ALLOCUTION du général Schmitt prononcée aux Invalides, lors des obsèques du général Gilbert Forray

Posté le jeudi 25 mai 2017
ALLOCUTION du général Schmitt prononcée aux Invalides, lors des obsèques du général Gilbert Forray

Mon général, mon cher Gilbert,

 

Tu es entré à l’Ecole de Saint-Cyr Coëtquidan en 1948 à 18 ans et tu appartiens donc à la promotion Général FRERE. Tu as fait le choix de servir dans l’Infanterie Coloniale devenue Infanterie de Marine dont la musique te rend les honneurs aujourd’hui.

Comme tous tes camarades de promotion, tu débuteras ta carrière en Indochine. Ce sera dans une formation particulière, les commandos du Nord Viêt-Nam que commande alors le colonel Fourcade pour qui tu avais beaucoup d’estime et d’affection. Des années plus tard tu l’élèveras à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’Honneur dans les salons de l’hôtel de SALM.

Après l’Indochine, ce sera l’Algérie où tu commanderas une compagnie de combat.

Au cours de ces deux campagnes, tu mériteras sept citations dont deux à l’ordre de l’Armée et, en 1956, tu seras nommé chevalier de la Légion d’Honneur.

 

S’ouvre alors, comme pour toute notre génération d’officiers, une période plus calme qui te verras alterner les postes dans les forces et dans les états-majors. Tu commanderas en particulier le 5e régiment interarmes d’Outre-Mer à Djibouti dans cette corne orientale de l’Afrique qui ne perd jamais de son importance.

Nommé général en 1977 tu commanderas la 3e brigade mécanisée à Wittlich en Allemagne avant d’être placé à la tête des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan dont le 1er bataillon avec son drapeau te rend les honneurs.

Quand est décidée la création de la Force d’Action Rapide, tu t’imposeras pour recevoir le commandement de cette grande unité novatrice. Sa mise sur pied est assurée lorsque tu en transmettras les rênes à notre camarade de promotion le général Lardry.

En 1985 tu es nommé chef de l’état-major particulier du Président de la République avant de prendre les responsabilités de Secrétaire général de la Défense Nationale. Pour quelques mois seulement car en 1987 je te transmets les fonctions de chef d’état-major de l’armée de Terre.

C’est en 1990-91, alors que je suis chef d’état-major des armées que j’apprécie ton efficacité dans la constitution des forces terrestres engagées sous les ordres du général Roquejeoffre, disposant de l’état-major de la F.A.R, dans la guerre dite du Golfe.

Les forces regroupées dans la division Daguet s’élanceront à l’aile gauche du dispositif allié et l’audace comme l’énergie de leur action permettront de gagner vingt-quatre heures dans l’encerclement des forces irakiennes. Les généraux Schwarkopff et Colin-Powel ne tariront pas d’éloges sur leur action.

Nous avions tous deux vu notre carrière prolongée pour achever cette guerre victorieuse. Après ton « adieu aux armes » tu seras nommé conseiller d’état en service extraordinaire avant d’être porté à la prestigieuse fonction de Grand Chancelier de la Légion d’Honneur.

 

Toujours actif, membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer, tu publieras plusieurs ouvrages. J’en citerai seulement deux :

« La stratégie de l’audace » en 2010 sera, au fond, le reflet de ton caractère et de tes conceptions stratégiques.
En 2015 tu publieras « La défense française face à la montée des périls » destiné à aider, comme tu me l’as écrit dans ta dédicace, ceux qui sont aujourd’hui en charge de cette défense et ont la responsabilité de donner à nos forces engagées extra-muros mais aussi intra-muros les moyens de leurs missions.
Ce livre apparait aujourd’hui comme un ultime message. Le dernier chapitre a pour titre : « effort financier ou irrémédiable affaiblissement et déclassement stratégique de la France ». Nous sommes dans une brûlante actualité et le chef des Armées constatera certainement en cette fin de semaine la qualité de nos soldats mais aussi qu’ils méritent mieux que de se battre avec les matériels engagés, il y aura bientôt trente ans dans la guerre du Golfe.

 

Général Forray, grand par la taille mais pas seulement par la taille, tu as bien servi ton pays. Je dis à ton épouse, tes enfants et petits-enfants qui vont maintenant te conduire à ta dernière demeure que la promotion Frère, l’armée de Terre et les Armées n’oublieront pas ton prestigieux parcours.

 

Livre « La défense française face à la montée des périls »  écrit par général Gilbert Forray et publié en 2015

defense francaise face a la montee des perils

Source : Général Schmitt
Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité.