LIBRE OPINION : Hommage à la Défense inconnue

Posté le dimanche 03 août 2014
   LIBRE OPINION : Hommage à la Défense inconnue

Le président de l’ASAF a titré son éditorial de l’été 2014 en trois mots: «  La patrie oubliée ». C’est malheureusement exact. Dans la même veine, chacun de nous a lu « Le Soldat oublié », mais on n’a pas encore écrit « La Défense oubliée » ou mieux encore « la défense ignorée », et même bafouée, maltraitée par des jean-foutre, qui apparaissent comme des naufrageurs de nos armées.

Hommage à la Défense inconnue

J’invite toute personne ayant, dans son cœur, la préservation et la sauvegarde de notre pays à commencer à remplir les pages du « Livre noir » de la Défense française, en recensant les noms et fonctions de tous ceux qui, année après année, ont donné un coup de canif ou un coup de sabre dans notre défense pour le seul motif de dévêtir Paul pour habiller Pierre ou un autre… La France traîne, comme un boulet, un vieux fonds de contamination pacifiste et subit l’antimilitarisme larvé greffé dans la tête de quelques individus malveillants. Une sorte d’atavisme qui rend aveugle. Un pays qui végète dans son esprit ne peut pas s’ouvrir un avenir. Un pays qui gère petitement le quotidien en rognant sur son assurance vie est dans l’irresponsabilité.

Parmi ces irresponsables d’un potentiel homicide national figure le dernier en date, de juin dernier. Il s’agit du secrétaire d’Etat au budget, qui promet, tel un fanfaron, de réduire à nouveau les dépenses du ministère de la Défense. Un enseignant de plus qui était sur les bancs de l’assemblée avec la sécurité de l’emploi (professeur agrégé de mathématiques) et dont on peut douter de la connaissance de l’entreprise et plus encore des forces armées. Il occupe une bonne place et de généreuses fonctions pour nuire à la Défense, sans mesurer son impact sur la France. Bercy est notre Léviathan avec la gloutonnerie insatiable et irresponsable de la technocratie.

Cela dit, quand l’Hôtel de Brienne est impuissant et sans cesse contourné dans ses demandes, plans ou actions, il appartient au chef des armées d’imposer son autorité. Une entreprise de démolition a toujours un chef. C’est pourquoi, il est temps de remplir le « Livre noir » de la Défense en rappelant, sans concession, l’antériorité de cette situation. Je n’ai pas oublié les cinq sénateurs de droite (dont deux enseignants !) qui n’avaient aucune compétence en matière de Défense, mais qui ont mené, fin 2010, une action fourbe, en procédure accélérée contre les officiers généraux. Certes, une agression moins grave que d’autres actions, mais symptomatique d’une droite qui compte également de nombreux amateurs…

Les malveillants n’ont pas véritablement de couleur, même si l’histoire permet de voir où se situe le plateau de la balance. De même, quelques secteurs professionnels regroupent une masse dominante de sournois malveillants. Pour eux et leurs proches, souhaitons-leur d’en subir, un jour, les conséquences. Souhait d’autant plus appuyé que je sais, sans illusion, que certains élus, responsables anciens ou actuellement en place, seront certainement fiers de se trouver parmi les effaceurs de notre Défense nationale. N’oublions pas tous les pacifistes qui ont sévi plusieurs années avant chacune des deux Guerres mondiales pour se transformer, dès l’inévitable déclaration de guerre, en va-t-en-guerre des plus belliqueux, afin de tenter (souvent avec succès), de changer leur image devenue criminelle. Pourtant, le mal avait été réalisé au préalable. Ils doivent donc figurer dans le « Livre noir ». Cette fois, leur image doit rester criminelle pour la Nation. Car c’est en amont que le mal se fait et doit être recherché.

Il nous faut dresser, sans tarder, un recueil des élus et dirigeants français qui auront à répondre du naufrage de la Défense au moment de la prochaine catastrophe militaire ou de l’incapacité des armées à remplir une mission qui était, antérieurement, à leur mesure. Qui s’est inquiété quand la ligne Maginot n’a pas été armée au niveau fixé initialement et surtout quand les forces d’intervalle ont été supprimées et déplacées la rendant, ainsi, inopérante ? Il est d’ailleurs peu fréquent d’entendre dire que la Ligne n'a pas été conçue de manière homogène et que sa réalisation n'a pas été conforme aux projets d'origine pour des raisons essentiellement ou majoritairement budgétaires. Il est facile, ensuite, de dénigrer les militaires pour masquer le travail de sape effectué, en amont, dans la durée. A toutes les époques, les restrictions et abattements dans la défense de la France ne furent jamais sans conséquences. De plus, ces abattement ont une influence néfaste sur la confiance et démobilisent les esprits. Il s’agit d’une responsabilité politique indéniable. Tout se tient. A contrario, ce recensement des responsables nocifs doit être accompagné du même listage de ceux, militaires et civils, qui auront lutté, avec constance, contre la dégradation de la Défense dans tous les secteurs de la société. Les associations et les individus ont un rôle à jouer.

Finalement, nous avons une défense dépressive qui fait bonne impression. Une défense qui garde une bonne humeur constante, qui accueille avec déférence et sourire son chef des armées, son ministre, son secrétaire d’Etat et ses responsables, sans rien montrer de l’intérieur. On cache la poussière sous le tapis et on évite les sujets qui fâchent… Bref, RAS, tout va bien… Et surtout, après moi le déluge ! Je suis revenu de la fable de la démission collective des chefs d’état-major. J’y avais cru et j’ai été confronté à la dure réalité. Cette annonce médiatique, calculée ou non, n’était qu’une façon de dire « au politique » que pour aller plus loin, il fallait passer le relais à un autre fossoyeur. Pour résumer : j’ai fait ma part, je n’en ferai pas davantage, ce sera au tour du suivant… Alors, il nous appartient de relire, de revoir et de creuser les budgets, les structures et les effectifs sur des décennies, de les comparer avec l’évolution des autres ministères, de tout passer au crible pour disposer d’un « Livre noir » de la Défense… Il faut s’appuyer, aussi, sur des déclarations, mais, surtout, sur des faits et des chiffres. Un jour ou l’autre, ce recueil sera utile pour l’honneur de nos armées.

Source : Raymond KUNTZMAN
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.