TERRORISME : Via une cyberattaque d’ampleur inédite contre TV5 Monde, l’État islamique menace les familles des militaires français

Posté le jeudi 09 avril 2015
TERRORISME : Via une cyberattaque d’ampleur inédite contre TV5 Monde, l’État islamique menace les familles des militaires français

par Laurent Lagneau – Zone Militaire - Le 09-04-2015.

Aux environs de 22 heures, le 8 avril, la chaîne de télévision francophone TV5 Monde, dans plus de 200 pays et territoires dans le monde, a été la cible d’une cyberattaque parfaitement synchronisée et d’une ampleur inédite.

Ainsi, le média a commencé par perdre l’accès de ses comptes Facebook et Twitter ainsi que celui de son site Internet. Plus grave encore, les pirates ont réussi à pénétrer dans son système informatique qui contrôle la diffusion de ses programmes. Pour cela, ils ont probablement utilisé un programme malveillant (malware) introduit via une pièce-jointe. Ce dernier leur aurait permis d’atteindre le serveur de transmission de la chaîne et d’en prendre le contrôle.

« Nos systèmes ont été extrêmement détériorés » par cette attaque « d’une puissance inouïe » et le retour à la normale « va prendre des heures, voire des jours », a expliqué Yves Bigot, le directeur général de TV5 Monde.

Dans la plupart des cas, les attaques informatiques visent à subtiliser des informations ou bien consistent à rendre inaccessible un serveur en le submergeant de requêtes (attaque dite de déni de service) ou à « défacer » un site Internet ou un compte sur un réseau social pour diffuser un message de propagande. Là, en se prenant aux moyens de diffusion d’une chaîne de télévision, les pirates ont franchi une étape supplémentaire.

L’attaque contre TV5 Monde a été menée par le « Cybercaliphate », qui se réclame de l’État islamique (EI ou Daesh). Il n’en est pas à son coup d’essai : par exemple, en janvier, il avait réussi à prendre le contrôle des pages gérées par l’US CENTCOM, le commandement militaire américain pour le Moyen Orient et l’Asie centrale, sur Twitter et Youtube.

À l’époque, ce « cybercaliphate » avait même diffusé une liste d’adresses présumées d’officiers américains, avant de lancer des menaces via Twitter. « Nous n’arrêterons pas! Nous savons tout sur vous, vos femmes et vos enfants », avait-il averti.

En prenant le contrôle des comptes gérés par TV5 Monde sur les réseaux sociaux, l’EI en a fait de même, via un message de propagande rédigé dans un français approximatif accompagnant des documents présentés comme étant des pièces d’identité et des CV de proches de militaires français engagés dans l’opération Chammal. Ce qui reste encore à vérifier.

« Hollande, tu as fait une faute impardonnable (en) ayant décidé d’envoyer tes troupes pour être pour être aux petits soins auprès de kafirs américains dans cette guerre qui ne mène à rien. C’est pour ça que les Français ont reçu les cadeaux de janvier à Charlie Hebdo et à l’hyper Casher », indique le message.

« En cet instant, à l’aide d’Allah, le Cybercaliphate est en train de rechercher les familles des militaires qui se sont vendus aux Américains et servent à la base navale Camp de la Paix [ndlr, aux Émirats arabes unis] et à bord du Charles de Gaulle », poursuit le texte [ndlr, les fautes de français ont été corrigées]. Et d’ajouter : « Les kafirs français, si vous voulez sauver vos familles, vous devez abandonner l’idée de la participation à l’opération contre l’État islamique. C’est seulement comme ça que vous pouvez éviter le châtiment et sauvegarder vos vies et celles de vos proches ».

Reste donc à établir l’authenticité des documents présentés par le Cybercaliphate, ce que s’attachent à faire les autorités françaises. Mais l’on peut toutefois douter de leur véracité. En effet, il aurait fallu aux « cyberjihadites » avoir des noms de militaires français engagés dans l’opération Chammal, puis chercher les cartes d’indentité et les CV de leurs proches. Or, ce sont des informations relativement difficiles à trouver (tout le monde ne met pas sa carte d’identité ou son passeport en ligne…).

En clair, montrer des documents – qui ne sont pas restés longtemps en ligne – est une chose. Qu’ils soient vrais en est une autre. En tout cas, il est certain que cette manipulation vise à surtout à semer le trouble et relève de l’intimidation.

Cela étant, il faut toujours être prudent sur les informations que l’on donne sur les réseaux sociaux, qui restent la source principale des jihadistes. C’est pour cette raison que le ministère de la Défense a publié un guide des bonnes pratiques afin de ne pas communiquer d’informations sensibles.

 

Source : Zone Militaire - opex360
Commentaires (2)
  • Philippe
    09 avril 2015 à 20:47 |
    Avant Internet, comment faisait le soldat en OPEX pour donner de ses nouvelles à sa famille ? Revenir à une certaine rusticité n'est pas nécessairement "improductif".
  • J-F CERISIER
    17 avril 2015 à 16:24 |
    OPEX ... ce terme était inconnu, tout au plus s'agissait-il de "maintien de l'ordre" ...
    Quant au téléphone, dans les gorges de Kerrata ou tout autre piton ...
    Effectivement, un peu de rusticité ne serait pas malvenue.
    Quand il s'est agi de libérer notre Camarade Denis ALLEX, je crains que le "silence radio" imposé en période de Noël ait pu donner l'alerte à quelques uns, parce que ce silence était a-normal : plus d'Internet, plus de téléphone avec le monde : nos bateaux étaient muets ... Qu'ont pensé, qu'ont dit les familles en attente des nouvelles en cette période de fête ?
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.