LIBRE OPINION : La bonne manière de répondre au terrorisme.

Posté le samedi 27 septembre 2014
LIBRE OPINION : La bonne manière de répondre au terrorisme.

Les bons esprits se trompent complètement sur la nature du terrorisme et la manière de lui répondre. Le terrorisme est en effet d'abord une affaire de communication. Tous les bons esprits qui s'indignent, qui montent des comités de soutien aux otages, qui affichent dans les rues de Paris des portraits 4 par 3 deviennent sans le savoir des alliés objectifs des terroristes en donnant à leurs actions toute la résonance voulue. Plus on parle de nos otages, plus il y a aura d'otages.

Il y a une seule manière de répondre à ce chantage. Arrêter d'en parler et de médiatiser. Proclamer haut et fort que nous considérons nos otages comme perdus, comme morts pour la France dans cette guerre d'un nouveau genre qui dure depuis 20 ans et qui n'est pas prête de finir ! Nous condamnons nos otages (ils le sont de toute façon) mais nous décourageons un peu de nouvelles entreprises. Promettre enfin la vengeance. Dans les années 1980, quelques otages soviétiques ont été enlevés au Proche Orient puis plus aucun... Demandons nous pourquoi ? Ce qui est advenu alors de ces preneurs d'otage apporte une partie de l'explication.

Ne nous cachons enfin plus derrière les sigles et appelons l'ennemi par son nom. L'Islam est bien à l'origine de cette guerre et de cette violence. Une forme d'Islam qui fait horreur à l'immense majorité des musulmans mais une forme d'Islam qui n'est pas nouvelle. Ce qui se passe actuellement au Proche Orient est arrivé des dizaines de fois, souvenons nous du Soudan et du Mahdi à la fin du XIXe siècle. Il ne s'agit pas d'un épiphénomène mais de quelque chose de rationnel, construit méthodiquement et financé par les pétromonarchies du Golfe.

Il est temps d'arrêter les gesticulations en Europe de l'Est, de se réconcilier avec la Russie, de s'allier avec l'Iran et de retourner complètement nos alliances. En un mot, nous sommes à mi-chemin de la guerre de succession d'Autriche. Il faut arrêter d'œuvrer pour le roi de Prusse et s'allier avec l'Autriche.

Frederic. SCHWINDT Professeur agrégé d’histoire (Nancy) http://fredericschwindt.blogspot.fr/

 

Source : http://fredericschwindt.blogspot.fr/
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.