Analyses

Lettres ASAF

Lettre ASAF 14/09 de septembre 2014 : La défense, une arme pour redresser la FRANCE

Les réflexions que suscite l’actualité devraient conduire les responsables politiques de notre pays à accroître les ressources consacrées à la Défense.

Lettre ASAF 14/08 d'août 2014 : Au-delà des cérémonies

Après les cérémonies du 6 juin et du 14 juillet, celles du mois d’août seront nombreuses et largement médiatisées.

Lettre ASAF 14/07 de juillet 2014 - La fête nationale, l’armée et le drapeau : trois questions

Le 14 juillet est, pour la France, un moment d’unité et de joie, un jour privilégié durant lequel les Français se rassemblent, oubliant les polémiques, les calculs, les querelles politiciennes qui divisent, décrédibilisent et instillent le doute dans la Nation.

Lettre ASAF 14/06 de juin 2014 : Au bord du Rubicon…

Dans sa lettre mensuelle de mars, l’ASAF mentionnait l’engagement formel de monsieur Le Drian devant les présidents de 40 associations du monde de la Défense.

Lettre ASAF 14/05 de mai 2014 : Communiquer…oui mais sur l’essentiel

Peu après la parution de témoignages dénonçant des violences faites aux femmes dans les armées, le ministère de la Défense a répondu par une communication tous azimuts. Pendant ce temps, l’opération Sangaris en République centrafricaine, qui concerne pourtant 2 000 soldats français, est l’objet d’une communication des plus discrètes.

Lettre ASAF 14/04 d'avril 2014 : Tout simplement, une question d’honneur

Les accusations mensongères et insultantes de Paul Kagamé, président du Rwanda, à l’encontre de la France et de son armée, ont conduit le président de la République française à annuler la participation d’une délégation gouvernementale aux cérémonies commémoratives du 20e anniversaire du génocide.

Lettre ASAF 14/03 de mars 2014 : « année vérité » pour la Défense.

La France comprend que l’Afrique, bordée par la Méditerranée, le golfe de Guinée et l’Océan Indien, est sa zone d’intérêt stratégique prioritaire. Ce continent, proche de l’Europe, riche en matières premières et en pleine expansion démographique, est traversé par un courant islamiste intégriste meurtrier dont le référentiel de valeurs est radicalement différent du nôtre...

Lettre ASAF 14/02 de février 2014 : Le Président et l’armée de la France

L’année 2013 a été riche en décisions qui engagent l’avenir de notre armée, c'est-à-dire, pour une part, celui de notre pays. Il s’agit du Livre blanc, de la loi de programmation militaire et de deux opérations militaires en Afrique. L’année 2014 quant à elle s’ouvre sur des situations ambigües et dangereuses, tant par l’image négative que renvoie le chef des armées que par le flou qui entoure l’engagement de nos forces en République Centrafricaine (RCA)...

Lettre ASAF 14/01 de janvier 2014 - S’engager en RCA : raisons et buts

Le 5 décembre 2013, le président de la République, chef des armées, engage les forces françaises dans l’opération « Sangaris » en République centrafricaine. Depuis le mois de mars une « milice islamiste soudano-tchadienne » venue du nord, renforcée par des « coupeurs de route » centrafricains, s’est emparée d’un Etat failli et a installé un  gouvernement fantoche dans sa capitale Bangui...

Lettre ASAF 13/12 de décembre 2013 : L’armée française en danger.

La vraie menace Nous vivons une période de menaces multiples et d’incertitude croissante, marquée chaque jour par des faits divers violents, portés rapidement et massivement à la connaissance des Français. Pourtant, qui s’intéresse et comprend les choix stratégiques en cours tels ceux retenus à travers le vote de la Loi de programmation militaire qui conditionne l’avenir de nos armées et de notre Défense pour la décennie à venir ?

Lettre ASAF 13/11 - Défense et armées : ne pas se taire

Des chefs d’état-major inaudibles Au cours du mois d’octobre la commission de la Défense de l’Assemblée nationale a auditionné les différents chefs d’état-major pour s’informer sur la situation de nos armées et connaître les conséquences qu’aurait le vote du projet de loi de programmation militaire 2014-2019 sur les capacités de notre outil militaire et sur la place de l’armée dans la Nation. Combien de médias s’en sont fait l’écho?

Lettre ASAF 13/10 - Armées : une désinformation orchestrée ?

Le texte de présentation du projet de loi de programmation militaire (LPM) et les propos de certains relais d’opinion illustrent la désinformation dont les questions militaires sont l’objet.

Lettre ASAF 13/09 - La dimension stratégique des effectifs

80 000 suppressions en moins de 10 ans Alors que le nombre de jeunes au chômage ne cesse de croître, les armées sont contraintes de diminuer leurs effectifs au prétexte de la situation catastrophique de nos finances publiques. Hélas, dans ce domaine, alors que la part du budget de l’Etat consacrée à la Défense a été divisée par deux en moins de 30 ans, aucune amélioration ne s’est produite, bien au contraire.

Lettre ASAF 13/08 - Une confiance qui dérange

Qui ne se réjouit pas de l’extraordinaire confiance que manifestent plus de 90% des Français envers leur armée, ainsi que de l’admiration qu’elle suscite chez nos partenaires ? C’est un atout considérable pour la politique extérieure de la France.Pourtant cette armée, menacée par une nouvelle réduction de ses ressources et de ses effectifs, l’est aussi par les attaques insidieuses visant à ternir son image. 

Lettre ASAF 13/07 - « Ne pas subir » Le 14 juillet

Nul ne doute que les Français acclameront leur armée le 14 juillet avec une intensité particulière. N’en déplaise à quelques idéologues nourris de longue date au lait de l’antimilitarisme, nos compatriotes remercieront les soldats, marins et aviateurs pour la fierté et l’espoir qu’ils leur donnent en ces temps d’incertitude et de doute. Ils leur diront aussi qu’ils comptent sur eux dans les crises graves que notre pays ne manquera pas de traverser dans les années à venir. Quel citoyen lucide ne le pressent pas ?

Lettre ASAF 13/06 consacré au Livre blanc - Eviter un contre sens stratégique

Une page noire du Livre blanc Alors que « le niveau de risque et de violence dans le monde ne régresse pas » et que « la protection du territoire national et de nos concitoyens ainsi que la préservation de la continuité des fonctions essentielles de la Nation sont au cœur de notre stratégie de défense et de sécurité nationale », comment le Livre blanc peut-il entériner une baisse des ressources consacrées à la Défense et poursuivre la réduction de 24 000 hommes dans la prochaine loi de programmation ? En 10 ans l’armée en aura ainsi perdu 78 000.

Lettre ASAF 13/05 - Notre armée qui disparaît !

Illusion d’optique ? Comme il fallait s’y attendre, le Livre blanc qui vient de paraître affiche une nouvelle réduction des capacités militaires dont disposera notre pays dans les années à venir. Ce sont une rupture et un risque majeurs qui ne doivent pas passer inaperçus.

Lettre ASAF 13/04 - Préserver notre armée d’excellence

Une institution de référence. Alors que la situation économique et financière de la France se dégrade, que la cohésion nationale s’effrite et que le doute ronge les esprits, l’armée, malgré les multiples réductions budgétaires dont elle a été l’objet depuis des décennies, apparaît comme une des rares institutions dans lesquelles les Français ont confiance.

Lettre ASAF 13/03 - Opex et Livre blanc

Des opérations extérieures toujours différentes Au Mali, pas de coalition comme en Afghanistan ; c’est la France, qui, engagée à son initiative, conduit l’opération. A la différence de l’opération Harmattan en Libye, elle a déployé des troupes au sol afin de contrôler le terrain et espérer ainsi aboutir à une solution politique acceptable. Pour qui s’intéresse un tant soit peu à l’histoire militaire, depuis des siècles chaque guerre s’est révélée différente de la précédente. Alors, quel crédit donner à ceux qui se targuent de prédire et de décrire les prochains conflits et les moyens qu’ils impliqueront ?  

Lettre ASAF 13/02 - MALI, bon sens et clairvoyance

Les opérations de guerre qui se déroulent au Mali ont pour premier mérite d’arracher certains de nos responsables politiques aux délices de l’idéologie pour les ramener aux dures réalités.