MARINE NATIONALE : Dernière ligne droite pour la refonte du Triomphant

Posté le vendredi 20 mars 2015
MARINE NATIONALE : Dernière ligne droite pour la refonte du Triomphant

Après 20 mois de travaux, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins Le Triomphant a été remis à flot mercredi. Entré dans la forme 8 de la base navale de Brest en août 2013, le bâtiment devrait rejoindre le mois prochain l’Ile Longue. C’est là que s’achèvera son second arrêt technique majeur doublé cette fois d’une refonte destinée notamment à l’adapter à la mise en œuvre de missiles balistiques M51. L'intégration du M51 est l'une des parties les plus délicates du chantier, cet engin (12 mètres de long, 2.3 mètres de diamètre, 56 tonnes) ayant des dimensions et une masse supérieures à celles de son aîné, le M45 (11 mètres de long, 1.9 mètre de diamètre, 35 tonnes), qui équipait jusqu’ici Le Triomphant. La modernisation du SNLE comprend également la remise à neuf de nombreux équipements, ainsi que l’intégration d’un nouveau système de combat et de nouveaux sonars.

Encore un SNLE à refondre

Opérationnels depuis 1997, 1999 et 2004, Le Triomphant, Le Téméraire et Le Vigilant sont, en fait, mis aux standards du quatrième SNLE de la série, Le Terrible, mis en service en 2010 avec le M51.
Le Vigilant a été le premier à être refondu et est revenu en flotte au printemps 2013 après 30 mois de travaux. Après Le Triomphant, qui devrait être de nouveau opérationnel début 2016, ce sera au tour du Téméraire d’être porté au niveau technologique de ses sisterships.
On rappellera que la refonte est menée à l’occasion du grand arrêt technique des bâtiments, une Indisponibilité Périodique pour Entretien et Réparations (IPER) qui intervient tous les 7 à 8 ans et comporte la révision complète des équipements et de la coque, le traitement des obsolescences, ainsi que le rechargement du cœur nucléaire. DCNS est en charge des travaux, ce programme étant l’un des trois plus importants du groupe naval avec ceux des sous-marins nucléaires d’attaque du type Barracuda et des frégates multi-missions (FREMM).

 

Les plus gros sous-marins construits en France

Réalisés par le site DCNS de Cherbourg, les SNLE du type Le Triomphant sont les plus gros sous-marins réalisés jusqu’ici en France. Ils mesurent 138 mètres de long et présentent un déplacement de plus de 14 000 tonnes en plongée. Armés alternativement par deux équipages de 110 marins, ces bâtiments peuvent mettre en œuvre 16 missiles balistiques, la portée maximale du M51 étant estimée à 9 000 kilomètres. Chaque missile peut emporter jusqu’à 6 têtes nucléaires TN75 d’une puissance de 110 kilotonnes chacune.
Comme l’a indiqué François Hollande le 19 février, la TN75 sera remplacée à partir de 2016 par la nouvelle tête nucléaire océanique (TNO), plus performante et d’une puissance de 100 kilotonnes. En dehors de cette force de frappe stratégique, les SNLE français disposent également, pour leur autodéfense, de quatre tubes permettant de lancer des torpilles lourdes (la F21 allant remplacer la F17) et des missiles antinavire Exocet SM39.

 

 La succession déjà en marche

Alors que Les Triomphant doivent être remplacés à partir de 2030, les travaux sur ce que l’on appelait auparavant le Futur Moyen Océanique de Dissuasion (FMOD) et qui donnera naissance aux SNLE de troisième génération (SNLE 3G) sont déjà en cours.
Pour l’heure, DCNS mène une activité soutenue d'études amont dans ce domaine. Ces travaux orientés et financés par la Direction Générale de l’Armement  rassemblent des études d'architecture du navire armé (avant-projet sommaire et variantes)  destinées à préciser le design du SNLE 3G répondant le mieux aux objectifs militaires et budgétaires du programme. Dans le même temps, les ingénieurs réalisent des études technologiques destinées à permettre la montée en maturité de technologies innovantes nécessaires à l'atteinte des performances ambitieuses des futurs SNLE français.
Enfin, les études d’adaptations futures du M51 ont été lancées pour que le tonnage des sous-marins reste très proche de celui des Triomphant

Source : Mer et Marine
Commentaires (1)
  • Philippe
    23 mars 2015 à 09:25 |
    Pour qui n'est pas sous-marinier, la visite audio-guidée du Redoutable, à la Cité de la Mer, à Cherbourg, vous donne une idée de ce qu'est un SNLE, de sa complexité et de sa densité technologique. Un détour à ne pas manquer, pour les jeunes de 7 à 77 ans. Rappelons que le Redoutable, long de 128 mètres, construit à Cherbourg, fut lancé en 1967.
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.