OPÉRATION SANGARIS : point de situation du 5 février 2015

Posté le vendredi 06 février 2015
OPÉRATION SANGARIS : point de situation du 5 février 2015

La situation sécuritaire en République centrafricaine est toujours étroitement liée à l’agenda politique intérieur et aux manœuvres d’intimidations conduites dans l’Est du pays par les opposants à la réconciliation nationale contre la population ou les représentants de l’Etat.

Pour la force Sangaris, la semaine a été marquée par son soutien aux équipes de consultation populaire dans les villes les plus sensibles de l’Est du pays. En effet, depuis le début du processus de consultation populaire, certaines équipes de facilitateurs se sont heurtées au refus des groupes armés de les voir se dérouler dans les zones qu’ils disent « administrer ».

Le 29 janvier, au nord-est de Bamingui, la force Sangaris est ainsi intervenue pour stopper la progression d’éléments lourdement armés en provenance du village de Bamingui. Dans ce village ils avaient menacé les autorités locales participant aux consultations populaires. Le groupe se déplaçait en direction de la ville de N’Délé, où se trouvait une délégation chargée d’organiser une consultation populaire. Le groupe, constitué d’une soixantaine d’individus, progressait au sein d’une colonne constituée de quatre pick up. Une patrouille d’hélicoptères Tigre dépêchée sur zone s’est présentée pour arrêter sa progression. Face à l’hostilité du groupe armé, elle a neutralisé les véhicules dont les équipages avaient débarqué. Les consultations populaires ont ainsi pu être conduites avec succès à Bamingui et Ndélé, et cette action a donné un coup d’arrêt significatif aux velléités de ces hommes armés.

Le processus de consultations populaires, dont l’ambition est d’instaurer un dialogue entre la population et l’Etat, est important car il préfigure le forum de Bangui et s’inscrit dans le chemin de la réconciliation nationale. En appui de la MINUSCA et des forces de sécurité intérieure, la force Sangaris est ainsi déterminée à soutenir son bon déroulement et à faire appliquer de façon impartiale les mesures de confiance.

Environ 2 000 militaires français sont actuellement déployés dans l’opération Sangaris, aux côtés des 8 500 hommes de la MINUSCA. Lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République, l’opération Sangaris vise à rétablir un niveau de sécurité minimal en République centrafricaine et à accompagner le déploiement vers sa pleine capacité opérationnelle de la mission de l’ONU.

Sources : État-major des armées

Source : EMA
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.