LIBRE OPINION : Le Moyen-Orient face à Daech : Défi et ripostes

Posté le jeudi 13 novembre 2014
LIBRE OPINION : Le Moyen-Orient face à Daech : Défi et ripostes

Par Denis BAUCHARD - Conseiller spécial pour le Moyen-Orient

Les différentes causes de l’irruption et du développement de Daech

Si Daech est né en 2006, son irruption dans le paysage médiatique est récente, liée à la prise de Mossoul par un groupe de djihadistes, suivie de la proclamation du califat par son chef Abou Bakr Al-Baghdadi.

L’apparition de ce mouvement et sa montée progressive s’expliquent par la conjonction de décisions ou d’actions remontant à plusieurs années. Le démantèlement de l’armée de Saddam Hussein a provoqué le départ en clandestinité de nombreux officiers et sous-officiers, qui ont grossi les rangs des rebelles sunnites, puis de Daech dont ils assurent l’encadrement. La politique sectaire des Premiers ministres irakiens a conduit à un rejet par les sunnites du pouvoir chiite. La complaisance des pays du Golfe, comme de la Turquie, a contribué à assurer à ce groupe terroriste financements et combattants. Le régime de Damas a sa part de responsabilité : il a laissé se développer des groupes djihadistes alors qu’il réprimait durement l’opposition modérée.

Un mouvement spécifique avec ses forces et ses vulnérabilités

Par rapport aux autres mouvements djihadistes, Daech représente une mutation : il s’en distingue non seulement dans le degré de violence mais par sa nature même, avec comme objectif la formation d’un homme nouveau. Pour la première fois, un groupe terroriste contrôle un vaste territoire, dispose de moyens financiers et militaires considérables. Il développe une communication en plusieurs langues, notamment l’arabe, l’anglais et le français, via les nouvelles technologies de l’information, et assurée par de véritables professionnels.

Il présente cependant des vulnérabilités qui peuvent être exploitées.

La riposte organisée par la coalition née de la conférence de Paris du 15 septembre 2014 a une certaine cohérence, mais est affaiblie par les objectifs différents, voire contradictoires, des pays participants et par des degrés d’engagement inégaux. Sa mise en œuvre risque de se heurter à des difficultés juridiques, politiques et financières.

Le Moyen-Orient durablement instable Les perspectives d’évolution sont à ce stade incertaines. Si les scénarios catastrophistes, ou à l’inverse exagérément optimistes, sont peu probables, la sécurité du Moyen-Orient – et au-delà – risque d’être durablement affectée par ce mouvement, d’autant plus menaçant qu’il réunit des combattants étrangers, en particulier européens. Beaucoup dépendra de la façon dont les pays membres de la coalition respecteront leurs engagements, mais aussi du comportement des gouvernements et des populations directement concernés. Il est probable qu’un affaiblissement significatif de Daech, et à plus forte raison son éradication, demanderont du temps. En toute hypothèse ce mouvement terroriste contribue à aggraver un chaos moyen-oriental dont l’issue reste incertaine.

Auteur : Denis BAUCHARD Conseiller spécial pour le Moyen-Orient Source : IFRI

VOIR le document IFRI

 

Source : Auteur : Denis BAUCHARD - Source : IFRI
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.