NOUVELLE-CALEDONIE : Des renforts militaires envoyés en Nouvelle-Calédonie où 1050 gendarmes et policiers sont déjà arrivés

Posté le mardi 21 mai 2024
NOUVELLE-CALEDONIE : Des renforts militaires envoyés en Nouvelle-Calédonie où 1050 gendarmes et policiers sont déjà arrivés

A l'issue du troisième Conseil de défense organisé en moins d'une semaine, l'Elysée a annoncé la mobilisation "pour un temps" de militaires afin de "protéger les bâtiments publics" de l'archipel du Pacifique Sud et de soulager policiers et gendarmes. Pour sa part, le représentant de l'Etat sur place, Louis Le Franc, dans un communiqué publié ce mardi matin a confirmé l'envoi d'effectifs supplémentaires "dans les heures à venir" pour juguler les violences qui secouent l'archipel depuis le lundi 14, en réaction à une réforme constitutionnelle décriée par les indépendantistes.

Petit point sur les moyens engagés.

Du côté des Forces de sécurité intérieure :

Après l'envoi massif de renforts de police et de gendarmerie dans le territoire, les effectifs des forces de l'ordre dépassent les 2 700 désormais. Ce sont donc plus de 1050 policiers et gendarmes (69 gendarmes ont été blessés depuis le début des violences le 13 mai) qui ont été sortis de métropole pour être envoyés en Nouvelle-Calédonie.

 

Du côté des forces armées :

Plusieurs missions ont été confiées aux militaires: la sécurisation du port autonome de Nouméa et des deux aéroports, un appui logistique aux forces de sécurité intérieures et un appui opérationnel avec des officiers de liaison auprès des FSI.

Bien sûr le bataillon local de 600 hommes, le RIMaP-NC (régiment d'infanterie de marine du Pacifique-Nouvelle-Calédonie) a été engagé. Il s'articule autour d'éléments venus de métropole. Jusqu'en début d'année, ils étaient constitués par la compagnie parachutiste armée par le 3e RPIMa, la compagnie motorisée armée par le 2e RIMa et la compagnie interarmes armée par le 6e régiment du génie avec le RICM.

Désormais, le RIMaP-NC englobe des éléments du 1er RCP (Régiment des Chasseurs Parachutiste), du 2e Régiment étranger de génie, du 1er régiment de Chasseurs et du 152e Régiment d'Infanterie

Des renforts du 1er RI (ils seraient déjà sur place) et du 2e REP (départ annoncé pour ce mercredi) seraient fléchés pour le territoire. Actuellement, une compagnie du 8e RPIMa (photo ci-dessus AFP prise à l'aéroport Magenta) assure la sécurité des aéroports locaux (la Tontouta et Magenta) où le premier vol civil pourrait n'arriver que samedi pour évacuer des touristes coincés dans le territoire. Toutefois des évacuations de Néo-Zélandais (un vol)  et d'Australiens (deux vols) ont eu lieu ce mardi de Magenta (photo AFP ci-dessous).

 

Du côté aérien :


Ont déjà eu lieu 6 vols de MRTT (des avions engagés pour acheminer des renforts au détriment des rotations opex). Un A400M a transporté un hélicoptère de la gendarmerie vers Nouméa. Un autre A400M a quitté la France ce matin. Enfin un An-124 affrété aurait chargé des véhicules militaires.

 

Un impact sur les moyens pour les JO ?


Le déploiement de plus d'un millier de policiers et gendarmes venus de métropole pour renforcer leurs camarades sur place soulève la question des moyens exigés pour sécuriser les JO. Certes, il faut espérer que d'ici là la situation calédonienne se sera apaisée et que la présence d'un dispositif de FSI renforcé ne sera plus exigée.

Malgré tout, la pression en Nouvelle-Calédonie ne va pas se résorber du jour au lendemain et il faudra bien maintenir sur place des éléments des FSI pour prévenir toute nouvelle flambée de violences. 

Sur fond de situation tendue en métropole en ce qui concerne les effectifs sécuritaires, pour juin et juillet en particulier, il faudra donc tenir compte de ce paramètre.

 

Philippe CHAPLEAU
Lignes de Défense
21/05/2024

 

Source : Lignes de Défense