BUDGET : Le budget 2017 du ministère de la Défense amputé de 2,6 milliards d'euros.

Posté le mercredi 07 juin 2017
BUDGET : Le budget 2017 du ministère de la Défense amputé de 2,6 milliards d'euros.

La ministre des Armées Sylvie Goulard sera principalement jugée par les militaires sur sa capacité à défendre son budget face à Bercy (Crédits : CHARLES PLATIAU) Bercy a pour le moment amputé le budget 2017 du ministère de la Défense de 2,6 milliards d'euros.

Le montant est colossal. 2,66 milliards d'euros environ, selon des sources concordantes. La note est très salée en 2017 pour les armées surtout si elle reste en l'état. Jean-Yves Le Drian désormais parti au Quai d'Orsay, Bercy a donc repris ses habitudes avec le ministère de la Défense considéré comme la variable d'ajustement du budget général. Dans le détail, Bercy a fait preuve comme à son habitude de beaucoup d'imagination pour rogner sur les crédits 2017 du ministère des Armées : réserve de précaution (1,6 milliard d'euros), report de crédits du programme 146 gelés (675 millions d'euros), surgel de crédits de gestion (350 millions) et gel des crédits du programme 178 (40 millions). Ca pique chez les militaires...

C'est donc déjà un véritable "stress test" pour la ministre Sylvie Goulard, qui va être évaluée par Bercy sur sa capacité à sauver tout ou partie de son budget. Pour mémoire, Jean-Yves Le Drian avait gagné lors de son quinquennat à l'Hôtel de Brienne, la plupart des arbitrages face à Bercy. On le sait, ce dernier ne lâche jamais quoi qu'il arrive. Sylvie Goulard sera d'ailleurs principalement jugée par les militaires sur cette capacité et acquerra ainsi une très forte légitimité si elle parvient à contrecarrer les projets de Bercy.

Des crédits pour des militaires en opérations extérieures

Au cours de sa campagne, Emmanuel Macron avait souhaité une montée en puissance des opérations au Mali dans le cadre de Barkhane, qui mobilise déjà 4 000 soldats dans cinq pays (Mali, Burkina Faso, Mauritanie, Niger et Tchad), dont 1 700 en poste à Gao. "Dès mon élection, je demanderai au ministre de la Défense et aux chefs militaires d'accélérer nos actions d'appui à la montée en puissance des forces du G5 Sahel afin d'accroître leur efficacité", avait-il annoncé en mars dernier lors de son discours sur la défense. 
Des crédits supplémentaires seront donc nécessaires pour équiper les militaires en opérations extérieures (OPEX).

A peine élu, Emmanuel Macron a d'ailleurs effectué une visite à Gao au Mali où il s'est dit "ému par la dangerosité" rencontrée "tous les jours" par les militaires. Dix-neuf soldats français ont payé le prix de leur vie en servant la France au Mali depuis le lancement de l'opération Serval, selon le ministère de la Défense. Il avait ajouté : "Je ne risquerai pas vos vies pour rien. Je respecterai les impératifs humains et techniques de l'outil militaire mais ma détermination dans l'action sera totale". Présente également à Gao, Sylvie Goulard a également pu constater le prix du sang versé par les soldats blessés lors d'une visite à l'hôpital Percy.

Un budget défense 2017 à 32,7 milliards hors pensions

En 2017, les dépenses de défense devraient représenter 1,77% du PIB de la France, pensions comprises (contre 1,78% en 2016), si bien sûr le budget de la défense est consommé dans sa totalité, soit 40,84 milliards d'euros, dont 8,15 milliards au titre des pensions. Loin, encore très loin des 2% hors pensions claironnés par Emmanuel Macron lors de sa campagne... Le chef de l'état-major des armées, le général Pierre de Villiers souhaite atteindre les 2% (pensions et surcoûts des OPEX compris) dès 2022. Soit 42,5 milliards d'euros (en euro constant de 2017, avait-il précisé en mars) contre 32,7 milliards en 2017.

En attendant d'atteindre ce seuil (chimérique ?), qui fait tant rêver les militaires, le budget de la défense devait augmenter factuellement de 600 millions d'euros par rapport à celui de 2016. Qui de Sylvie Goulard ou de Bercy gagnera le premier set?

 

Michel CABIROL

Avis du président de l’ASAF :

Un bon ministre est effectivement un ministre qui a un bon budget. Ce qui n’a pas été le cas depuis bien longtemps puisque l’effort de Défense de la France n’a cessé de diminuer depuis plus de 30 ans.
Mais qui décide des ressources allouées à la Défense, premier devoir de l’Etat ?
Bercy décide-t-il seul de la politique de la France ou propose-t-il des options?
Car la responsabilité revient, in fine, au seul président de la République, chef des Armées et aux députés qui votent le budget.

Source : La Tribune

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.