SNU : Service universel … Chronique annoncée de l’échec d’un coup marketing ?  LIBRE OPINION du Général CA (2s) JP HOUDINET .

Posté le samedi 05 mai 2018
SNU : Service universel … Chronique annoncée de l’échec d’un coup marketing ?   LIBRE OPINION du Général CA (2s) JP HOUDINET .

 

De « aux armes citoyens » à … rien

Le service militaire suspendu en 1996 n’était pas conçu pour « éduquer » les jeunes mais pour défendre la nation par les armes. Obligatoire initialement que pour certains (le tirage au sort), il devient universel en 1905. Outre les savoir-faire minimaux du combat on va s’efforcer d’inculquer des valeurs comme celle du sacrifice au bénéfice de l’intérêt commun dans l’esprit citoyens et défenseurs de la Patrie. En 1965, il devient national incluant en plus du service militaire, la coopération, l’aide technique dans les DOM-TOM, le service scientifique à l’étranger…Le service à la nation ne passe donc plus par le seul service des armes mais par celui de l’État. L’ancien service s’est effondré rapidement en 1996. Le refus d’engager des soldats appelés pendant la guerre du Golfe, la fin de l’URSS ont consacré qu’il n’y aurait plus d’engagement de conscrits.Personne n’a donc vraiment défendu le maintien d'un service militaire malgré ses vertus supposées, les attentats islamistes de 1995 ou les troubles au « vivre ensemble » déjà largement constatés.  


Le service universel au service de la nation ou rien

Le service était un impôt physique permettant de développer les fonctions régaliennes de l’État par un apport de temps de travail à « bas coût ». Remettre en place un service ne peut donc se concevoir que pour soulager l’État et il n’est acceptable que s’il apporte plus qu’il ne retire de ressources à la nation. Le SNU ne pourra donc être réellement utile qu’en engageant massivement les 800 000 jeunes d’une classe d’âge dans tous les services de l’État pas seulement en « éducation » qui est un investissement mais bien par un travail utile et immédiat. Un service ne sera enfin profitable que s’il s’inscrit dans la durée, autrement dit avec une réserve que l’on pourra solliciter en cas de besoin. On aura alors quelque chose d’acceptable pour les finances publiques. On pourra même, en plus, constater ensuite qu’effectivement cela entraîne quelques bienfaits pour la formation de nos jeunes citoyens. Il n’empêche que ce service sera d'abord ressenti comme une charge et que beaucoup essaieront d’y échapper.  


Le service universel … un projet présidentiel en pleine confusion

Comme pour un certain nombre de points de son « programme en marche » seul le président de la République, et encore, sait ce qu’il a en tête. La cacophonie gouvernementale règne en particulier sur son caractère obligatoire donc contraignant. On évoque un parcours citoyen en trois étapes avec un enseignement moral et civique renforcé ainsi qu'une semaine annuelle de la défense et de la citoyenneté (obligatoire) et  une incitation à l'engagement dans des dispositifs éprouvés, service civique, garde nationale, engagement associatif... Autrement dit, une forme de rattrapage du devoir d’éducation abandonné par ailleurs dans la société.  Les parlementaires ont, eux, exprimé d'importantes réserves tenant à la fois à son caractère obligatoire, l'importance des moyens matériels et humains à mobiliser pour encadrer toute une classe d'âge, aux doutes exprimés sur la possibilité d'obtenir un résultat significatif au regard des objectifs affichés. Le président ajoute au chaos en proclamant que ce service n'est pas un service militaire, même s’il prévoit l'ouverture à la chose militaire et qu’il souhaite qu'il puisse être obligatoire.

Le service universel … le mauvais traitement d’un bon diagnostic

Oui, la jeunesse est trop souvent en déficit d’éducation à la maison comme dans l’éducation nationale, oui le civisme et le patriotisme sont en chute libre, oui les jeunes issus de l’immigration ont besoin d’être aidé dans leur démarche d’intégration mais le SNU sera une fausse bonne réponse s’il n’est pas obligatoire, d’une durée suffisante, douze mois pour un service dans la défense, seize pour un service dans le milieu civil, si l’état n’y consacre pas un budget très lourd (encadrement, logement, alimentation, défraiement,  habillement, matériels, véhicules…) dilapidés à la suspension en 1996. Et si la France avait d’autres priorités au lieu de faire diversion comme l’a fait monsieur Hollande avec le mariage pour tous ?

 

Général CA (2s) JP HOUDINET

 

Diffusé sur le site : www.asafrance.fr 

Retrouvez le dossier réalisé par le G2S sur le SNU
logo pdf

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.