LIBRE OPINION : L’armée veut doubler le temps de mise à disposition des réservistes : de 5 à 10 jours par an

Posté le vendredi 01 mai 2015
LIBRE OPINION : L’armée veut doubler le temps de mise à disposition des réservistes : de 5 à 10 jours par an

Par Anne-Sophie BELLAICHE  - l’usine nouvelle  - Adressé par André Dulou

Exclusif

Aujourd’hui les employeurs civils sont tenus de libérer leurs salariés membres de la Réserve Militaire 5 jours par an. Face aux enjeux d’effectifs cruciaux que pose désormais la surveillance du territoire national, le ministère de la Défense envisage de doubler cette période minimum pour monter à 10 jours par an. Pour faire face aux obligations accrues en matière de défense, tant dans les opérations extérieures que sur le territoire national, de grandes discussions sont en cours entre Bercy et le ministère de la Défense. La question des crédits est clé et toutes les options sont sur la table car les militaires doivent gérer un vrai sujet de ressources humaines en particulier pour maintenir le programme Sentinelle qui consiste à surveiller les sites sensibles en France (médias, édifices religieux, etc…). Au-delà des arbitrages sur les crédits budgétaires et le niveau de réduction des effectifs propre à l’armée, le gouvernement a le projet de mobiliser plus largement les réservistes. Les employeurs civils qui ont l’obligation de libérer leurs salariés membres de la Réserve Militaire au moins 5 jours par an pourrait désormais les libérer un minimum de 10 jours.

Validation du MEDEF

Un groupe de travail interarmées, animé par Jean-Claude Mallet, conseiller spécial du ministre de la Défense, réfléchit à la mise en oeuvre de cette évolution. Le patronat en a été informé et le sujet discuté lors du dernier conseil exécutif du Medef du 13 avril.

Si l’initiative ne va pas forcément réjouir les entreprises qui verront la disponibilité de leurs collaborateurs réservistes réduites, le Medef a validé cette évolution estimant "qu’il était citoyen que les entreprises contribuent de cette manière à assumer les enjeux de sécurité", résume Thibaut Lanxade, vice-président du Medef, en charge des TPE-PME.

56 000 personnes concernées

Lors de leur période sous les drapeaux, les réservistes sont rémunérés par la Défense, c’est donc "surtout des questions d’organisation du travail et de disponibilité de leur personnel que les entreprises devront gérer", explique Geoffroy Roux de Bézieux, également vice-président du Medef et qui a lui-même effectué son service militaire dans les commandos marine.

En 2014, la réserve opérationnelle comptait en France 56 000 personnes dont une majorité dans la gendarmerie nationale (28 500), le reste se répartissant dans l’ordre entre l’armée de Terre, la Marine, l’armée de l’Air et les services de santé de santé aux armées. 37% des réservistes sont d’anciens militaires mais les autres sont issus du monde civil. La réserve opérationnelle compte 18% d’officiers, 38% de sous-officiers, 43% de militaires du rang.

Anne-Sophie BELLAICHE  

 

 

Source : L'Usine Nouvelle
Commentaires (1)
  • Aurelius
    01 mai 2015 à 20:19 |
    En 1978, alors que j'étais cadre dans un Sté agro-alimentaire française de renom, j'ai perdu mon emploi pour avoir donné la priorité à une période militaire. Lointain souvenir qu'on oublie pas !
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.