Analyses

Lettre ASAF 14/12 de décembre 2014 : Plaidoyer pour nos blessés.


A l’occasion des commémorations de la Grande Guerre, des images d’archives inondent nos écrans de télévisions et leurs commentaires rappellent, à bon escient, à nos concitoyens, que celle-ci s’est soldée par 1 400 000 morts et 4 300 000 blessés pour ne s’en tenir qu’aux seules pertes militaires. Mais, parallèlement, nos blessés militaires d’aujourd’hui sont ignorés de notre société et des médias.

Lettre ASAF 14/12 de décembre 2014 : Plaidoyer pour nos blessés.

Notre pays est en guerre

Or chacune de nos opérations extérieures, y compris celles en cours, entraînent non seulement des morts qui émeuvent l’opinion et reçoivent l’hommage solennel qui leur est dû, mais aussi des blessés qui, eux, font l’objet d’une complète indifférence. Celle-ci n’est pas à reprocher à nos concitoyens qui ne peuvent pas s’associer à ce qu’ils ne connaissent pas. Savent-ils que l’intervention de la France en Afghanistan a non seulement coûté la vie à 88 de nos soldats, mais a généré 450 blessés physiques dont 247 pour la seule année 2011 mais aussi 500 victimes de « blessures invisibles » (troubles psychiques)  ? Non, ils ne le savent pas, car on ne leur a pas dit. Et le Mali ? Chacun a vaguement en tête un ordre de grandeur du nombre de tués au combat à ce jour : l’adjudant Thomas Dupuy fut, le 29 octobre dernier, le dixième. Mais les blessés, combien ? Au cours de la seule année 2013 (l’opération Serval a été déclenchée le 11 janvier de cette année-là), 40 blessés graves ont été à déplorer. Nos concitoyens ne le savent pas, car on ne le leur a pas dit et que l’on ne veut pas le leur dire.

Oui,  notre pays est en guerre ! Oh, certes, on nous le rappelle, « en pointillés », lors des hommages rendus aux Invalides à nos soldats morts, de sorte qu’entre  chaque cérémonie  on l‘oublie. Mais, si chaque blessure sérieuse faisait l’objet d’un communiqué dans nos médias, alors la Nation serait rappelée quasiment au quotidien  à la dure réalité des combats. De manière régulière, il pourrait y avoir un bulletin de guerre porté à la connaissance des Français. Mais on veut leur épargner cela pour ne pas troubler leur quiétude. Il ne faut pas que les Français sachent qu’ils sont en guerre, car ils ont déjà tant d’autres préoccupations : chômage, impôts, déficits…

Le devoir de réinsérer et réparer nos blessés

Alors nos blessés disparaissent pour de longs mois et parfois même des années à l’hôpital. Le Service de santé des armées, qui s’occupe d’eux de façon remarquable, évite leur médiatisation dans le souci bien légitime de les protéger. Notons, en passant, qu’alors que ces lignes sont écrites, on s’efforce de détricoter ce service d’excellence. Ainsi, la fermeture de l’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce a été décidée. Soit, mais dans le cadre de la reconversion du site, une formidable opportunité pourrait être de faire du Val un centre de rééducation pour grands blessés civils et militaires en liaison avec l’hôpital Cochin voisin et en substitution du centre de rééducation de Garches (Hauts-de-Seine) dont l’avenir est menacé et de la composante médico-chirurgicale de  l’Institution nationale des Invalides dont l’avenir n’est pas plus assuré. 

En définitive, seules les deux familles des blessés, entendez  leur famille biologique quand ils en ont une (conjoint, enfants, parents) et leur autre famille, l’armée, restent vigilantes et accompagnent, avec l’aide d’organismes officiels ou associatifs dédiés à cette cause, ce qui sera le parcours difficile, semé d’embûches, de toute leur vie.

Un maître mot doit alors prévaloir : la réinsertion. C’est le souci constant des frères d’armes du blessé qui recherchent toutes les possibilités offertes au sein de l’armée ou dans le cadre d’emplois réservés au sein du ministère de la Défense. Mais cela devrait être la préoccupation de la Nation tout entière. Pourquoi le législateur n’envisagerait-il pas une obligation d’embauche au profit de ces blessés comme il existe aujourd’hui une obligation d’accueillir dans les administrations ou les entreprises un certain quota de personnes handicapées dont ils font partie ?

Aujourd’hui, l’administration a entrepris, en liaison avec  des associations d’anciens combattants, la révision du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre (PMIVG) jamais réalisée depuis sa création à l’issue de la Première Guerre mondiale. En effet, nos concitoyens ne savent pas non plus qu’en 2014, un blessé pour la France est moins réparé (entendez par là, reçoit moins d’argent) qu’un accidenté de la route. A l’occasion de ce vaste chantier,  une occasion formidable est donnée à nos responsables politiques d’inscrire dans la loi la volonté d’exprimer clairement à nos blessés la reconnaissance qui leur est due en leur offrant des pensions d’invalidité décentes.

Connaître et reconnaître nos blessés

L’an dernier, l’ASAF a consacré son numéro hors-série annuel aux Blessés pour la France . Dans la conclusion de cet ouvrage, on rappelle qu’un blessé de guerre l’est pour la vie et, comme il est souvent jeune, la vie, pour lui, cela peut être long. Il ne porte plus le même regard sur les choses. Le futile pour nous peut être très important pour lui et réciproquement, mais la plus terrible épreuve qu’il doit affronter c’est de se confronter au regard des autres.

Français qui lisez cette lettre, sachez qu’il existe autour de vous une cohorte silencieuse de soldats blessés qui souffrent dans leur chair ou dans leur tête. Ne les ignorez plus. Allez à leur rencontre , tendez leur la main et demandez-vous ce que vous pourriez faire pour les réintégrer au sein de la Nation.

LA REDACTION de l’ASAF - (www.asafrance.fr).

    1/ Sur deux décennies, 9 000 blessés, toutes catégories confondues, ont été à déplorer dans les armées françaises.    

    2/  Numéro toujours disponible au siège de l’ASAF-18 rue Vézelay-75 008 PARIS-au prix de 10 € port compris     

    3/Chaque armée dispose d’une cellule d’aide aux blessés :

       - Armée de Terre : 01 44 42 39 58

       - Marine nationale : 04 94 02 12 31  

       - armée de l’Air : 01 45 52 25 42/46.

 

 

Commentaires (4)
  • CHAPUT
    15 décembre 2014 à 10:56 |
    Bonjour l'opex en Afghanistan a coûté la vie à 89 soldats (pas 88.) entre 2004 et 2013.
  • Jean-Bernard COMTE
    15 décembre 2014 à 14:51 |
    La fonction publique ainsi que l'industrie ont le devoir d'embaucher nos blessés. Ces hommes méritent le plus grand respect et une aide sans réserve.
  • Bertrand de Segonzac
    30 décembre 2014 à 17:14 |
    j'aurais été heureux de pouvoir m'entretenir avec l'auteur de cet article remarquable pour obtenir un complément d'information. Merci
  • MENARD alain
    05 janvier 2015 à 15:35 |
    a propos de la grande guerre, n'oublions pas que cet horrible génocide de génération est l'oeuvre avant tout des hommes politiques et militaires de tous les pays belligérants et y compris la France, qui voulaient avoir la suprématie en Europe. Cette guerre aurait pu être arrêtée, voir évitée, par des hommes politiques sages voulant à tout prix utiliser la voie diplomatique, au lieu de cela, on a préféré la guerre, "courte et joyeuse" par excès de nationalisme en faisant croire aux peuples sacrifiés à cette cause, qu'il étaient en danger, justifiant que le voisin est l'ennemi mortel!
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.