LIBRE OPINION : Les victimes des attentats de Paris ne seront pas décorées de la Légion d’honneur

Posté le vendredi 11 décembre 2015
LIBRE OPINION : Les victimes des attentats de Paris ne seront pas décorées de la Légion d’honneur

D’après les informations exclusives de Valeurs actuelles, les victimes des attentats de Paris, à qui François Hollande souhaitait remettre la Légion d’honneur, seront « honorées d’une autre manière ».

Depuis quelques jours en coulisses, a lieu un débat entre ceux qui souhaitent décorer de la Légion d’honneur les victimes des attentats de Paris et ceux qui considèrent que cette décoration n’est pas appropriée. En cause : dans le code de la Légion d’honneur, s’il est possible de remettre la décoration à titre posthume, elle doit récompenser des personnes civiles et militaires pour leurs « mérites éminents acquis au service de la nation » ainsi que les militaires tués au combat et les policiers tués en mission (depuis la présidence Sarkozy). Dans le cas d’espèce, certains font valoir qu’il est tout à fait normal que la nation rende hommage aux victimes, mais que malheureusement, celles-ci se trouvaient « au mauvais endroit, au mauvais moment », comme le rapporte un ancien militaire, très attaché à l’institution de la Légion d’honneur.

Très clairement, l’Elysée milite ardemment depuis plusieurs jours pour qu’une entorse soit faite à la règle. D’ailleurs un précédent a déjà eu lieu, lorsque les quatre victimes du supermarché Hyper Cacher de la porte de Vincennes à Paris ont reçu la prestigieuse décoration. A l’époque les pressions exercées ont été telles que les autorités politiques avaient obtenu gain de cause. Mais aujourd’hui, la demande de décoration concerne…130 victimes. D’après les sources de Valeurs actuelles, la présidence de la République, consciente de la gêne que provoquerait une telle violation du code, a pris une autre décision. Finalement, les victimes des attentats devraient être « honorées d’une autre manière ».

Le débat n’est pas nouveau. Après la Shoah, des voix s’étaient élevées pour réclamer que les victimes de la déportation et des exterminations nazies puissent être décorées à titre posthume. La grande Chancellerie de la Légion d’honneur et le général de Gaulle avaient décidé alors de ne décerner la décoration qu’aux personnes qui s’étaient battues ou qui avaient résisté.

 

Source : Valeurs actuelles

Source : Valeurs actuelles
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.