START-UP : Pourquoi le sulfureux Palantir met la main sur l’ex-numéro deux d’Airbus ?

Posté le dimanche 07 octobre 2018
START-UP : Pourquoi le sulfureux Palantir met la main sur l’ex-numéro deux d’Airbus ?

L’ex numéro deux d’Airbus, Fabrice Brégier, va prendre la tête de la filiale française de Palantir. Airbus collabore déjà de près avec cette start-up spécialisée dans le traitement de données.

On l’attendait à la tête d’un grand groupe industriel, il rejoint finalement une start-up. Fabrice Brégier, l’ex numéro deux d’Airbus, va diriger la filiale française de la start-up Palantir. Une information publiée mercredi 26 septembre par le site Intelligence Online et que L'Usine Nouvelle a pu confirmer. Sept mois après son départ, effectué dans une période tumultueuse pour l’avionneur qui voit nombre de ses dirigeants quitter le navire, Fabrice Brégier rebondit et intègre l’une des start-up les plus prometteuses au monde. Mais aussi l’une des plus décriées…

Car Palantir n’est pas n’importe quelle start-up : créée en 2004 et basée à Palo Alto (Californie), cette licorne du numérique est valorisée à plus de 20 milliards de dollars. Son credo ? Extraire de bases de données disparates des corrélations que personne n’avait vu avant. Liens avec la CIA, mais aussi la NSA et le FBI, aide supposée dans la traque du terroriste Oussama Ben Laden, voire responsabilité dans l’élection de Donald Trump… Il ne faut pas longtemps pour que la réputation de Palantir sente le souffre, sans doute alimenté par son dirigeant taiseux, Alexander Karp. Son nom renvoie d’ailleurs au Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien : un Palantir est une pierre qui permet de tout voir dans l'espace et dans le temps.

Des liens qui ne datent pas d'hier

Le savoir-faire unique de Palantir a aussi séduit l’un des plus grands industriels européens : Airbus. L’avionneur a fait appel aux services de la start-up californienne pour assurer la montée en cadence en production de son dernier-né, l’A350, contribuant au respect des délais. Une première collaboration réussie qui a conduit Airbus et Palantir à étendre leur partenariat : le 20 juin 2017, lors du salon aéronautique du Bourget, les deux acteurs annoncent la création de la plateforme de big data Skywise, en vue notamment d’assurer la maintenance prédictive des avions et de développer de nouveaux services aux compagnies aériennes. Face à une salle à moitié vide, se trouvent aux côtés de Tom Enders (numéro un d’Airbus), Fabrice Brégier et Alexander Karp, lequel ne daignera répondre à aucune question…

Les liens entre Fabrice Brégier et Palantir ne datent donc pas d’hier. Et la start-up choisit habilement de mettre à la tête de sa filiale française une personnalité qui devra être en mesure d’assurer son développement malgré la défiance qu’elle peut susciter. Car d’aucuns voient dans Palantir un cheval de Troie américain. Quand la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) décide de faire appel à Palantir en 2016, le risque de menaces sur la souveraineté numérique est aussitôt pointé du doigt. Début septembre, comme l’a rapporté l’agence Bloomberg, le patron de la DGSI, Laurent Nunez, assurait vouloir trouver un nouveau partenaire, français ou européen.

Capitaine d’industrie reconnu, habitué à se concerter avec les pouvoirs publics, sensibilisé à la transformation digitale qui secoue l’industrie et l’économie, rompu aux négociations difficiles, Fabrice Brégier représente en fin de compte pour Palantir le profil idéal pour offrir un visage rassurant de Palantir et pérenniser le développement de la start-up en France et dans le reste de l’Europe. Ce transfert souligne aussi le pouvoir d’attraction phénoménal du monde numérique. Il y a encore cinq ans, qui aurait parié qu’un industriel tel que Fabrice Brégier choisirait d’intégrer une start-up ?

Olivier JAMES
L’usine nouvelle
le 27/09/2018

Rediffusé ur le site de l'ASAF : www.asafrance.fr

 

 

Source : www.asafrance.fr

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.