Renseignement : Visite à bord de l'avion militaire Gabriel

Posté le lundi 15 juillet 2019
Renseignement : Visite à bord de l'avion militaire Gabriel

Le Transall C160 de la Direction du renseignement militaire participera pour la première fois au défilé de la fête nationale. Le JDD a pu embarquer à bord et interroger l'équipage sur son rôle lors des récentes opérations militaires extérieures.

Les guetteurs de Daesh l'avaient surnommé "le gros gris". Un appareil de transport militaire parmi tant d'autres, volant sans hâte dans le ciel irakien. Une proie tentante, d'apparence inoffensive. Sur les talkies-walkies de leur réseau radio ondes courtes, les terroristes s'excitent à l'idée d'abattre cet avion de la coalition. Ils s'enhardissent. Sur son téléphone portable, l'un d'eux appelle le garde du corps de son chef. L'émir n'est pas loin, caché dans une ferme. Il y tient une ­discrète réunion conspirative.

À bord du Transall Gabriel, les équipes de renseignement embarquées ne perdent pas un mot de ce qui se trame au sol. Toutes les conversations sont interceptées, recueillies, traduites et analysées en direct. L'équipage a calculé sa trajectoire de vol pour localiser avec précision chacune des cibles ennemies. Par des hublots spécialement aménagés dans le fuselage, un opérateur, armé d'un puissant téléobjectif, immortalise la scène. Ses photos iront affiner les bases de données stockées sur les ordinateurs de l'appareil. Il ne faut toutefois pas traîner.

Un outil aussi discret que performant

Dans son casque d'écoute, le linguiste arabe entend les renforts, appelés par les guetteurs, mettre en batterie leur mitrailleuse. Il prévient rapidement le cockpit et le pilote reprend de l'altitude, au moment même où les premières traçantes encadrent le Gabriel. Sans le toucher.

Et c'est heureux. Le Transall C160 Gabriel est un vecteur stratégique à très haute valeur ajoutée, mais d'une grande rareté. L'armée de l'Air ne dispose que de deux appareils, fleurons de l'escadron électronique aéroporté 1/54 Dunkerque. Pendant que l'un survole les théâtres de guerre ou les zones de tension les plus ­brûlantes du moment, l'autre est passé au crible par les mécaniciens de maintenance qui doivent garantir aux grands décideurs politiques et militaires sa disponibilité permanente. Car les autorités sont de plus en plus friandes de cet outil aussi discret que performant.

Très grande capacité d'adaptation aux missions

Un signe d'ailleurs ne trompe pas. Pour la première fois de son histoire, le "Gaby" a les honneurs du défilé aérien du 14 Juillet. Un passage en solo au-dessus des Champs-Élysées avec son radôme déployé. Cette boule ventrale logée sous la ­carlingue est l'atout maître de l'avion. Couplé aux ballonnets fixés sur ses bouts d'ailes, il sert à aspirer toutes les émissions électromagnétiques de la zone survolée, ­offrant aux neuf membres de l'équipe embarquée de renseignement une moisson précieuse d'informations en temps réel sur les positions, les mouvements et les intentions de l'ennemi. La véritable spécificité du Gabriel, en effet, c'est l'intégration, à son bord, de ses moyens techniques et de moyens humains qui lui offrent une très grande capacité d'adaptation aux missions.

Le Gabriel est désormais très régulièrement engagé dans la lutte contre le terrorisme, à l'étranger, en première ligne de défense des ­Français. Sur les deux dernières années, il a mené plus de 130 vols opérationnels en zones de conflit et son renseignement a permis de ­réaliser 350 frappes et 21 arrestations. ­Désormais totalement inséré dans un système de ciblage très complexe qui met en œuvre tous les moyens de recueil nationaux et souvent même alliés, cet appareil unique en son genre contribue également à guider en sûreté vers leurs objectifs des avions de chasse, des drones ou des commandos.

L'avion a fait ses preuves en Libye

Avec ses capacités d'écoute, il aide aussi à protéger la progression des convois soldats de l'opération Barkhane, dans les immenses étendues ­désertiques du Sahel. Et ce grâce aux linguistes du "Gaby", parfaitement capables de comprendre les messages envoyés à des poseurs de mines par un jeune ­berger ­servant de sonnette, stratégiquement placé sur la route empruntée par les soldats français, son téléphone satellitaire caché sous une pierre. « Notre rôle d'archange protecteur », sourit le chef d'escadron.

Cette capacité d'éclairage ­tactique, les équipages du ­Dunkerque l'ont mise en œuvre à l'échelle stratégique, en Libye, en 2011, au profit de la coalition. « Nous étions sur ce théâtre six mois avant les premières frappes », confie leur chef. Leur ­objectif : produire une cartographie complète des défenses aériennes du colonel Kadhafi. Missiles, canons, radars, tous ces emplacements se devaient d'être connus avant que les Rafale et les Mirage ne lancent leurs premiers raids sur Tripoli ou sur Benghazi.

Sans autre protection que son extrême discrétion et ses grandes oreilles, le Transall Gabriel a décollé toutes les nuits d'une île en Méditerranée, avant d'être ravitaillé en vol, en limite des eaux internationales, pour pouvoir faire un long trajet, aller-retour, antennes grandes déployées, jusqu'à la frontière sahélienne. Mission mythique qui a révélé toute la polyvalence du système Gabriel. Et dont se font récit les plus anciens, réunis autour d'un café, dans la "popote" des équipages aux murs tapissés de trophées.

 

 

 

TRANSALL C160

Le Transall C160 sera à l'honneur pour le 14-Juillet. (Sipa)


Didier François
JDD
le 14 juillet 2019
Source : Site France

Rediffusé sur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

Source : www.asafrance.fr
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.