Analyses

Lettres ASAF

"De l’année de la mémoire à celle de l’espoir". Découvrez la dernière lettre d'information de l'année 2018 de l'ASAF.

Les tweets du président américain Les tweets du président Trump sont naturellement destinés en priorité à son opinion publique. Cependant, et sans entrer dans une quelconque polémique, ils nous offrent l’occasion de rappeler à nos amis américains quelques éléments de notre histoire commune qu’ils n’ont sans doute pas l’occasion d’apprendre à l’école ou par leurs médias.

Promotion "LOUSTAUNAU-LACAU" : Communiqué du président de l’ASAF.

Le général Loustaunau-Lacau est un officier français hors du commun par son engagement et sa conduite héroïque dans les deux guerres mondiales où se joua le destin de la France. C’est aussi un officier atypique tant par son parcours militaire que par ses idées très marquées par l’anticommunisme et par la lutte à mort contre l’occupant allemand. 

Communiqué du président de l’ASAF à propos du général  Georges Loustaunau-Lacau

  Le général Loustaunau-Lacau est un officier français hors du commun par son engagement et sa conduite héroïque dans les deux guerres mondiales où se joua le destin de la France. C’est aussi un officier atypique tant par son parcours militaire que par ses idées très marquées par l’anticommunisme et par la lutte à mort contre l’occupant allemand.   

Les politiques, l’État et l’Armée. Découvrez la LETTRE ASAF d'octobre 2018

A observer certains évènements récents qui se sont produits en France, on est en droit de s’interroger sur leur sens et de se demander s’ils n’expriment pas une forme de nihilisme privilégiant systématiquement le rejet d’un passé qui serait honteux plutôt que la célébration d’une histoire riche et glorieuse. Une telle attitude conduit insidieusement à fragiliser la Nation. L’autorité de l’État, si nécessaire aujourd’hui, peut-elle sortir renforcée du dénigrement de son action passée ?

Audition Commission de la Défense du 17 octobre 2018 : Intervention du général (2s) Henri PINARD LEGRY, Président de l’ASAF à l'Assemblée nationale.

En préambule, je me permets de vous rappeler que l’ASAF est une association indépendante qui ne sollicite aucune subvention de l’Etat. Elle compte plusieurs milliers d’hommes et de femmes de tous âges, autant de civils de toutes professions que d’anciens militaires, ainsi que 500 associations adhérentes liées au monde de la Défense ...

Liberté et indépendance: Edito du président ASAF.

La Grande Guerre de 1914-1918, dont nous allons prochainement célébrer le centième anniversaire de l’Armistice, nous rappelle que si les alliés ont contribué à la victoire finale, un pays se doit de compter d’abord sur ses propres forces et ne jamais s’en remettre, dès le temps de paix, à ceux-ci que l’on ne doit pas confondre avec des amis. Il fallut attendre juin 1917, c'est-à-dire après pratiquement trois ans de guerre, pour que les États-Unis envoient leurs GI’s, qui ne pourront d’ailleurs être engagés dans les combats qu’un an plus tard après avoir été équipés et entraînés par la France. Cette situation s’est reproduite lors de la Deuxième Guerre mondiale. Les Soviétiques puis les Américains ne s’engagèrent dans la guerre contre l’Allemagne nazie que le 22 juin 1941 pour les premiers, après le déclenchement de l’invasion de la Russie, et le 11 décembre pour les seconds après la déclaration de guerre d’Hitler aux États-Unis. C’est en parfait connaisseur de notre Histoire et pour avoir vécu physiquement ces deux terribles guerres que le général de Gaulle, élu président de la République, avait décidé que la Défense de la France se devait d’être d’abord française. Cela l’avait conduit logiquement à développer un armement nucléaire national indépendant malgré l’opposition de ses alliés du moment. En effet, les États-Unis comprenaient parfaitement que cet armement nucléaire limiterait leur capacité d’influence sur la France et y firent obstacle autant qu’ils le purent. Ce choix politique cohérent a eu un coût. Dans les années 60, la France a dépensé entre 4 et 5 % de son PIB pour sa Défense (1, 7 % aujourd’hui). Mais cet effort n’a pas été vain puisque six décennies plus tard, cet armement nous permet encore de dissuader toute puissance d’envahir notre pays ou d’exercer un chantage militaire sur lui. Cependant, aujourd’hui, d’autres menaces pèsent sur notre indépendance. Des pressions s’exercent sur la France pour la contraindre à suivre telle politique ou à rejeter tel pays. Peut-on accepter cette forme d’asservissement et rester sans réagir ? Les États sont des monstres froids ; ils n’ont pas d’amis. Les alliés d’hier peuvent se révéler des adversaires coriaces demain. L’Histoire nous l’a montré maintes fois. Notre sécurité, mais aussi notre liberté et notre indépendance ont un prix. Accepterons-nous de le payer pour pouvoir nous « tenir droits » ou fléchirons-nous comme tant de pays ? Nous coucherons- nous devant ceux qui veulent dicter leurs lois, imposer leurs vues et diriger le monde ? « Osons être ce que nous sommes » : un peuple libre et fier. Henri PINARD LEGRYPrésident de l’ASAF(Edito du dernier numéro de la revue ENGAGEMENT)    

"Questions impertinentes d’été". Retrouvez la nouvelle lettre d'information ASAF 18/08 et sa version téléchargeable.

La réponse de la ministre des Armées datée du 3 juillet à la question posée par le député François Cornut-Gentille le 13 février sur la disponibilité des principaux matériels de l’armée française en 2017 n’est pas, hélas, une fausse nouvelle (fake news), même si elle est sidérante.

"La campagne de Russie". LETTRE d'information de juillet 2018.

L’équipe de France vient d’être « sacrée » championne du monde de football à Moscou. Notre pays, en liesse, reprend confiance en lui et exprime sans complexe sa fierté ; les drapeaux fleurissent et la Marseillaise ne cesse d’être entonnée. Ce retour d’une campagne victorieuse renforce, pour un temps, le sentiment d’appartenance des Français, d’autant que l’on préfère appartenir à un pays qui gagne et qui réussit ce qu’il entreprend. On est loin des propos culpabilisants d’une repentance proclamée par idéologie ou ignorance. Faisons ainsi reprendre conscience aux Français qu’ils appartiennent à une « grande Nation », qui souhaite le demeurer    

"Éducation nationale et Armées, des relations Nouvelles". LETTRE d'information de juin 2018

Le projet de service national universel, quelle que soit sa forme qui, jusqu’à aujourd’hui, reste très floue, pourrait être l’occasion pour le ministère de l’Éducation nationale et celui des Armées d’établir de nouvelles relations basées sur une meilleure connaissance mutuelle et une compréhension réciproque du rôle de chacun.

30 MAI 2018 - COMMUNIQUÉ DE MISE EN GARDE.

Des propos « illuminés », tenus par un membre de « Clefsdufutur France » y associant le nom de l’ASAF ont été rapportés il y a 48h par un de nos délégués départementaux.

"Des dividendes qui ont un coût" : découvrez la LETTRE d'information de mai 2018.

La réduction continue de l’effort de Défense depuis plus de 30 ans, illustrée par l’expression « tirer les dividendes de la paix » chère à monsieur Fabius et poursuivie inexorablement jusqu’en 2015, a conduit à un affaiblissement continu et excessif des armées françaises. 

Découvrez la LETTRE d'information d'avril 2018 de l'ASAF : "Mort pour la France ?"

En offrant librement sa vie contre celle d’un otage, le colonel Beltrame a fait preuve d’un sens du devoir hors du commun. En acceptant d’affronter désarmé un islamiste fanatique et déjà trois fois meurtrier, il a montré un courage exceptionnel. Mais, sans aucun doute, en faisant ce geste cherchait-il à neutraliser cet ennemi absolu de la France et des Français.

Téléchargez la LETTRE de mars 2018 de l'ASAF 18/03 " De la (dis) continuité de l’État".

Le mardi 18 avril 2017, le président de la République, monsieur François Hollande, proche de la fin de son mandat et ayant annoncé officiellement qu’il renonçait à se représenter, présidait, parc André Citroën, à Paris, une curieuse cérémonie.

Lettre ouverte aux représentants de la Nation !

Les blessés de guerre ont des droits sur nous : c’est ce que proclament d’ailleurs très solennellement les deux premiers articles du code des pensions militaires d’invalidité  (L1 et L2) qui, loin d’avoir été remisés pour l’Histoire à l’occasion de la refonte, y ont été replacés en tête, avec valeur « proclamatoire ».  

Retrouvez la LETTRE D'INFORMATION de février 2018 de l'ASAF : "Projet de loi de programmation militaire : une annonce qui se veut rassurante"

Le gouvernement vient de communiquer sur le projet de loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 avec des chiffres qui peuvent laisser rêveur : 200 Mds€ de 2019 à 2022 et près de 300 jusqu’en 2025. S’il convient de saluer la volonté affichée de remédier aux faiblesses de notre Défense, il faut cependant mettre en perspective ce projet au regard de précédentes lois ...

Découvrez la LETTRE de janvier 2018 de l'ASAF.

La ministre des Armées, madame Florence Parly, après avoir sommé, en septembre dernier, les autorités responsables de faire voler les hélicoptères, réitère ses injonctions, en décembre, en y ajoutant les avions de combat. Elle se place ainsi dans les pas de celui qui, selon Saint Marc, ordonna, à Capharnaüm, à un paralytique de se lever et de marcher sans oublier, en passant, de lui pardonner ses péchés ce que la ministre ne semble pas disposée à faire vis-à-vis de la direction générale de l’Armement (DGA).

Téléchargez la LETTRE de décembre 2017 de l'ASAF 17/12.

«La plus grande immoralité c’est de faire un métier que l’on ne connaît pas » (Napoléon). Où monsieur Emmanuel Macron a-t-il appris le métier de chef des Armées que lui confère la Constitution ? À l’ENA ? Non ! Dans la banque Rothschild ? On peut en douter. Lorsqu’il était ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique ? ...

Découvrez la LETTRE de novembre 2017 de l'ASAF 17/11.

  « La France est la dernière puissance du monde sur laquelle le soleil ne se couche jamais »[1] Ses « confettis d’Empire », selon l’expression de Napoléon, sont éparpillés sur plus de 11 millions de km² dans trois océans et, en 2012, un rapport du Sénat estimait qu’ils constituaient « une contrainte de moins en moins compatible avec nos finances publiques ». Mais c’est précisément parce que la France conserve une capacité à exercer sa souveraineté et son influence sur ses possessions ultramarines qu’elle mérite d’être qualifiée de puissance mondiale. Cette souveraineté, elle l’exerce d’abord au moyen du dispositif militaire qui s’y trouve et qui constitue, de surcroît, l’un des principaux vecteurs des relations DROM-COM / Métropole.  

Audition du président de l'ASAF.

Mesdames et messieurs les députés Compte tenu du fort renouvellement de la Commission, je me permets de préciser que l’ASAF est une association strictement indépendante, regroupant plusieurs milliers d’hommes et de femmes de tous âges et de toutes professions, civils et anciens militaires, ainsi que 500 associations liées à la Défense,  représentant plus de 100 000 personnes. Elle ne sollicite aucune subvention de l’Etat. Je vous parlerai successivement du soutien aux AC, de la Mémoire et du lien Armées-Nation.

LETTRE d'octobre 2017 de l'ASAF 17/10 : "Armée française : perte de confiance".

Après des décennies de réduction de leurs effectifs et de diminution de leurs ressources financières, les armées sont d’autant plus en situation critique qu’elles sont engagées dans de nombreuses opérations longues et difficiles. Dans le prolongement de ces années qui ont suscité chez elles le doute et la méfiance, les évènements de cet été ont conforté ces sentiments chez nombre de chefs et de cadres militaires. Il appartient donc aux responsables politiques de restaurer d’urgence la confiance ébranlée, non par des promesses ambigües, mais par des décisions claires et par des actes cohérents.