dans un « engagement majeur », inhibée devant la qualification de l’ennemi (toujours « terroristes » jamais « djihadistes »), bloquée devant la notion même d’ennemi, préférant parler de « criminels », coincée devant le mot « guerre » tel le gouvernement de 1939, soucieuse de ne pas déplaire à ses gros clients, acceptant – malgré les événements – la dégradation de ses instruments de puissance s’avouant impuissante à trouver des moyens supplémentaires pour protéger les Français (sa mission première). 

Ce brouillard ne durera pas. La grande attaque sera une épreuve terrible, mais elle soulèvera le couvercle et permettra de constater si nous sommes encore vivants ou déjà morts. 

 

Michel GOYA
Colonel (ER) et docteur en Histoire
Source: lavoiedelepee
Date: le 25 octobre 2015

Source : La Voie de l'épée
Commentaires (5)
  • Jean-Pierre VUILLEMOT
    14 novembre 2015 à 14:59 |
    14 NOVEMBRE 2015.
    Nous sommes à la croisée des chemins. Passée la période de deuil, que ce passera t'il?
  • COULLON Jean Claude
    14 novembre 2015 à 16:47 |
    Remarquable point de situation, particulièrement compétent, argumenté et réaliste, oh combien prémonitoire ce 13 novembre 2015!
    L' état de guerre étant désormais reconnu je pense, dans le cadre de ce point de situation que certaines mesures parmi d'autres devraient être prises:
    1 au plan politique et juridique à l'égard des djihadistes français : déchéance de la nationalité et interdiction de séjour définitif en France -
    2 au plan militaire : formation et engagement de nos forces spéciales à cette lutte anti terrorisme (renseignement, pouvoirs de police....)
  • Gérarrd BACH
    15 novembre 2015 à 04:44 |
    Je considère que la paix est une chose trop sérieuse pour être confiée à des civils.
    Gérard BACH
  • APPARICIO
    15 novembre 2015 à 11:11 |
    Effectivement, ce résumé de la situation actuelle est lucide. Mais j'aimerai poser la question suivante, et si possible avoir une réponse. Sachant que le principal revenu de " Daech " c'est à dire des Terroristes qui occupent aujourd'hui une bonne partie de la Syrie, de l'Irak, exploitent le Pétrole et le Coton qui se trouvent sur ces territoires qu'ils occupent illégalement, et qui leur apportent un budget financier qui leur permet de s'offrir un incroyable armement et financer des opérations à travers le monde comme celle hélas que nous venons de subir en France. Sachant que ce budget représente et est plus important que celui de l'état Français, pourquoi ne pouvons nous pas frapper avec nos Rafales ou les avions de la coalition, ces puits de Pétrole, les champs de coton, et leur couper ainsi cette manne financière énorme ??? Je pense que cela nous permettrait de gagner cette guerre plus rapidement en épargnant beaucoup de vies humaines dans les troupes au sol qui les combattent. Et il est quand même un peu fort suivant ce que nous savons, que ce Pétrole et ce Coton passe par la Turquie, qui collabore avec cette Racaille. Comment peut on ignorer volontairement tout cela, et avoir encore dès rapport avec ce pouvoir Turc de M-- -- de qui en plus voudrait intégrer l'Europe et cela serait notre mort certaine beaucoup plus rapidement. Pouvez-vous mon Colonel ou quelqu'un d'autre de compétant, me répondre SVP sur le sujet....
  • Henri PINARD LEGRY
    16 novembre 2015 à 08:22 |
    Cher monsieur,
    Il faut vraiment poser cette question à votre député pour qu'il obtienne la réponse de nos dirigeants politiques.
    Cette question et d'autres relatives à l'attitude de nombreux pays de la région sont celles que se posent à juste titre de nombreux Français.
    Cordialement
    HPL
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.